(EN)QUETE

(EN)QUETE


- Picolant un Picon bière pour palier à l'éphémère, j'aperçus un %*$?@# claudicant au son du cocorico, la truffe dans la coco.
Coke Coke ? J'aperçois ensuite Rico, un pote du Costa-Rica. Une piqûre de Picon, carré d'as, station Picpus sans %*#!?$ ni Rico,  tout le monde descend.
- Et c'est tout qu'm'dit le gars ?
- Ouais qu'j'réponds.C'est tout et c'est comme ça !
- Z'avez pas oublié un truc dans c't'histoire là ?
Le gars, y commençait à mon gonfler sérieux de ses questions à la mord moi le nœud. Avec ses yeux rouges, il avait une tronche de lapin des Abruzzes myxomatosé. C'était surement un agent de recouvrement du Ministère De La Pensée Automatisée. Pfff...ça m'étonne pas vu sa face de mouchard et son style vestimentaire particulièrement rapiécé, ça pouvait être qu'un de ses fonctionnaires décérébrés , un zig qu'y voit pas plus loin que le bout de son nez. J'décidai alors d'le faire valser un peu l'gugusse de l'omnibus.
- Oublier quoi ? M'sieur l'agent ? J'suis pas du genre à vous raconter des bobards ! Mais en y réfléchissant bien et bien pt'être qu'j'ai zappé la fin de l'histoire, à moins qu'ce soit le début, la fin du début ou le début d'la fin. En tout cas mon récit s'tient.
Là, j'ai crû que l'agent il allait s'taper un AVC tellement y suivait plus. D'sa gueule grande ouverte y m'regardait, interloqué, comme s'il avait loupé queq'chose.
- Hé ! Expurge stalinienne qu'j'lui balance avant qu'd'un mawashi-gueri j't'expédie tout droit jusqu'au fin fond sibérien d'la taïga !
- Quoi ? Comment ? Mais c'est quoi tout ce charabia dialectique ? Vous vous moquez de moi monsieur ? Sachez que je pourrais vous faire incarcérer pour ça et vos paroles d'agitateur qu'y m'dit le gars.
- Calmos señor l'agent comme on dit chez les ibériques. Y'se peut en fait qu'vous ayez raison. J'me souviens de tout maintenant et fichtre et nom de nom, juré, croix de bois croix de fer forgé, croyez moi pas si vous voulez mais j'vais tout vous raconter qu'j'lui fait histoire de  le rendre un peu plus loufdingue à ce con.
- Vous voilà enfin devenu raisonnable. Je commençais à ne plus rien comprendre à tous vos boniments. Je vous écoute donc Monsieur.
C'est bon, j'le tiens l'blaireau. J'vais lui faire avaler du pipeau par paquet de douze à c'fonctionnaire à la con.
- Et bien j'reprends M'sieur l'agent là où j'crois qu'j'ai raté la bifurcation :
picolant un Picon bière pour palier à l'éphémère, j'aperçus un *%@!*$ claudicant au son du cocorico, la truffe dans la coco (bon j'sais bien qu'ça commence pareil mais faut être attentif au développement). Rico, j'crois qu'il était pas là en fait. Par contre j'me souviens bien de l'échoppe ou de l'e shop. Enfin un de ces deux trucs j'crois. Donc me v'là rendu sur le bitume, rue de l'Amertume, c'est où y a tous les bars à bières du bled, et des bonnes en plus d'bières ! Y'en a qu'y mettent même du Picon dedans.
Interlocation  de l'agent bouche bée. J'bêle de plus belle.
- Nom d'un nounours ! J'étais cul nu ! J'avais oublié d'mettre mon futal. Ca semblait pas émouvoir la populace qu'y semblait penser qu'à copuler comme dans les contes de fesses où les limasses pas vraiment bonnasses s'prennent pour les As de la fornication, mais bon passons.
Yeux myxomatosés du keuf en phase d'énucléation. C'est bon j'le tiens le sagouin. J'rajoute alors une bonne couche de son bien indécent pour mieux lui percuter les tympans à c'gogo de l'administration. Fallait pas qu'y m'cherche ce bouffon.
- J'passe donc devant l'échoppe (e shop ?) shish kebabienne où s'prélassait une bande de chats à moins qu'c'était une meute de clebs en position quat'pattes urinant sur les réverbères automatiques d'devant la devanture d'un marchand chichement vêtu d'une e shop (échoppe ?). En tout cas, j'me rappelle bien qu'c'étaient des animaux mammifères qu'y s'la coulaient douce pendant qu'moi j'étais là, planté sur l'asphalte à poireauter en attendant qu's' pointe Rica, rue de l'Amertume, la rue de la soif quoi !
Pimpompin. Et dire qu'j'en suis qu'au début ! J'sais pas si l'aut'clown y va pouvoir faire un rapport de tout ça, m'enfin, y voulait jouer alors z'y va.
L'cave écarlate m'demande alors :
- Mais quand cela s'est-il passé ?
- Hier, C'était même jour férié, l'jour d'la sainte immaculation. Allez Louya ! Mais j'suis'pas acculé pourtant aux cultes d'la religion et j'fais gaffe aux caves d'la génuflexion. Vous voyez qu'j'mens pas ! J'vais pas trop vite j'espère sinon vous m'dites et j'ralentis le mouvement ?
- Non Monsieur. Continuez comme ça, je suis parfaitement.
Tu parles qu'tu suis. T'es à l'ouest complet. J'vais t'arranger une place en HP.
- Ok m'sieur; j'en était où déjà ? Ah, oui, Rica. Donc j'étais planté ricrac et j'attendais Rica sur le bitume avant d'm'engouffrer dans la bouche du métro. Cocorico ! Comme les coqs ont tort d's'lever si tôt qu'j'fredonnais. Une p'tite chanson d'ma composition pour faire passer l'temps. Puis un gars s'pointe en titubant et m'demande si j'ai pas une beuda ? J'fume pas qu'j'réponds et même si c'était le cas, j'fais pas tabac. L'type m'lâche pas pour autant et m'dit d'lui filer cinq balles pour qu'y s'achète un casse-dalle. L'vlà maintenant qu'y'm'prend pour un DAB. Désolé tonton qu'j'lui dit mais j'graille pas non plus. Casse toi taxer les bourgeois. Et ouf ! Le mec s'barre limite couché assis debout. Ouf ! Mais qu'est'c'qu'elle fout Rica ?
Pendant qu'j'déblatérais, l'ptit flic tentait de se contenancer en notant sur son calepin en peau d'galuchat (Mazette, un truc de l'ancien temps ça !) les paroles d'mes propos qu'y'l'menaient tout droit vers l'aliénation. Et allez ! Note mon gars !
- Ah ça y'est la voilà ! Ma louloute est là. Humm, j'la kiffe grave cette donzelle là mais qu'est'c'qu'elle fout avec ce **$?%@ qu'j'm'interroge ? Enfin, tant qu'c'est pas un Jack Russel com'c'lui d'Daniel, ça m'va.  Ensuite bisous, bisous, bisous et encore bisous puis métro direction Picpus. On descend, Rica, l' toutou !$#**? et moi et sur'l'quai on retrouve Rico, l'coco bello d'ces dames, originaire du Costa-Rica, un pote à moi qu'y avait arrêter la coke pour cause de hoquets trop fréquents (en fait Rico, il était là). On rejoint la rue, on va's taper des Picon-bières au Carré d'as, un bar où ça joue au poker et puis v'là, c'est tout, but atteint de la quête. C'est la fin de vot'enquête ?
- Pour cette fois çà ira articule le gars mais attention on vous a à l'œil et la prochaine fois ce sera un procès verbal pour divagations poétiques.



J'm'en tape d'leur PV.  
J'ai rencard avec Rica,
Ma coquette coquine hypnotique caracolant au sein d'mon cœur
Et d'mes pensées non automatisées.
J'ai rendez-vous avec Rica au trente trois d'la rue Caulaincourt.
Elle sera sans son *$#%?@ cette fois
Et Elle et moi, pour commencer,
On s'allongera
Sur le sofa de nos désirs escamotés,
Pour pallier à l'éphémère
Sans %?*!#@ ni d'Picon-bière,
Juste
Elle et moi.

Gaspard Collal dans Inclassable.
- 301 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.