Le calvaire du stagiare, épisode 2

Le Petit Léonard sait qu’aujourd’hui deux nouveaux petits bonshommes vont arriver pour travailler en silence dans son royaume open space. Mais il garde son calme. Il est même tellement calme qu’il ne remarque pas leur arrivée. Les petits bonshommes qui savent déjà qu’il faut garder le silence lancent un timide bonjour et se tournent de nouveau vers leurs petits écrans. Le royaume du Petit Léonard n’est pas très vaste mais confortable. Confortable, silencieux et maussade. Mais peut-être est-ce à cause de ces nuages si sombres qui le surplombent ? Les nouveaux petits bonshommes s’installent, on leur dit de ne pas parler et de travailler et tout reprend comme si de rien n’était. Le Petit Léonard est content. Les nouveaux petits bonshommes ont vite compris le fonctionnement de son petit royaume. Il peut donc garder son calme.

Mais il arrive parfois que le Petit Léonard perde son calme. Cela ne se produit jamais devant les autres petits bonshommes, prestige oblige. En situation de crise, le Petit Léonard préfère s’isoler dans un petit royaume à part avec le petit bonhomme concerné afin de lui faire part de son mécontentement. D’un point de vue strictement pédo-psychologique, les colères du Petit Léonard s’apparentent à celles d’un petit enfant capricieux. Mais le Petit Léonard est le roi du royaume open space susmentionné, et ses petits caprices prennent donc une ampleur apocalyptique qu’ils n’auraient pas si cette histoire ne parlait que d’un petit enfant comme les autres.

Tout cela, les nouveaux petits bonshommes ont mis quelques temps à s’en apercevoir. Il est très difficile de lire un visage fermé, d’interpréter un regard fuyant, de déchiffrer une voix que l’on n’entend jamais. Mais peu à peu, par l’intermédiaire d’autres voix et d’autres visages, le portrait se trouve reconstitué. Certes, il est sûrement déformé, difforme et caricatural, mais les traits sont bien là, sous ce maquillage de scène, sous un masque presque impassible.

Absurdités de la Vie dans Inclassable.
- 570 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.