Mai 1968 en chiffres.

55 jours de fièvre, des premières manifestations, le 1er  mai jusqu'à l'évacuation définitive des 2 places fortes étudiantes, la Sorbonne et le théâtre de l'Odéon.

On compte près de 695 000 étudiants en France en 1968, soit 3 fois plus qu'en 1958, sans aucun budget supplémentaire.

200 militants d'extrême droite, appartenant au groupe occident, font irruption dans la cour de la Sorbonne, le 3 mai, pour déloger les étudiants en grève ( cela ne vous rappelle pas un événement récent, avec un certain recteur !!!)

21 ans , c'est l'âge de la majorité en 1968. La plupart des étudiants qui manifestent n'ont donc pas le droit de voter.

584 000 chômeurs cette année-là, soit moins de 2 % de la population active.

574 personnes arrêtées le 3 mai après l'évacuation musclée de la Sorbonne. On compte parmi elles Jacques Sauvageot, dirigeant de l'Unef, Daniel Cohn-Bendit, Brice Lalonde et Alain Krivine.

484 blessés à Paris lors des émeutes du 3 mai : 279 étudiants et 202 policiers.

6 255 policiers se lancent à l'assaut des barricades étudiantes dans la nuit du 10 au 11 mai.

Le 13 mai, la CGT et la CFDT appellent à la grève générale et organisent une manifestation de soutien aux étudiants contre la répression policière dont ils font l'objet. On dénombre pas moins de 200 000 manifestants ( 1 million selon la CFDT). Deux jours plus tard, les grèves se multiplient.

1870 CRS  équipés de boucliers s'apprêtent à faire évacuer, le 20 mai, le théâtre de l'Odéon. L'opération sera annulée au dernier moment par crainte de bavures.

10 millions, le nombre de salariés qui ne travaillent pas le 22 mai, au plus fort de la grève générale. Le record précédent 6 millions en 1936 est largement battu.

35 % c'est l'augmentation du salaire minimum aprés les accords de Grenelle.

30 000 personnes assistent au rassemblement du stade charléty le 27 mai, en présence de Pierre Mendès France et de représentants de l' UNEF, de la CFDT et du PSU.

7h15, la durée de la dispartion du président de Gaulle qui quitte l'Elysée le 29 mai à 11h15 et part en secret à Baden-Baden, en Allemagne, rendre visite au général Massu qui l'incite à rester au pouvoir.
De Gaulle réapparaît à 18h30 à Colombey.

Le bilan de la préfecture de police de Paris s'élève à 1912 blessés, dont 99 hospitalisés.

670 000 francs, les dégâts évalués par la préfecture de Paris ( équivalent à près de 3 millions d'euros en 2018).

4 morts, les événements ont causé le décès de René Lacroix, commissaire de police à Lyon, mais aussi de philippe Mathérion, étudiant de 26 ans, de gilles Tautin, 17 ans, noyé dans le Seine en tentant d'échapper à la police, et de pierre Beylot, ouvrier à l'usine Peugeot de Sochaux.

Le taux de réussite au bac atteint 81,3 % en 68, contre 62 % les années précédentes, l'épreuve étant réduite à de simples oraux.

270 Gaullistes ( udr ) sur 456 députés après le 2 ° tour des élections législatives du 30 juin. Un raz-de-Marée inédit sous la V° république.

Marc de St Point dans Inclassable.
- 47 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.