Doux délires féministes

Ce texte est une réponse à Une femme aujourd'hui de Lucie Laval.
Je (femme) porte un jean, je (femme) suis donc bleue, uniformément. J'(femme) assume le pantalon, le short et le smoking, nouvelle pelure des temps modernes et affirmation d'une parité ridiculement égalitaire. Errements administratifs tout au plus, plus ou moins vains et vainement absolus. Je (femme) me libère de mes liens, de la maison, de l'époux, des enfants, de la famille et des yeux qui regardent, inquisiteurs et angoissés, la femme (moi) libre que je (femme) deviens. La femme (moi) est mon (je) combat. La femme (moi) suis un guerrier. La femme (moi) est un homme (lui / moi).

Lucie Laval dans Inclassable.
- 484 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.