Hommage à Claude Nougaro

Sur un air de jazz, pour moi, tu imites Armstrong,
Comme lui, tu te fends la poire ; Tu es blanc de peau.
A bout de souffle, tu divagues sur le Rondo à la Turk.
Les mains sur le bas de mon dos, tu m'invites à danser la java.
Puis dans un tourbillon de papillons, un tango pervers...
Tant pis s'il y a de l'eau dans le gaz entre le jazz et la java !
 
Fatigué, tu me racontes Toulouse, ta ville rose,
Ses violettes, le Canal du Midi.
L'école, ton cartable bourré de coups de poings.
Comme il est loin ton pays !
C'est la Garonne qui coule dans tes veines,
Même les mémés aiment la castagne !
 
Mais il y a de l'orage dans l'air...
Tu as fait le voyou.
Place de la Concorde, il pleut des cordes...
Rue de Douai, tu fais des claquettes à minuit !
Je suis ta petite fille en pleurs.
Tu es sous mon balcon, seul... avec tes copains...
Tes promesses, je les connais par coeur.
Sur l'écran noir de tes nuits blanches,
Tu te fais du cinéma.
Ca ira mieux demain !
 
Tu te remets à écrire avec ton stylo emplumé de soleil
Tu me promets une maison avec des tuiles bleues,
Des rangées d'hortensias, des palmiers plein les yeux...
 
Puis tout se bouscule...
Tes trente ans, ta fille Cécile...
Tu t'adresses à ton père là-haut, assis sur un banc devant l'océan.
Quatre boules de cuir tournent dans la lumière, boxe, boxe...
Bidonville, Nougayork !
Quel choc !
La star, le lard, jambon d'York !  
La nuit tombe sur Sing Sing...
Le coq, la pendule...
 
Ah ! Tu verras tout recommencera,
La vie c'est fait pour ça.
 
Donne moi ta main camarade,
Il faut tourner la page, changer de paysage.
Aller vers l'inconnu, nu !
 
Les forces te manquent :
"Dansez sur moi le soir de vos fiancailles,
Le soir de mes funérailles"
 
Vie,
Violence,
Amour,
Souffrance,
Balance,
Paradis,
Enfer,
Plume d'ange...
 
Claude, ta démarche chaloupée,
J'en suis encore chavirée.

16.03.2016

Lilia02
 

lilia02 dans Inclassable.
- 808 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.