Peut-on aimer dans la frayeur

O toi l’amiQue de soucisDans tes mots si jolisA ces bonheurs je palisCar le paradisC’est un inéditComme l’amour aussiQui vous défieQuand  bonheur on se veut l'assortirDe jours pourrisQue rien ne vous est  interditDans le ciel des orages inassouvisEn ces actes incompréensibles et barbares Aussi !  Je marche dans la vomissureCar J’aime mes amis, et  j’assureMais pas mes ennemis, démesure !Non ! Je leur dis et leur jureJe vous  maudisToutefois je vous respecte vous aussiMais vous aimer  , ô non suffitCar Je suis votre proscritQue voilà un délitD’être soumisA la Pensée bannieD’autre paradisQue celuiQue je me bâtisSolitaire réjouiCelui de ma terre d’iciJe cherche le bonheurLoin de ces troublesQue m’infligent les sermonneursIls donnent des pâleursA ma pensée à chaque  heureOù mes yeux croisent leurs maléficesDoit-on accepter honneur factice En aimant dans la panique propiceO religion du bonheurQu’il est loin ton bon cœurAlors ma terre est ma saveurMais je pleure ; je pleureÔ Religion ton  prêche devient  leurreQuand tes paroles bafouent  l’humain rêveurEn ses  rêves du vivre ensembleLoin des peurs , des frayeurs imposéesOù le bon partage, l' échange fructueuxGarantit union, inclusion, division de tous les sains  ensembles☼ŦC

modepoete dans Inclassable.
- 746 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.