La grande allégorie du moment : la Crise

La grande allégorie du moment : la CriseaOn ne sait pas très bien ce que cela veut dire, les gens dans la rue crient plus fort et plus souvent, des scandales éclatent, les impôts augmentent, la fine fleur des acteurs et des entrepreneurs français s’exile ( = les riches foutent le camp), les autres restent à écouter les discours incompréhensibles et contradictoires de divers représentants d’un gouvernement dépassé par les événements.

Heureusement que ce concept de crise nous sauve : il justifie tout. La désorganisation, la violation des promesses, la hausse du chômage, la faim dans le monde, la fin du monde… La fatigue de maman, les colères de Papa (et réciproquement), la mort du chien. Nous vivons une décennie un tantinet pessimiste n’est-il pas ?

Cela en devient presque un motif poétique, une allégorie. La Crise, mère de toute les misères, reine de la désolation, ambassadrice de la douleur sociale. Elle est bien là, éplorée, dans un recoin de notre inconscient collectif et elle pleure sur notre triste sort. Comme elle pleure, nous n’avons pas besoin de le faire et nous restons à la contempler rêveusement, parfois fiévreusement, mais jamais bien longtemps. Oui, il n’y a plus de mystère, tout cela est la faute de la Crise.

- Mais je n’y comprends rien moi, à cette Crise…

- Ooh… Elle non plus…

Que pouvons-nous faire ? Arrêter d’en parler ne la fera pas disparaître. Notre Président actuel nous l’a bien démontré. En parler sans arrêt condamne le genre humain à une lente et douloureuse dépression nerveuse. Notre ancien Président en a fait les frais… Trouver une idée de génie ? Il faudrait être un génie. Y a-t-il un génie dans la salle ?

Absurdités de la Vie dans Inclassable.
- 446 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.