Au loup !

Au loup !
 
C'était certain, il était connu comme le loup blanc…

Qu'importe s'il faisait un froid de loup,
Son appétit féroce pareil à une faim de loup le faisait sortir du bois régulièrement.
Evidemment, il était à l'affût d'un repas frugal ou d'une belle aventure.

Par ce long hiver, petit chaperon, chaudement habillé de rouge, s'en allait sautillant en lisière du bois. 

Bien souvent, sa grand-mère l'avait mise en garde contre les dangers qu'elle pouvait rencontrer le long de son chemin.
Comme celui de ne pas évoquer le loup car disait-elle "Quand on parle du loup on en voit la queue" ou "De ne pas faire entrer le loup dans la bergerie"

La jeune-fille pensait que grand maman radotait un peu.  

En secouant à la main son joli panier d'osier et sifflant le dernier air à la mode, la jeune-fille insouciante n'en avait cure. 

Le loup sorti de sa tanière, fut attiré par son gracieux minois, lui fit les civilités d'usage et la détourna de son chemin.
Il la complimenta sur sa façon de se vêtir ; elle remarqua ses yeux d'un bleu pervenche et tomba folle amoureuse en quelques minutes. 

Elle ne pensa pas un seul instant à tous les conseils prodigués par sa pauvre grand-mère. Ils restèrent vains. 

C'était inutile de crier au loup, elle était prête à se jeter dans sa gueule.
Elle se fit brebis et le loup affamé se jeta sur elle et la dévora. 


Elle avait vu le loup mais ne savait pas que le loup meurt toujours dans sa peau.

lilia02-25.06.2018

lilia02 dans Inclassable.
- 92 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.