ANAGRAMME

-S'il vous plaît, où puis-je trouver des émoticônes par iciiii ? (voix tremblante)
-Artiste de l'Art ! Fallait s'y attendre hein ! Que voulez-vous encore exprimer que les syllabes ne peuvent souffler ?
- Je veux pleurer, évoquer une tristesse tout en manifestant mon humour fou.
- De l'ironie ! Et pourquoi donc cette envie de larmes joyeuses sur un masque triste ?
- C'est ça : l'ironie ?! Donc fatalement positive, je souligne. Merci pour le mot.
- Tout le plaisir librosophe.

« Encore dans le délire, administrez-lui l'injection de la plénitude » ordonna le jeune homme en blouse pourpre, formidable Directeur de cet établissement.
S'approchant, il vit que son patient envisageait poster une missive, mais à qui ? Alors, tout en finesse qu'il s’empara d'elle, il prit le chemin de son bureau, curieux de la portée de ce message.
Artiste de l'Art venait se saisir des rênes de la destinée du Directeur : cette scène pour faire entendre et comprendre son écho dans l'écho d'un être en pleine capacité de ses fonctions, dirigeant des êtres dans la parfaite incapacité de leur responsabilité. Et bingo !
Finesse fut elle de part égale dirons-nous, mais, dans la balance de la raison, qui d'entre tout deux devraient tenir cette grande tempérance et abondance arborée par ce pourpre ? ...

Alors, ne se sachant dépossédé de son être dans son être puisqu’étant vivre la volonté de son patient, lecture, il s'y mit :
MAgniFIque-FIgniMA FéLIzé-LIfé (permettez-moi ce palindrome syllabique sonore prônant purement la théorisation de "l'art pour l'art" ) Amicalement.

Parfois à nous traduire, nous nous retrouvons dans le labyrinthe des pensés dépensées et compensées par notre "insensée" envie de brûler la pensé pour la gloire de l'Art.
Grand plaisir pour moi suivre le film de vos litres en cette belle salle. Flatté suis-je.

À la plume provenant d’un cygne muet, à notre Troubadour, que je porte et porterai comme tous "in mon corazon" (dans mon cœur) : "On ne peut nier ce bonheur et ce plaisir qu'on éprouve dans le partage sur Librosophia" d'où L'ANAGRAMME « RIEN... ICI... NIER ».

RIEN... ICI... NIER, base de notre coupe de BEL HASARD FORMA pour dire, avec assurance : jamais « RIEN » ne nous fera nous soumettre, car, la force de l’AMOUR le comble.
Ce rien qu’avec beaucoup d’esprit nous ne cesserons « NIER ICI » en notre UNIVERS DES VERS avec ses propres lettres.

RIEN n’existe pas : c'est un concept à NIER.

Encore que vous fûtes source de : ANAGRAMME. 

Amicalement.

ARTISTE DE L'ART dans Inclassable.
- 374 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.