Ecologie et spiritualité.

Comme vous la savez, notre planète est gravement malade; les sols, l'eau et l'air sont pollués dans nombre d'endroits; des forêts entières sont décimées chaque jour; des centaines d'espèces végétales et animales sont en voie d'extinction, certains ayant même déjà disparu; les glaciers de l'Arctique et de l'Antarctique fondant à une vitesse inquiétante, ce qui augure une montée des mers et des océans....

La plupart des désastres écologiques sont imputables à l'homme et résultent de trois causes majeures : il a développé la technologie et la science au détriment de l'écologie; il a exploité excessivement la nature à des fins mercantiles; il ignore l'importance des écosystèmes.

Si nous continuons dans cette voie, la Terre, notre Terre deviendra à moyen terme invivable pour les êtres humains.

Si l'on peut penser, à l'instar d'André Malraux, que " le xxi ° siècle sera spirituel ou ne sera pas ", il me semble évident qu'il sera écologiste, ou ne finira pas ...

Si l'on peut naturellement être à la fois athée et écologiste, vous noterez là encore qu'un spiritualiste est plus enclin à respecter la nature qu'un matérialiste. Si tel est le cas, c'est parce que l'on ne peut s'intéresser aux lois divines sans voir dans la nature une expression vivante et même consciente de ces lois.

C'est ce qui fit dire à François Jollivet-Castelot ( 1868-1937 ), éminent alchimiste rosicrucien du XX°siècle : Dieu travaille dans la nature et parle par elle, car la nature est son grand livre ".

De toute évidence, mes amis poètes, la Terre est un chef-d'oeuvre de la Création.

Non seulement elle abrite la vie sous des formes multiples et variées, mais elle est également le lieu d'où a émergé un être qui n'a cessé d'évoluer en conscience et en intelligence depuis son apparition ; l'homme/

En termes mystiques, elle est le berceau de la civilisation humaine et permet à des milliards d'âmes de mener à bien leur évolution spirituelle, ce qui fait d'elle un véritable sanctuaire.


PS/ 

" Comment serait-il possible que je puisse savoir que je doute, c'est-à-dire qu'il me manque quelque chose et que je ne suis pas parfait, si je n'avais en moi, aucune idée d'un Etre plus parfait que le mien, par la comparaison duquel je peux connaître les défauts de ma nature."  R Descartes ( 1596-1650 ) philosophe.

Où encore :

" Tant que nous suivons nos seules fantaisies pour bâtir notre conception du monde, nous cheminons à tâtons sur le sentier de la vie, comme des aveugles. Au contraire, si nous mettons nos pensées en ordre et les confirmons par l'expérience, nous sommes sur la bonne voie ". T Vaughan ( 1622-1665), médecin et philosophe.

Marc de St Point dans Inclassable.
- 73 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.