PARLE-MOI DE LA CONNAISSANCE

La connaissance naît avec la naissance de sa mort
Pourtant, la vie nous pousse à renier notre ignorance
Car bien dans notre science infuse que nous rédoutons
La savoir diffuse en acceptant avec aisance, tel un âne,
Une essence qui pour nous était
Autrefois absente de notre science,
Consciente et parfois même inconsciente.

Inconsciente en ce sens que sachant notre ignorance,
Mais à la suite d’une introspection consciente
Nous permettant puiser dans ce ténébreux puits en nous,
Savoir nous rendant orgueilleux face à la connaissance
Nous faisant la leçon en nous traitant
« D’apprenant ne sachant rien d’elle. »

Qu’injure injurieuse de sa part,
Elle qui sans notre existence serait inexistante :
« Prétentieuse connaissance, apprends l’humilité »,
Nous nous le disons intérieurement avec
Une grande humilité de par notre incrédulité
Que nous justifions ou défendons au prix
De notre immense et dément savoir crédule.

Immense et démence crédulité de notre savoir
Qui n’est et ne sera nullement la mesure
De la toute-puissante connaissance ;
Elle, la mort de la mort des vies dans la vie
Car jamais pleine, mais infiniment et perpétuellement
Ambiante tant unique que multiple.

Nous avons à nous servir, à prendre, rendre,
Comprendre, reprendre, entreprendre.
En claire, renaître de nos cendres tel le phœnix
Pour manifester la glorieuse de la CONNAISSANCE.


 .

ARTISTE DE L'ART dans Inclassable.
- 113 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.