Adieu, grand Tournier

A 17 ans, c'est un lieu commun : on n'est pas sérieux. La vie est une barque, voies d'eau, gouvernail en panne, stable, elle peut dériver sans prévenir. En haute mer, dans le houle, engloutir le passager. Balloté, il ressort des 40 ans qui le séparent de ce temps-là avec la mémoire de Tournier, de Vendredi, des Météores et du Roi des Aulnes, et Tournier est une pièce d'or au fond du coffre poussiéreux de sa vie. Tournier, c'est le dandy de la gadoue, c'est ce lycée-repoussoir qui a la bonne idée de brûler, c'est un petit caillou, un fil bleu qui ouvrait à des mots, au jeu de leur assemblage, puis à la construction intellectuelle et finalement à une compréhension possible de la vie et de notre Histoire.
C'était tout ça, Tournier, pour le gamin de 17 ans. Adieu Tournier.

eleanor-rigby dans Inclassable.
- 314 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.