Dédales poétiques de l'odyssée d'ulysse de joyce.

Voir le dernier message


Dédales poétiques de L'odyssée d'Ulysse de Joyce. Florilège..à savourer, suivre et à compléter.

" Aveu. sonnez. Comment pourrais-je. Détente de jarretière. Te quitter ? Clac. La cloche ! Cuisses à claques. Aveu. Chaude. Mon amour, adieu ! "

" Nominedomine. Tous disparus. Tous tombés.
Frêles, ses frondes frissonnantes de capillaires.
Amen. Il grinçait, hors de lui, des dents. "

" Ses lèvres humides minaudent :
-Il se tord le cou à regarder.
Elle rit :
-Mon Dieu ! Faut-il que les hommes soient idiots tout de même !
Triste.
Triste, Miss Kennedy s'éloigne du grand jour, flâneuse, tortillant un cheveu fou derrière l'oreille. Flâneuse, triste, or éteint, elle tord, tortille, tirebouchonne un cheveu.
Triste elle tirebouchonne en flânant un cheveu d'or derrière une ronde oreille.
-C'est bien eux qu'ont tout le bon temps, dit-elle alors, triste. "

" Elle verse du thé dans une tasse, puis dans la théière cette tasse de thé. Elles se tassent derrière les récifs du comptoir, attendant sur leurs tabourets, caisses renversées, attendant qu'infuse leur thé. Elles tapotent leurs blousent, de satin noir toutes deux, deux shillings neuf le mètre, attendant que leur thé infuse, et deux shillings sept. "

" Tout empressement toute grâce vers la glace au cadre clinquant Cantrell et Cochrane elle se tourne. Avec grâce elle tire du barillet de cristal une mesure de whisky d'or. Du pan de sa jaquette il sort blague et pipe. Empressement elle sert. Il fait sortir du tuyau deux notes enchifrenées de fifre. "

" Du salon un appel lent à mourir C'est le diapason. Celui de l'accordeur qui l'avait oublié que maintenant il fait vibrer. Un nouvel appel. Que maintenant il équilibre, qui maintenant vibre. Entendez-vous ? Il vibre de plus en plus pur, de plus suave en plus suave dans le bourdonnement de ses branches. Appel qui n'en finit pas de mourir.
[ ]
Sous des doigts d'artistes une douzaine de notes ailées jasent leur gaieté dans les hauteurs du clavier. Gaieté des notes toutes cristallines, égrenées en arpèges, appelant la voix qui chanterait la mélodie du matin dans la rosée, de la jeunesse, des adieux de l'amour, du matin de la vie, du matin de l'amour.
-Perles, ô gouttes de rosée..."

" Clac. Elle laisse brusquement se détendre la jarretière élastique qu'elle pinçait, chaude claque contre sa cuisse de femme, contre sa cuisse à claques chaude en son bas. "

" Tout appel rappelle un nouvel appel perdu dans tout. Echo. Qu'elle douce réponse. Comment ça se fait-il ? Tout est perdu. Il siffle d'un air funèbre. Il défaille, il se rend, perdu. "

" La tâter, la tapoter, la tripoter, la tenir sous. Tiens ! Pores dilatateurs qui se dilatent. Tiens ! Le jouir, le sentir, la tiédeur, le. Tiens ! Faire par-dessus les écluses gicler les jets Flot, jet, flux, jet de joie, coup de bélier. Ca y est ! Langue de l'amour.
-...rayon d'espoir..."

" Rien que des nombres par le fait. Voilà toute la musique quand on y réfléchit bien. Deux multiplié par deux divisé par la moitié égalent deux fois un. Des vibrations, les accords ne sont pas autre chose. Un plus deux plus six font sept. On fait tout ce qu'on veut en jonglant avec les chiffres. On découvre que toujours ceci égale cela, symétrie sous un mur de cimetière.
[ ]
C'est donc le son qui fait tout. "

" Par la porte du bar Bloom vit une conque collée à leurs oreilles. Il entendait plus faiblement cela qu'elles entendaient, chacune pour soi seule puis chacune pour l'autre, écoutant la rumeur des vagues, sonore, tonnerre ouaté.
Bronze près d'Or, éteint, proche, lointaine, elles écoutaient. "

" Une prunelle humide matricielle regardaient derrière sa haie de cils, calme, attentive. Voyez combien  la vraie beauté de l'œil, quand elle ne, parle. Là-bas sur la rivière. A chaque ondulation su sein houleux et satiné (ses charmes houleux) la rose rouge lentement s'élève, et sombre, rouge rose. son souffle rythme son cœur : souffle qui est la vie. Et les frêles frêles frondent frissonnent de capillaires. "

   
##user_image##
##user_name##
##content_content##
##content_date##
Twitter Facebook Google Plus email


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.