Boutade.

En occident, de l’antiquité à nos jours, représenter des corps se dévoilant dans leur plus simple appareil a toujours été considéré comme une forme d’art, si ce n’est de l’art tout court. Le « nu » inonde l’art pictural et la statuaire (la sculpture). A l’instar d’Apollon « dieu » de la beauté et patron de la musique et des arts, symbolisant la raison, la clarté et l’ordre considérés comme caractéristiques de l’« esprit grec ». Cette définition n’est pas de moi, mais de l’illustre savant Wikipédia !

Saperlipopette !

Au fait, quelqu’un pourrait-il lui rappeler qu’il est nu comme un vers au delà d’être fier comme un pou ?
Multitude de musées et de galeries d’art exaltent la nudité sous sa forme la plus rudimentaire. Je ne peux absolument pas savoir quel effet ça fait de se retrouver devant une statue nue de près de deux mètres (deux mètres quarante trois pour celle d’Apollon), pour ça, il aurait fallu que je mette les pieds dans un musée. Et à l’évidence, ce n’est pas le cas. Les musées et les galeries ne courent pas les rues de Djibouti.  Mais avec internet, vous pouvez être où vous voulez !
 
A quoi rime cette tirade ?
 
Cette boutade, s’adresse à ceux (ce sont toujours les mêmes) qui traitent les cultures africaines ou sud-américaines de primitives (d’archaïques ou d’élémentaires) sous prétexte que dans certaines de ces civilisations le « nu » l’emporterait. Avec peu ou pas d’habits, ces civilisations ne sont pas mises sur un piédestal. Celui-là même auquel ont droit les artistes occidentaux du « nu ». 
Loin de moi l’idée de défendre bec et ongles le fait de s’exposer nu. Ce que je déplore, c’est le deux poids deux mesures manifeste. Il faudrait peut être nous expliquer clairement les choses. S’illustrer la bite à l’air c’est de l’art ou c’est intégralement primitif ?!
 
Ce grand écart est d’ailleurs totalement assumé.
 
 D’un coté nous avons les artistes qui vantent (en plus de vendre) le « nu » comme de l’art. Une forme d’expression inégalée, réservée à une élite isolée dans sa tour d’ivoire. L’incarnation du talent. Confer : aller lire une critique d’art sur la toile. 

Chiche ?
 
De l’autre les anthropologues ne tarissent pas d’éloges quand il s’agit d’évoquer le cas des peuplades demeurant dans les zones les plus reculées d’Afrique ou d’Amérique. De la vallée de l’Omo, en Ethiopie, habitée par la tribu des Karo (ou Kara), au fin fonds du bassin amazonien traversée par le fleuve Amazone et ses affluents où vivent le clan des Korubo, le « nu » est une tradition ancestrale. Un rite obligatoire.
 
Ces peuplades vivent bien à l’abri de la pollution et de la mondialisation. Vivre nu est pour eux, un mode de vie qu’ils ont conservé depuis des générations. Pour parler d’eux, là, on quitte un moment la scène de l’art et des artistes. Dans ce cas présent, ces peuples ne seront rien de moins que des sauvages nus, des primitifs. De peuples de la forêt.
Les plus tendre à leurs égards parleront de sociétés qui sont restées à l’écart. De civilisations qui ont conservé des structures socio-économiques très anciennes.
 
Les occidentaux ont leur propre façon de faire de la nudité de ces peuples une forme d’art bien à eux ! Ils font des reportages. De grossiers reportages montrant femmes et enfants complètement à poils. Tout ça me parait bien obscène ! Dans ce cas précis, il ne s’agit pas d’« art », mais de documentaires éducatifs.
 
Au delà du fait qu’ils (toujours les occidentaux) essayeront de leur refourguer deux ou trois trucs, histoire de les préparer à une éventuelle société de consommation, ils n’hésiteront pas à leur imposer un mode de vie et des valeurs qui ne sont pas les leurs.
 
La civilisation occidentale du haut de sa grandeur cherchera à leur « prescrire » tee-shirt, short et… Coca-cola. Un autre rite de passage obligatoire. Pendant ce temps, de l’autre coté de la méditerranée, nombre de villes européennes se bousculent pour légaliser le nudisme. Oui vous ne rêvez pas ! Depuis l’automne 2014, il vous est possible de vous prélasser (nus) dans les rues de capitale de la Bavière à Munich en Allemagne, la troisième plus grand ville de la Deutschland. Rien de bien étonnant pour ce pays qui fut déjà à l’origine de la première plage nudiste en 1920.
 
Toujours mû par l’idée de libérer ces peuples, ils voudront, plus tard, les convertir à la démocratie ! (Rires) !
 
Et puis, foutez-leurs la paix !
 
 
 
 
 

 

Mahad dans Inclassable.
- 921 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.