Le nombre d'or

Pythagore redéfinit le Nombre d'Or , nombre sur lequel reposent toutes les lois de la nature, de l'harmonie et de l'architecture, phi = 1,618.

Symbolisme  raccourci , peut-être de la forme vivante, de la pulsation, de la croissance. Ce nombre à la fois mathématique et symbolique participe au grand chant de l'univers, un chant des baleines, un point charnière entre le matériel et le spirituel, entre le concret et l'invisible, le point d'or du Cosmos sans doute.

Ce nombre est présent dans toutes oeuvres d'art et constructions de l'Antiquité, on le retrouve aussi bien dans l'architecture du Parthénon, dans les Pyramides, que dans les grandes et belles cathédrales d'Europe comme Chartres, Notre-Dame de Paris, Strasbourg.( voir la dame de pierre, sur le site).

Léonard de Pise, dit Fibonacci, découvrit une série de nombre dont chaque élément a un rapport lié au nombre d'or avec le précédent et le suivant.

A la Renaissance, les artistes adoptent cette Divine proportion comme ultime beauté, canon de l'harmonie, tel Léonard de Vinci.

Cette divine proportion est présente dans le monde végétal, on trouve de très nombreuses fleurs à cinq pétales, comme l'églantine.  

Qui ne connaît le beau pentagramme qui se trouve au coeur de la pomme ?

Le coeur des fleurs de tournesol, de marguerite ou de chardon présente un réseau de deux spirales, en rapport intime avec la suite de Fibonacci. On retrouve également la même spirale chez la fougère encore enroulée sur elle-même, sur les plantes grimpantes comme la passiflore ou la clématite. 

Les mêmes spirales se retrouveront dans le règne animal: les coquilles d'escargots ou, beaucoup plus anciens, les fossiles d'ammonites il y a quelques millions d'années.

Les Pythagoriciens croient à la toute puissance du nombre qui régit l'univers. C'est de cette croyance que découlent les multiples recherches mathématiques réalisés par l'école de Pythagore. Les travaux portent sur les nombres pairs et impairs, les nombres premiers et carrés.
 
En géométrie, le théorème de l'hypoténuse ou théorème de Pythagore.

En Astronomie, les Pythagoriciens sont les premiers à considérer la Terre comme une sphère en révolution, avec d'autres planètes, autour d'un feu central, maintenant, l'on dirait une centrale atomique.

Apprendre c'est se souvenir.

Selon Platon, tout homme sait tout en puissance.

Le véritable savoir est le savoir de l'universel. 

L'universel est déjà dans l'intellect et il faut le découvrir

Apprendre c'est retrouver en soi-même la connaissance des idées, c'est actualiser ce que l'on sait en puissance.

L'âme comporte trois parties: l'épithymia, le noûs, le tymos ( j'y reviendrai ).


Marc de st Point.

Marc de St Point dans Inclassable.
- 479 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.