Quand l'un entraîne l'autre...ch.1 part 1

Ce texte est une réponse à Quand l'un entraîne l'autre inévitablement de darkviki.
Quand l'un entraîne l'autre inévitablement chap 1 part 1

Bonjour à tous,

Je vous rappel que je suis auteure de la nouvelle Horrible prophétie, mais que j'écris également des fanfictions d'Harry Potter et de One Piece. Je tiens à préciser que j'écris ces fanfictions pour le plaisir, sans me prendre la tête et que ce n'est pas toujours bien écrit, qu'il y a des fautes d’inattention, mais que ça n'a rien de sérieux, ce n'est pas ce que vous trouverez dans mon livre! Ne me jugez pas pour cela!

Ici, ce sera le premier chapitre de la fanfiction Harry Potter Quand l'un entraîne l'autre inévitablement. Comme j'aime bien les personnages un peu diabolique j'ai choisit comme j'imagine qu'il était pendant ses études et Harry arrive au début sa septième année à l'époque de Tom pour le tuer. Sauf que non, parce qu'il se fait influencer par le mage noir...C'est un classique voyage dans le temps. 

Je dois vous dire que mes chapitres sont peu fréquent et très longs. Là, il y a 4 d'écrit dont 3 qui sont déjà corrigés. Le 4ème est à venir.

Etant donné que je ne peux pas tout mettre ici, je ferais 2 partie à ce chapitre.

J'espère que cela vous plaira. Bonne lecture!
[hr]
Chapitre 1 partie 1
Souvenirs

Harry se trouvait dans sa chambre du 4, Privet Drive et rien n'allait. Une chaleur écrasante se faisait ressentir jusqu'en banlieue, et Dumbledore était mort. Il était seul. Horriblement seul. Ses amis ne lui avaient pas fait signe alors que la date de son anniversaire était passée. Rita Skeeter avait écrit un article qui peignait Dumbledore comme quelqu'un de très secret et ayant eu des contacts avec Grindelwald. Harry avait d'abord été atterré par ce qu'il avait lu, puis avait ouvert les yeux. Dumbledore ne semblait pas ce qu'il était. Il avait l'impression de s'être fait manipuler depuis le début et de ne finalement jamais avoir eu le choix à cause d'une stupide prophétie. L'histoire était faite pour être réécrite et il s'en voulait de s'être fait dicter sa loi par une simple prophétie. Il se sentait minable, stupide et rabaissé. Mais, Lord Voldemort restait un problème. Il faisait preuve de beaucoup d'intelligence depuis la mort de Dumbledore, et plaçait ses mangemorts les moins connus au ministère. Il espérait sans doute faire tomber le gouvernement sorcier ou en tout cas en avoir le contrôle. Harry n'avait pas choisi cette vie-là, mais une chose était sûr, il n'aimait pas Voldemort et il n'était pas de son côté. D'une certaine façon, Dumbledore n'était pas mieux que le Seigneur des Ténèbres. Tout n'était qu'apparence. L'un contre l'autre, les gentils contre les méchants. Harry s'était mis dans l'idée de tuer Voldemort pour venger ses parents. Il fallait déjà qu'il trouve les Horcruxes et ce n'était pas gagné. Il ne savait même pas où chercher. Mais, plus que tout, avant de commencer cette quête infernale et peut-être sans retour, il avait besoin de réponse. Si Dumbledore s'était montré aussi manipulateur, était-il possible qu'il ait occulté une partie de la vérité? La vérité pouvait être facilement déformée, réinventée, le problème était là. Harry ne connaissait finalement que peu de choses sur ses parents et il sentait le besoin de savoir d'où il venait. Il devait aller à Godric's Hollow avec Ron et Hermione, mais c'était quelque chose qu'il avait besoin de faire seul. Ca y était, il avait enfin dix-sept ans, et ses amis n'avaient pas donnés signe de vie. Il était en colère contre eux, mais supposait qu'ils avaient une bonne raison. Seul Luna lui avait envoyé une petite lettre pour son anniversaire et lui avait offert un pendentif avec un croissant de lune inscrit dans un cercle en bois. Evidemment ça avait une signification magique dans un temps ancien, mais ce n'était pas vraiment le genre de choses qu'Harry porterait dans la rue. Luna était pleine de surprise. Harry soupira, c'était décidé, le lendemain il irait à Godric's Hollow. Il s'était trouvé dernièrement une passion pour la lecture, surtout ceux parlant de Défense Contre les Forces du Mal. Il avait besoin d'engranger davantage de connaissances, s'il voulait ne serait-ce qu'avoir une toute petite chance de venger ses parents et de rester en vie. Il bailla, ferma son livre de l'année dernière et se glissa sous la couette en éteignant la lumière d'un coup de baguette. Harry adorait la magie et particulièrement maintenant qu'il pouvait faire ce qui voulait. Sa baguette glissa doucement sur le sol et il s'endormit.

Une alarme stridente retentit à sept heures du matin. Harry se réveilla en sursaut. Il avait encore fait des siennes. A la fin des livres Sorts et Enchantements, il y avait des sorts courant qui n'étaient pas étudiés en classe, ensorceler un réveil pour se réveiller à la façon sorcière en faisait partie, mais Harry avait vraiment raté le passage sur la conception du son, puisque l'alarme était insupportable. N'y pouvant plus, il prit sa baguette par terre, et donna un coup furieux au réveil rouge qui explosa aussitôt. Harry se releva dans son lit, les yeux gonflés d'avoir trop veillé la nuit dernière et constata les dégâts de façon assez floue. Il mit ses lunettes et se maudit, la magie n'était pas toujours facile, même pour les sortilèges simple. Il s'habilla, et fit son sac à dos, qu'il s'était acheté dans une de ces boutiques banlieusarde quelques jours plus tôt. Il emporta quelque petites choses, dont une bourse bien remplie et sa cape d'invisibilité. Il voulait passer inaperçu et ne pas se faire remarquer. Ensuite, il se donna un coup de peigne devant un miroir, mais voyant que c'était sans espoir, il descendit à la cuisine. Il posa son sac, sous le regard effaré de tante Pétunia et se servit en porridge et de thé.

_ Tu as l'intention de partir quelque part, demanda-t-elle froidement.
_ Je sors pour la journée, répliqua-t-il du même ton.
_ Il y a du jardinage à faire et…
_ J'ai dix-sept ans, je fais ce que je veux, défia-t-il. Je peux même utiliser la magie.
_ Pas sous mon toit, qu'est-ce que tu continus à faire dans cette maison?
_ Ne t'inquiète pas, je vais bientôt partir. J'attends que mes amis viennent me chercher.
_ Bien, j'ai appris que Dumbledore était mort.
_ Tu l'as appris, s'étonna Harry en fronça les sourcils en mettant brusquement sa cuillère dans la bouche.
_ Oui, je l'ai appris, tu n'as pas besoin de savoir comment. Ça doit être une perte pour votre monde.
_ Pas tant que ça, marmonna Harry.
_ Pardon, fit-elle comme si elle avait entendu une injure.
_ Effectivement oui, c'est une perte. Un rempart contre Voldemort qui vole en éclat.
_ Et qui reste-t-il maintenant? S'intéressa-t-elle.
_ Moi bien sûr, ironisa Harry avec un sourire amère. Je ne sais pas.
_ Les services secrets britanniques sont en train de faire n'importe quoi à Londres, c'est à cause de Tu-Sais-Qui?

Harry resta songeur. Comment sa tante connaissait tout cela? Décidément, il y avait bien des secrets. Tante Pétunia semblait savoir beaucoup plus de choses sur la magie que ce qu'elle laissait transparaitre. Alors comme ça, il se passait des évènements bien curieux à Londres, même dans le monde moldu. C'était peut-être un des buts de Voldemort. Il fallait qu'il infiltre la société anglaise moldu et sorcière à tous les niveaux. Mais Harry avait quand même du mal à voir la finalité de tout ceci. Voldemort agissait extrêmement prudemment, ce qui n'était pas son style, et faisait preuve d'une grande ruse montrant ainsi un visage différent de celui de la brute épaisse. Et quelque part c'était plus dangereux. Il était en train de prendre le pouvoir sans en avoir l'air, et pourrait ainsi diriger un gouvernement fantôme en tirant les ficelles des marionnettes. Harry devait bien reconnaitre que c'était du génie, et surtout bien plus efficace que d'attaquer ouvertement le ministère par la force, ce qui leur mettrait l'opinion publique à dos. De cette façon, il n'y avait pas, ou presque pas, de soulèvement de population. Seul Le Chicaneur mettait en garde contre cette politique, dénonçant un complot de Voldemort pour prendre le pouvoir, mais personne n'y croyait, peut-être parce que le magasine avait déjà fait le coup alors qu'il n'y avait pas raison d'être. Les sorciers ne voyaient rien, ne se doutant pas un instant que le redoutable mage noir puisse être derrière tout cela.

_ C'est possible, répondit enfin Harry après un certain silence. Qu'est-ce que tu veux dire par, ils font n'importe quoi?
_ Arrestations arbitraires dans les rues de Londres sous le prétexte de l'anti-terrorisme, accidents suspects, lois sortant d'on ne sait pas où, la presse dit que c'est nécessaire pour garder la sécurité de notre pays.

Harry pensa à ce que venait de dire tante Pétunia. Il avait déjà étudié ça en Histoire de la Magie, tout ça ressemblait étrangement à Grindelwald. Pour le plus grand bien. Il n'y avait plus de doutes à avoir maintenant, c'était un coup de Voldemort. Il copiait donc un autre mage noir pour la propagande, étrange…

_ Je dois y aller, lâcha Harry en se levant. Comment tu sais…, tenta-t-il.
_ Ne pose pas de questions, répliqua-t-elle sèchement.

C'était vraiment mystérieux. Harry n'aimait pas les mystères. Elle avait peut-être été plus proche avec sœur que ce qu'on pourrait croire. C'est sans doute sa mort qui l'a rendue aussi imbue d'elle-même, songea-t-il. Il enfila une cape à capuche en toile légère noir, pour faire plus sorcier, et ne pas avoir trop chaud. Il prit ensuite son sac à dos et s'apprêta à sortir, sa cape d'invisibilité aux reflets irisés à la main.

_ Tu reviens ce soir? demanda Pétunia en le voyant accoutré de cette façon.
_ Oui, avoua-t-il assez étonné qu'elle se souci de lui. J'ai besoin de faire quelque chose d'important.

Elle hocha la tête et Harry disparu aussitôt sous sa cape d'invisibilité. Elle fit la moue, mais ne parut pas plus surprise que ça…Il se dirigea vers Magnolia Crescent, se rendit visible et fit un signe avec sa baguette magique. Une étincelle blanche clignota à son extrémité avant de s'estomper. Quelques secondes plus tard, le Magicobus apparaissait dans un Bang retentissant avant de s'arrêter juste devant lui manquant de peu de le renverser.

_ Bienvenue au Magicobus, annonça un blond à lunettes qu'Harry ne connaissait pas. Je suis Jeremy Burton je serais votre contrôleur pendant votre voyage.
_ Qu'est-il devenu de Stan?
_ Il a été arrêté pour conspiration. Il préparait une attaque de mangemort.
_ Stan, s'étonna Harry, impossible.
_ Et pourtant, votre nom?
_ Dorian Renley, inventa Harry en mettant sa capuche sur sa tête pour cacher son visage.
_ Hum, sourit le contrôleur, Dorian Renley hein. C'est un nom d'emprunt, n'est-ce pas? Je t'ai tout de suite reconnu, tu es partout dans la presse, tu es…
_ Tu n'as pas à le dire, ni à raconter à qui que ce soit que m'a vu, fin de la discussion. Je vais à Godric's Hollow et je prendrais une tasse de thé.
_ Bien monsieur, hésita-t-il en voyant le regard noir d'Harry, Renley. Je vous souhaite la bienvenue à bord du Magicobus, et je vous souhaite un bon voyage. Je vous apporte cette tasse de thé, prenez place.

Décidément, il ne pouvait pas faire deux pas à l'extérieur sans que quelqu'un le reconnaisse.

Quelques chaises étaient disposées pour les clients qui avaient un trajet assez court, et des lits étaient à la disposition de ceux qui avaient beaucoup de route à faire étant donné l'heure matinale. Harry prit place, ne sachant pas trop à quoi s'attendre. Il était en quête de vérité, mais il avait peur. Peur de ce qu'il pourrait découvrir, peur que toutes ses idées soient renversées. Il allait peut-être enfin découvrir une plus large vérité, et se faire une idée plus complète de ses parents. Le contrôleur l'avait déjà reconnu, espérons que Voldemort ne mettrait pas son nez dans tout ça.

Jeremy lui donna sa tasse de thé qu'Harry paya ainsi que son ticket et le bus repartit à toute vitesse. Ce fut une suite de situations périlleuses, comme passer entre deux immeubles ou sauter sur un pont alors qu'il se soulevait pour laisser passer un bateau, une bande de sorciers miteux descendit à l'Allée des Embrumes et il marqua d'autres arrêts comme Ste Mangouste ou le ministère de la magie, avant d'arriver enfin à Godric's Hollow. Entre temps Harry avait presque la nausée, son thé était mal passé et il avait réussi à tomber une dizaine de fois par terre.

_ Godric's Hollow deux minutes d'arrêt, claironna le contrôleur, monsieur Renley c'est pour vous. J'espère que vous avez fait un bon voyage.
_ Si on veut, marmonna Harry. Vous reviendrez me chercher?
_ Oui, vous faites un signe avec votre baguette et on reviendra.
_ Au revoir Jeremy.

A peine fut-il descendu que le bus disparu comme il était arrivé. Harry regarda l'environnement. Il était dans une rue avec des petites maisons en brique dans le style anglais. C'était donc dans ce village qu'avaient habité ses parents. C'était bizarre que ce village porte le même prénom que celui de Gryffondor… Il semblait que cette rue soit la principale comme à Pré-au-Lard. Elle était remplie de banques campagnardes, de petites compagnies d'assurance ou des magasins de vêtements. Cette rue faisait un peu ville, mais concrètement Harry n'avait aucune idée d'où pouvait se trouver la maison de ses parents. En bas de la petite rue montante, il y avait une église au bord d'un petit ruisseau où il y avait un cimetière qui semblait d'une taille importante et brumeux. Harry eut un frisson. Il régnait quelque chose de magique sur ce cimetière…Il remonta la rue ignorant complètement où il allait et vit une boutique en bois qui semblait abandonnée. Cela l'intrigua et il observa. Une boule de cristal blanche apparut sur les rideaux noirs avec le nom Cristal Magique. Des lettres d'or apparurent sur la porte marquant ouvert. Pas de doute, il y avait de la magie là-dessous, Harry la sentait. D'après ce que disait Rita Skeeter, Dumbledore avait habité à Godric's Hollow, il y avait peut-être une possibilité pour qu'il y ait une communauté magique. La magie qui se dégageait de cette boutique était fascinante. Quelque chose de très sombre et d'envoûtant. Sans qu'Harry ne s'en rende compte, sa main était déjà posée sur la poignée qui brillait d'une lumière étrange. Il la tourna doucement, entra, la porte se referma toute seule derrière lui dans un claquement. Harry sortit de sa torpeur. Qu'est-ce que c'était que ça? Une grande pièce, simplement éclairée de bougies. Une jeune-fille blonde n'ayant pas plus de dix-huit ans, enveloppé dans un châle noir aux reflets bleu apparut. Sans lui adresser la parole, elle balança de gauche à droite des pierres rouge et verte qui s'éclairèrent puis s'éteignirent.

_ Bien, je sais que vous n'êtes pas un ennemi. De nos jours nous ne sommes jamais trop prudents. Bienvenue à la boutique Cristal Magique.
_ Je…, balbutia Harry en se disant qu'elle ne lui était pas totalement inconnu. Qui êtes-vous?
_ Je pourrais vous retournez cette question, bel étranger. Alors qui êtes-vous? Demanda-t-elle en tournant autour de lui comme un oiseau de proie.

Harry se ressaisit. Qu'est-ce qu'il lui avait pris d'entrer dans ce genre de boutique? Pourquoi la magie de cette boutique l'avait autant attiré? Au moins elle savait sûrement où était la maison de ses parents. Il était clair que c'était une sorcière, même s'il elle n'avait pas encore sortit sa baguette. Il devait être prudent c'était peut-être un piège. Il savait que ça risquait d'arriver à Godric's Hollow. C'était un endroit prévisible pour Voldemort. Dans ce cas, pourquoi était-il toujours en vie? Elle avait fait quelque chose avec ses pierres et avait dit que ce n'était pas un ennemi. Parlait-elle d'un éventuel mangemort? A quoi lui avaient servi ses pierres? Il avait entendu parler par Hermione des pouvoirs magiques des pierres, mais il avait pensé que c'était quelque chose de fantaisiste. Il allait entrer dans son jeu et voir ce que ça donnait.

_ Vous devriez le savoir puisque vous êtes une voyante, n'est-ce pas? Détourna-t-il la conversation.
_ Pas tout à fait, je suis une cartomancienne, je lis l'avenir dans les cartes. Voyons, si vous avez réussi à entrer dans cette boutique c'est que vous êtes un sorcier de toute évidence. Je ne me rappelle pas vous avoir déjà vu ici, vous êtes un touriste.
_ Un touriste, s'étonna-t-il.
_ Oui, Godric's Hollow est un lieu de pèlerinage pour les sorciers, puisqu'il est chargé d'histoire avec la mort des Potter et le survivant. D'ailleurs je me demande si…Votre aura est si…, s'arrêta-t-elle brusquement comme si elle venait de réaliser quelque chose. Prenez une carte, dit-elle finalement en alignant des cartes rouge avec une sorte de cercle jaune comportant des runes.

Malheureusement, Harry ne pouvait pas lire les runes. C'était Hermione l'experte pas lui. S'il devait jouer son jeu, il devait tirer une de ses cartes, même s'il n'y croyait pas. Il en prit une vers la gauche et la lui tendit. Elle jeta un œil et son visage s'illumina.

_ L'éclair, dit-elle en lui montrant la carte. Vous êtes Harry Potter, affirma-t-elle.

Finalement elle était plutôt douée. D'accord, il était facilement reconnaissable, mais avec sa cape on ne le voyait presque pas. Ceci dit, ça pouvait être de la logique, l'éclair représentait forcément sa cicatrice donc Harry Potter. Il enleva sa capuche et lui sourit.

_ Comment le savez-vous?
_ C'est un signe tellement évident.
_ Je dois avouer que tu m'as démasqué, décida-t-il enfin à parler en passant au tutoiement. Mais toi, tu ne m'as toujours pas dit comment tu t'appelais.
_ Je suis Natasha Trelawney, lui sera-t-elle la main. Enchanté de rencontrer une célébrité tel que toi.
_ Ça a un rapport avec Sybil Trelawney?
_ Je suis sa fille.
_ Je ne savais pas qu'elle avait une fille.
_ La vérité c'est que ma mère n'aime pas parlé de ses affaires. J'ai été élevé par mon père en Bulgarie, qui ne s'entendait plus du tout avec ma mère. Elle est revenue en Angleterre et elle a fait cette prophétie sur toi et le Seigneur des Ténèbres, ensuite Dumbledore a mis le grappin dessus. Il ne pouvait pas laisser quelqu'un qui avait fait une prophétie comme ça, en liberté. Je suis allée à Durmstrang c'est pour ça que personne n'a jamais parlé de moi.
_ Je l'ignorais.
_ Le seigneur des Ténèbres essaye de me recruter, c'est pour ça que je t'ai testé avec les pierres pour savoir si tu n'étais pas un mangemort.
_ D'accord, comprit Harry.
_ Alors cher Potter, qu'est-ce qui t'amènes ici?
_ Je suis venus voir la maison de mes parents.
_ La maison, tu veux dire le manoir.
_ Vraiment? S'étonna Harry.
_ Oui, on parle des Potter. Ils étaient une des plus riches familles de sorcier. Pourquoi entrer dans ma boutique?
_ Je ne sais pas, j'ai senti la magie de cet endroit. C'est comme si j'avais été hypnotisé.
_ J'ai ce pouvoir, mais je crois avant tout que si tu es entré ici ce n'est pas par hasard.
_ Qu'est-ce que tu veux dire?
_ Le hasard n'existe pas Potter, tu devais me rencontrer pour que je te dise quelque chose.
_ Quoi?
_ Je l'ignore. Peut-être pour que je lise ton avenir.
_ Je ne crois pas, s'exclama Harry qui commençait à en avoir marre de cette atmosphère écrasante.
_ Tu es en quête de réponses, tu pourrais peut-être en avoir certaine.
_ Comment tu le sais, soupçonna-t-il inquiet.
_ Je me sers de mes cartes pour lire dans l'avenir, mais je pressens les gens. C'est un don que beaucoup de sorciers puissants ont, je pense que Dumbledore l'avait et que le Seigneur des Ténèbres l'a aussi.
_ Donc tu es une sorcière puissante?
_ Je suis une sorcière particulière avec des dons particuliers, je n'en dirais pas plus. Ça ne prendra pas longtemps Potter, assieds-toi.

Harry soupira visiblement il ne pourrait pas y couper. Est-ce que tout cela serait vrai ou faux, Harry ne pouvait pas le savoir, mais elle semblait avoir de réels dons.

_ Choisis trois cartes Potter, le guida-t-elle.

Harry prit les trois cartes comme elle lui avait dit, au milieu des cartes éparpillés. Elle ramassa les autres et retourna une des trois cartes, représentant une flèche à double sens blanche et rose sur celle-ci.

_ Le changement, réfléchit-elle.
_ Ce qui veut dire?
_ Qu'il risque d'y avoir du changement dans ta vie et ce dans très peu de temps.
_ Qu'est-ce que ça veut dire? C'est positif ou négatif?
_ Je ne peux pas te dire avec certitude qu'il se passera ça ou ça, mais je peux te donner des éléments que tu retrouveras dans un futur proche. Tu vas avoir un choix difficile à faire Harry Potter. Un choix qui va déterminer ce que tu es, mais il semblerait qu'on va te forcer la main.

Harry resta pensif à ses paroles. De quel choix voulait-elle parler? D'un choix qu'il devrait faire dans l'avenir. Il avait déjà fait son choix, il se vengerait de Voldemort. De toute façon Harry n'avait jamais vraiment prêté attention à la Divination, pourquoi est-ce qu'il la prenait au sérieux? Il y avait quelque chose de différent chez elle. Peut-être que ses prédictions étaient vrai, douta-t-il. Non, c'était impossible. Aucun sorcier ne pouvait avoir le pouvoir de lire dans l'avenir, n'est-ce pas? Elle retourna la deuxième carte, celle qui était au milieu. Elle représentait un sablier animé qui n'arrêté pas de bouger en faisant couler le sable d'un côté à un autre. Elle la tapota avec sa baguette magique et quelques grains de sable sortirent de la carte en se répandant sur la table. Harry observa, c'était vraiment curieux ce rapport avec ces cartes magiques.

_ Le temps, murmura-t-elle songeuse en touchant le sable blanc.
_ Qu'est-ce qu'il y a?
_ C'est une carte qui n'est presque pas utilisée et en plus elle ne fait pas souvent ça.
_ Et alors quoi?
_ C'est étrange…Je vois une ondulation dans le temps. Peut-être que tu vas avoir tes réponses avec tes parents et c'est ce qui te poussera au changement, à faire un choix.
_ Je n'ai pas tout compris.
_ La vérité est une chose, mais elle n'est pas toujours très heureuse. On va voir avec la troisième carte.
_ Je m'en vais, déclara Harry qui se leva brusquement choqué par la dernière phrase qu'avait prononcé Natasha.
_ Nous n'avons pas fini, lui prit-elle la main avec force.

A son contacte, elle eut les yeux vitreux puis retira soudainement sa main.

_ C'était quoi ça?
_ Rien du tout Potter. Nous devons voir ce qu'est cette troisième carte. Ça porte malheur de ne pas terminer.
_ Bien, dit Harry avec lassitude en se rasseyant.

Cette fille avait vraiment un étrange pouvoir sur lui. C'était comme s'il n'avait pas le choix. Elle retourna la troisième et dernière carte qui montrait une cape noire à capuche vide, un peu comme les Détraqueurs.

_ L'Ombre, se contenta-t-elle de chuchoter.

Elle saisit sa baguette magique de bois clair qu'elle avait posé sur la table, tapota la carte de la même manière qu'avec la carte du temps. Elle prit une étrange lueur verte émeraude et une petite marque des ténèbres en sortie. Tous les détails y étaient en miniature. Elle poussa un cri de terreur et passa ses doigts dedans ce qui la volatilisa. Le motif disparu dans la carte et celle-ci redevint normale en reprenant sa couleur rouge vif. Le cœur d'Harry avait manqué un battement. La marque des Ténèbres, tout ça n'annonçait rien de bon…

_ Votre vie va changer Potter et cela, a un rapport avec le Seigneur des Ténèbres c'est inscrit dans le temps, se contenta-t-elle de dire comme si elle était pressée et qu'elle voulait se débarrasser de lui. Voici un plan de Godric's Hollow avec la maison de vos parents entourée, lui tendit-elle un parchemin avec dessin.
_ Qu'est-ce que vous avez compris avec la dernière carte?
_ Je crois qu'il serait tant que vous partiez monsieur Potter. Bon courage pour votre quête de vérité. Faites attention aux pierres tombales Potter, mit-elle en garde.

Harry ressortit dans la rue. Il était content de quitter cet endroit, mais il avait encore plus de questions qu'avant. Que s'était-il passé? La marque des ténèbres, c'était ça, non? Le changement signifiait peut-être la mort par le Seigneur des Ténèbres. Pourquoi lui avoir dit de faire attention aux pierres tombales? Elle avait visiblement vu qu'il projetait d'aller au cimetière. C'était vrai qu'il avait senti de la magie, mais si des sorciers y étaient enterrés, il n'y avait rien d'extraordinaire, non? Elle avait peut-être vu quelque chose quand elle avait touché. Mais normalement, elle n'avait pas ce pouvoir, elle ne pouvait pas avoir de visions, c'était juste de la cartomancie. Harry était encore plus confus qu'avant. Il était déjà neuf-heure, il fallait absolument qu'il retrouve le manoir de ses parents. Il eut quelques difficultés pour s'orienter, mais trouva finalement la rue, un peu excentrée où se trouvaient ses parents. Harry passa devant de nombreuses maisons qui devaient appartenir à des sorciers. Il y avait donc toujours une communauté de sorcier à Godric's Hollow. Au bout de la voix goudronnée, qui était en réalité une impasse, se situait un petit château en pierre tombant en ruine. Il y avait de grandes portes en fer forgé noir, portant l'inscription en lettre d'or,Manoir Potter. Une plaque était gravée sur le grillage racontant l'origine de la bâtisse.

Ce manoir, n'est pas le manoir d'origine des Potter qui se trouve en Ecosse, il a été acheté par James et Lily Potter lors de leur installation à Godric's Hollow. James Potter a décidé de se séparer du manoir familial pour s'installer avec sa femme et ses amis. On raconte que Sirius Black et Remus Lupin vécurent ici, jusqu'à la terrible attaque de Vous-Savez-Qui qui mit tragiquement fin à la vie James et de Lily Potter fin octobre 1981. Harry Potter, âgé à l'époque de un an, qui était le fils de James et Lily Potter survécu mystérieusement au sortilège de la mort lancé par Vous-Savez-Qui, et sous la puissance de l'impact mit fin au mage noir. Le verre cassé et la fenêtre abîmée correspondent à la chambre du jeune Harry ou le combat final a eu lieu. Les ragots disent qu'on auraient vu la lueur verte de l'Avada Kedavra jusqu'à Douvres. En mémoire de ces deux grands sorciers, le manoir resta en l'état.

Un double M était gravé en relief en bas de l'explication, indiquant en minuscule le Ministère de la Magie. Le ministère avait maintenant un logo qui faisait jeune. Cela devait faire partie de la nouvelle politique du gouvernement. Rufus Scrimgeour agissait comme si tout allait bien. Il faisait tout pour rassurer la population et s'investissait moins sur l'éducation des jeunes générations en fermant Poudlard. Cela avait fait un scandale, mais il avait calmé le jeu en disant que des cours en petits effectifs seraient possibles au Ministère de la Magie au nouveau poste du Département de l'éducation magique. Le gouvernement maîtrisait l'éducation, tout ce qu'il avait voulus, et en avait profité pour retarder à treize ans la scolarité des élèves ainsi que pour supprimer les A.S.P.I.C. Le Ministère de la Magie mettait en place une dictature en abêtissant la population sorcière. Rufus Scrimgeour se révélait ne pas être mieux que Fudge. Avec Voldemort, il avait peur de ne pas conserver son pouvoir. Harry ne savait pas si cette nouvelle ligne politique était un coup du Seigneur des Ténèbres, mais c'était justement ce qu'il cherchait. Sa prise de pouvoir passerait ainsi inaperçu.

En tout cas, Harry en avait appris davantage sur ses parents et sur leur demeure. Cependant, la plaque commémorative était loin d'être complète et suffisante pour lui. Il voyait la fenêtre qui n'avait plus de carreau et qui comportait des impacts, témoin d'une bataille acharnée. Maintenant qu'il était arrivé jusqu'à ce manoir, il n'avait pas l'intention de repartir. Il voulait en apprendre plus, sur comment était ses parents et ce qui s'était vraiment passé. Il devait entrer dans cette maison abandonnée, où il avait vécu pendant un an. C'était un pan de son enfance et son histoire. Il mit sa main sur le portail, le grillage le piqua et le fit saigner. Il secoua sa main avec une grimace avant de se rendre compte qu'une légère brise se levait et que les mots Bienvenue chez toi Harry Potter, flottaient dans l'air. Il en resta bouche-bée. Il n'avait jamais entendu parler d'une telle sécurité. Mais oui, c'était chez lui, pensa-t-il avec un mince sourire.

Timidement, il entra dans le jardin en friche. Il sentit une grande puissance magique émaner du manoir. D'un pas hésitant, il se demanda s'il faisait le bon choix. Mais son besoin d'en apprendre plus sur ses parents et sur lui, l'emporta sur toute rationalité. Il traversa le jardin de la demeure rapidement. Il arriva ensuite à une lourde porte de pierre qui semblait avoir été forcé. C'était donc ici que son père était mort. Harry resta songeur quelques instants. Dumbledore l'avait bien manipulé, mais c'était Voldemort qui avait scellé, ce soir-là, son destin. Neville aussi correspondait à la prophétie, pourquoi ne l'avait-il pas choisis? Pourquoi lui? Pourquoi les Potter qui étaient une famille si heureuse? Il était venu en ce soir d'Halloween, et il avait changé le destin de toute une famille. Voldemort avait tout détruit en seulement quelques minutes. Toute sa raison d'être, et tout ce qui faisait de lui un vrai Potter avait disparu. Harry était perdu, il ne savait plus qui il était, ni qui il devait être. Devant ce terrible désespoir, il prit son courage à deux mains et entra dans le manoir. Un couloir boisé se dressait sinistrement devant lui. Des tableaux animés de différents sorciers s'y trouvaient. Harry n'en reconnu aucun d'entre eux à part un ancien ministre de la magie ou encore des guérisseurs qu'il avait vu à Ste Mangouste. La plupart étaient absents, d'autre dormaient et certains chuchotaient sur son passage. Harry resta songeur. Comment se faisait-il que personne n'ai été prévenu de ce qui se passait? Harry avait vu pendant sa cinquième année des tableaux se déplacer et donner l'alerte de l'attaque du serpent au ministère. Aucun de ses tableaux n'était dans le bureau de Dumbledore, mais ils auraient quand même dut faire quelque chose, non? Tout cela restait bien mystérieux. Il arriva ensuite, à la cuisine qui semblait vraiment avoir été laissée telle quel avec la vaisselle qui se trouvait toujours dans l'évier.

Il actionna la porte en bois qui dévoila une salle immense ressemblant à un sal'on avec des fauteuils et des canapés et au fond se trouvait une grande table en marbre. Harry ne se rappelait pas qu'il vivait dans tout ce luxe. Si seulement tout cela n'était pas arrivé, sa vie aurait été différente. Les tissus verts des fauteuils et canapés attirèrent son attention. Pour des Gryffondors, c'était une décoration bien Serpentard…Il vit dans le coin de la pièce un escalier en bois de sapin qui montait à l'étage supérieur. Il prit la rampe et grimpa les marches.

Il aboutit, de nouveau, dans un large couloir qui comportait cette fois toute une série de portes avec des inscriptions en lettre d'or. Laboratoire de Potion était marqué sur la première porte. Quoi, se dit Harry. Slughorn avait parlé du don de la potion que sa mère avait, mais il ne s'attendait pas vraiment à tomber sur ce genre de chose dans sa maison. Il y avait tellement de choses qu'il ignorait sur ses parents...Par curiosité, il ouvrit la porte et découvrit une petite pièce inondée de lumière par des fenêtres enchantées, remplit de fiole contenant des liquide de toutes les couleurs et toute sorte de flacon en verre ressemblant assez à ceux que les moldus utilisent pour la chimie. Qu'est-ce que faisait sa mère dans ce laboratoire. Faisait-elle de la recherche? Pourquoi personne ne lui en avait jamais parlé? Harry découvrit également le Jardin Botanique contenant des plantes qui poussaient des hurlements et qui avaient de longs tentacules, il referma la porte avec inquiétude. Il tomba également sur une petite bibliothèque. Elle était succincte ne comportant que quelques rayons contre le mur, mais classé par domaine. Il aperçut ensuite un nom, sur une des portes, qui n'était n'importe lequel. Il fut tétanisé. Chambre de Regulus Black. N'était-il pas censé être mort à cette période? Et pourquoi avait-il une chambre dans le manoir de ses parents? Se pourrait-il qu'il y ai d'autres explications qui aient contribué au meurtre de ses parents? Regulus était un mangemort, non? Harry n'y comprenait vraiment plus rien. Il était devant la porte d'un mangemort qui été sensé être mort depuis longtemps. Harry comprenait mieux la touche Serpentard du salon, mais ce n'était pas possible…Regulus ici, dans ce manoir avec des opposants à Voldemort. Harry soupira. Il y avait beaucoup plus que ce que Dumbledore et les autres avaient bien voulu lui dire. Il hésitait à aller plus loin, dévoré par son envie de savoir et sa peur de découvrir une vérité troublante. Il s'était déplacé jusqu'ici, il n'allait pas faire demi-tour maintenant. D'une main tremblante il tourna le loquet qui était bloqué. Evidemment, pensa-t-il, la chambre de Regulus ne pouvait pas s'ouvrir comme ça. Il sortit sa baguette de sa poche et la pointa vers la porte fermée.

_ Alohomora, murmura-t-il alors qu'un éclair de lumière rose fut absorbé par la porte.

Le sort n'avait visiblement pas suffit à ouvrir la porte en bois. Harry réfléchit. Il y avait une serrure, donc il devait y avoir une clef. Mais si elle était fermé à clef, il aurait pu l'ouvrir avec l'Alohomora, elle devait être ensorcelée. Il avait étudié d'autres sortilèges pour déverrouiller les portes. Le seuil pouvait avoir une certaine importance dans la consistance du sortilège. Harry avait beaucoup apprit en lisant Sorts et Enchantements cet été. Il songea au sort du cadenas. Malheureusement, c'était un sort qui ne se prononçait pas, donc il était sûrement difficile et Harry ne l'avait pas encore essayé. Unbloc Cadneo, pensa fortement Harry en pointant sa baguette sur la serrure, Unbloc Cadneo, Unbloc Cadneo, Unbloc Cadneo,se répéta-t-il en boucle jusqu'à ce qu'un cliquetis se fit entendre. La serrure tourna toute seule et la porte s'ouvrit. Harry rangea sa baguette. Il avait réussi ce sort. Les sorts impronocés étaient sa grande faiblesse, il faudrait qu'il étudie ça de plus près. Il entra enfin dans la chambre de Regulus Black, le frère de Sirius.

La pièce était assez spacieuse, poussiéreuse et rangée. En réalité, le lit était fait, et la chambre était vide. A part quelques plumes, encriers et parchemins qui trainaient sur un petit bureau devant une fenêtre, il n'y avait aucun signe qui laissait supposer que quelqu'un avait résidé dans cette chambre. Sauf évidemment, un blason de Serpentard au-dessus de la tête de lit. Harry s'approcha du secrétaire et s'assit sur la petite chaise en bois. Il y avait des brouillons de courriers raturés et un parchemin roulé avec un poinçon de cire orné d'un B ouvragé. Harry le prit, défit le cachet et lut.

Au Seigneur des Ténèbres,
Si je suis encore en vie aujourd'hui c'est que vous m'avez épargné, alors que j'avais découvert votre secret sur l'immortalité et sur les Horcruxes. Me faire passer pour mort aux yeux de la société sorcière n'est pas de tout repos. J'espère que vous ne trouverez pas cette chambre, mais si jamais c'est le cas, sachez que je suis un de vos plus fidèles serviteurs et que ma présence dans la demeure des Potter, n'affecte en rien ma loyauté envers vous. J'espère, cher Seigneur, que vous allez pouvoir me pardonner et ne pas me tuer. Le meilleur moyen de ne pas me faire remarquer, était de me cacher à la vue de tous…Nous savons tous que la réalité peut être différente, et les que les apparences ne sont pas toujours ce qu'elles doivent être…
Regulus Alphard Black

R.A.B, remarqua Harry. C'était donc le frère de Sirius qui avait découvert les Horcruxes. Il le disait d'ailleurs dans sa lettre. Donc le Seigneur des Ténèbres avait fait passer Regulus pour mort. Dans ce cas, pourquoi Sirius lui avait dit à lui, que Regulus avait été assassiné par Voldemort plusieurs années plus tôt? Il lui avait donné la version officielle, mais est-ce que Sirius lui-même était au courant? Pourquoi ses parents avaient brusquement choisis d'héberger Regulus? Et surtout, si Voldemort n'avait pas lu cette missive et qu'il avait disparu juste après le meurtre des Potter, qu'était-il advenus de Regulus? Se pourrait-il qu'il soit encore en vie? Cela expliquerait le message de la grotte pour l'Horcruxes. Cette histoire allait tellement beaucoup plus loin que ce qu'on avait raconté. Harry avait l'impression d'avoir plus de question sans réponses maintenant qu'à son arrivée. Que s'était-il passé dans cette maison? se demanda-t-il. Il ressortit de la chambre et ne pensa pas à verrouiller la porte derrière lui.

La matinée commençait à s'avancer. Harry décida de s'arrêter uniquement aux pièces importantes comme sa chambre. Ainsi, il passa devant les portes Chambre d'ami: Sirius Black,Chambre d'ami: Remus Lupin, Chambre d'ami: vide, Chambre de James et de Lily Potter. Il marqua un arrêt devant Bureau de James et de Lily Potter, et se décida finalement à y entrer, après un instant d'hésitation.

Les murs étaient recouverts d'étagères contenant des livres, du sol au plafond. Une échelle en métal se trouvait à gauche contre les rayonnages et un bureau en bois majestueux avec des pieds sculpté en forme de dragon se dressait au milieu de la pièce. C'était un meuble ancien d'une grande beauté. Harry s'assied dans le fauteuil. Encore une fois, il y trouva deux lettres avec des écritures bien différentes. C'était incroyable de voir que tous se faisait par lettre à l'époque. Mais, Harry eut un choc quand il vit la signature d'un des parchemins: Narcissa. Qu'est-ce que la mère de Malefoy avait avoir là-dedans? Comment se fait-il que sa mère ai été en contact avec elle. N'étaient-elles pas censés se détester? Il y avait des secrets, toujours plus de secrets. Harry était perdu. C'était comme si toutes ce qu'il savait sur ses parents partait en fumée. Et si finalement la prophétie n'était qu'un prétexte, et que ses parents avaient étés tués pour une autre raison. Après tout, Dumbledore et les autres avaient supposés que c'était à cause de la prophétie qu'ils étaient morts, mais personne ne savait réellement ce qu'il s'était passé. Harry commençait à se demander s'il n'avait pas idéalisé ses parents. En venant dans ce manoir pour avoir des réponses, il ne se doutait pas que la vérité était aussi sombre. Il lut le parchemin.

Chère Lily,
Comment va ton mari? Ton fils? Tu n'es pas sans savoir que je n'aime pas faire affaire avec une Sang-de-Bourbe, mais je vais essayer de rester polis autant que possible. Je tenais à te remercier d'héberger Regulus alors que c'est un mangemort, reconnait que c'est juste la meilleur des cachettes. Mon cousin avait besoin d'un foyer, et il est censé être mort. C'est une histoire bien compliqué que je ne peux pas te raconter. Il parait que tu as réussi à devenir ami avec Regulus? Félicitation Lily, tu as réussi l'impossible. Mais il faut que tu saches une chose, Regulus a une très mauvaise influence sur toutes les personnes qui l'approche, et tu ne fais pas exception, d'après ce que j'ai entendu. Il a besoin de contrôler les gens en faisant sortir les meilleurs du droit chemin. Il t'a appris la magie noire, ce qui t'a permis de battre le Seigneur des Ténèbres trois fois, mais ne croit pas que lui soit ton ami. Contrairement à vous, nous les Serpentard, sommes capables de séduire, d'influencer, ou de mettre dans notre poche, les gens sans nous attacher à eux. Tu crois peut-être que tu l'as rendu meilleur et qu'il est plus de votre côté, mais tu te trompes. Regulus est et restera un fidèle mangemort et le jour où il devra quitter le navire, il le fera sans aucun sentiment. C'est une qualité pour certain et une faiblesse pour d'autre. Mais il est sûr que de votre côté, ça vous manque ce détachement. Regulus m'a dit également que James l'avait obligé à faire un Serment Inviolable pour qu'il ne puisse rien révéler sur vous. Je comprends votre démarche, mais c'est quand même répugnant, même pour toi Lily. Ne te rends-tu pas compte que tu accules Regulus en le poussant à trahir son maître? J'espère sérieusement que le Seigneur des Ténèbres vous tuera, toi et ta petite famille. Lily, tu sais que je n'aime pas avoir de dettes, c'est pourquoi j'ai accueilli à bras ouvert Sirius qui est retourné au Square Grimmaurd. Il m'a carrément abordé dans un coin discret du Chemin de Traverse, il n'est pas très content que Regulus ai, je cite "mis la main sur le manoir", il s'est disputé avec James, visiblement et m'a demandé de l'accueillir au Square Grimmaurd. Il m'a aussi dit que ma sœur Bellatrix était après lui. Il y a des choses que Bellatrix ne comprend pas, j'ai grandi avec Sirius, même s'il a mal tourné, ça reste quand même mon cousin. Voilà, tout ça pour te dire Lily, que je n'ai plus aucune dette envers la famille Potter. Il fut un temps où la famille Potter était très ami avec les Black, mais à partir du moment où tu t'es marié à James, tu as rompu la tradition de sang-pur entre nos deux familles. Je ne sais pas si tu es au courant, mais si James a déménagé et s'est marié aussi vite à toi, c'est parce que ses parents n'ont pas très bien prit le fait que vous étiez ensemble. Ils en ont beaucoup voulu à ton mari, et la famille Black a estimé que ce n'était pas la peine de rester ami avec une famille qui tolérait les Sang-de-Bourbe. Qui aurait crût que les gentils Aurors, comme le père de James, ne t'accepterait pas? Une dette réglée et une dette réglée Lily, on est d'accord que je ne te dois plus rien. Malgré tout, tu me dois des nouvelles de Regulus, et même si ça m'arrache la main d'écrire ça, je te remercie de l'avoir accueilli dans ton manoir. J'attends cette lettre que tu pourrais écrire, si tu n'es pas morte avant.
Narcissa

Maintenant, il apprenait que sa mère faisait de la magie noire et que c'était pour cette raison qu'elle avait réussi à battre Voldemort. Elle l'avait combattu plusieurs fois en le prenant à son propre jeu, mais elle devait être forte dans son domaine. Génial, dit Harry à haute voix d'un ton ironique, ma mère faisait de la magie noire. Il y avait beaucoup de choses qu'il ne savait, mais en tout cas ses parents se battaient contre Voldemort du côté de l'Ordre du Phénix. La deuxième lettre était écrite pas sa mère et inachevé, comme si elle avait été interrompu. La date se trouvait en haut à droit, et c'était le jour de sa mort.

Chère Narcissa,
Tu n'as pas à savoir comment vont mon mari et mon fils. Je ne te demande pas comment vont Drago et Lucius. Vous avez ce tic dans la famille de toujours penser que tout vous appartient. C'est d'ailleurs pour cette raison que tu nous as rendu service. Mais le problème avec toi Narcissa, c'est que ce n'est jamais gratuit. Tu dis avoir remboursé ta dette, mais tu te réserve le droit de me demander un service que je ne pourrais pas refuser, même si ce que tu demandes me répugne, parce que tu auras accueilli Sirius chez toi. Tu peux faire tes grands discours comme quoi Sirius est ton cousin, mais en réalité tu l'as juste fait par intérêt. Ce n'est pas parce que Regulus habite dans notre manoir, qu'on va boire le thé ensemble parlant des potins du monde sorcier. Surtout pas après ce que tu as fait à Molly sur le Chemin de Traverse, en l'humiliant en public. Tu as failli utiliser la magie sur elle, ça a fait la une de la presse à cause de toi. Tu veux savoir si Regulus va bien? Oui, il va bien, et contrairement à ce que tu crois, nous sommes amis et nous nous sommes bien rapprochés ces derniers temps. Des fois, je me demande si vous êtes de la même famille. Je te signale que Regulus était d'accord pour faire ce Serment Inviolable, et c'est la moindre des choses quand on sait qu'il est mangemort. Comme tu l'as dit, on doit se protéger et on a pris nos précautions. Si on a un problème, ce ne sera certainement pas à cause de Regulus. Mis à part Sirius, je me demande si ce n'est pas le…

La lettre s'arrêtait à ce moment-là et comporté une grosse tâche d'encre noir. Harry pensif sortit du bureau et se rendit à la dernière pièce de l'étage, qui était également celle qui l'intéressait le plus. Elle se situait au bout du couloir, au milieu, mettant fin à l'alignement des portes de droite à gauche. Chambre d'Harry Potter. Ça avait été sa chambre. Il y entra et trouva une pièce sombre, sentant l'humidité. Un vent glacial s'engouffrait par la fenêtre cassée, en cette chaude journée d'été. L'atmosphère de la chambre était lourde. La fenêtre était détruite, ainsi qu'une partie du mur de celle-ci. On savait que quelque chose d'étrange s'était passé. Harry sentait la noirceur de la magie qui avait été employé ici. Il y avait des jouets en bois répandus sur le parquet, et au centre de la pièce trônait un lit de bébé. Harry s'en approcha avec émotion. Alors, c'était ici que tout s'était passé. Dans cette pièce que son destin avait été scellé. Il suffisait de très peu chose. Les circonstances auraient étés différentes, la fin aurait été différente. Les détails. Tout n'était qu'une question de détails. Harry se demanda tout d'un coup qu'elle aurait été sa vie si ses parents étaient toujours en vie. Si seulement il pouvait se souvenir de ses parents quand il avait un an. Il aimerait tant avoir quelque chose à quoi se raccrocher. Puis dans un coin, il vit une lueur blanche transparente. Il fronça les sourcils. Il aperçut, ce qui ressemblait à une femme avec des couleurs tellement pâle que l'on voyait le jour à travers. Elle avait de long cheveux bouclé jusqu'à la taille roux, elle avait les yeux verts. Harry reconnu immédiatement qui c'était, mais n'y croyait pas trop. Elle se redressa pour flotter dans les airs de toute sa haute.

_ Harry, dit-elle en le regardant droit dans les yeux.
_ Maman, s'étonna-t-il. Tu es un fantôme, affirma-t-il plein d'espoir.
_ Un souvenir, rectifia-t-elle. Je suis Lily ta mère, mais je n'ai pas beaucoup de temps. Ce sortilège prendra fin une heure après t'avoir rencontré.
_ Tu savais que j'allais venir, sourit Harry.
_ C'était une évidence. Je répondrais à tes questions et te montrerait avec mes pouvoirs ce qu'il s'est passé cette nuit-là.
_ Maman, appela Harry, tu m'as manqué.
_ A moi aussi Harry, répondit-elle en le prenant dans ses bras translucide.

Harry sentait la douce étreinte de sa mère. A ce moment-là plus rien n'avait d'importance, il était bien. Elle rompit le contact et l'observa.

_ Tu as bien grandit depuis la dernière fois que je t'ai vu. Qu'es-tu devenu pendant tout ce temps?
_ Pas grand-chose, minimisa Harry. J'ai fait mes six années d'études à Poudlard, j'ai obtenu la plupart de mes B.U.S.E.
_ Tu as dut affronter Voldemort plusieurs fois.
_ Oui, malheureusement, dès ma première année.
_ Il a donc trouvé un moyen de vaincre la mort et de revenir.
_ Tu n'étais pas au courant? Testa Harry.
_ Non, mais j'ai vu ce soir-là, qu'il n'était pas mort. Il était réduit à un esprit, mais il avait beaucoup plus de pouvoir que ce que tout le monde a pensé.
_ Comment tu le sais? interrogea Harry avec suspicion.
_ Ce sortilège est conçu pour tout absorber après ma mort. C'est de la très grande magie tu sais, mais comme toute magie, elle a ses limites et un but.
_ C'est de la magie noire? demanda Harry en ayant peur de la réponse.
_ Effectivement. Qu'est-ce qu'il y a?
_ C'est la même magie qu'utilise Voldemort. Elle est mauvaise.
_ Tu as les mêmes préjugés que ton père. Je ne lui ai jamais dit que j'utilisais cette magie par peur de sa réaction. Je reconnais, qu'à la fin, j'ai beaucoup perdu en moralité. C'est vrai, cette magie a un effet néfaste sur l'utilisateur, elle est addictive et peut endommager une partie du cerveau. Elle fait aussi perde au sorcier tous discernements. Mais, cela m'a permis de battre Voldemort trois fois. C'est sûrement la plus puissante des magies, et pour c'est pour cette raison qu'elle est aussi dangereuse. Je ne souhaite pas que tu tombes dans la magie noire, mais si tu veux battre Voldemort c'est la seule solution.
_ Je me vengerais pour ce qu'il vous a fait, mais je n'ai pas envie de devenir comme lui en utilisant la magie noire.
_ Tu n'es pas comme lui, tu ne le seras jamais. L'intention compte énormément dans la magie noire, et tes motivations sont pures, Harry.
_ Je sais, mais ce n'est pas très bon de pratiquer cette magie. C'est Regulus qui te l'a apprise?
_ Oui, c'est lui. Je suppose que tu as vu sa chambre.
_ Je ne comprends pas, pourquoi accueillir Regulus?
_ Je devais un service à Narcissa. Elle avait fait en sorte qu'une certaine loi contre les née-moldu ne passe pas. C'était une dette.
_ Pourquoi ne pas avoir refusé? C'était un mangemort. En plus, il devait être mort.
_ Tu ne peux pas vraiment refuser une dette avec Narcissa, parce qu'il y a plus ou moins de la magie là-dessous.
_ C'est uniquement pour ça que Regulus était là?
_ Oui, je ne sais pas comment est Narcissa aujourd'hui, mais à l'époque elle avait des dettes partout, aussi bien avec les gens de l'Ordre que mangemorts.
_ De ce que j'en sais, elle n'est plus du tout comme ça, remarqua Harry. Tu étais ami avec Regulus?
_ Oui, enfin c'est ce que je croyais.
_ Comment ça?
_ Je vais te montrer.

Elle agita la main et une bulle blanchâtre apparu. Cette magie était vraiment puissante, se dit-il. Sa mère avait réussi à créer un souvenir qui durait jusqu'à ce qu'il arrive et qui avait ses propres pouvoirs sans baguette magique.

_ Passes la tête dans la bulle, conseilla-t-elle. Tu assisteras à la scène comme si tu y étais.
Harry approuva rapidement et plongea sa tête dans une sorte de brouillard blanc. Il reconnut le bureau de James et Lily Potter qu'il avait visité plus tôt.


Sa mère, avec sa longue chevelure rousse bouclée était en train d'écrire une lettre. Un homme d'une vingtaine d'année, brun avec des yeux bleus, entra en ouvrant brusquement la porte.

_ Regulus, dit Lily en se retournant vers lui la baguette à la main. Tu m'as fait peur.
_ Je n'ai pas le temps de parler Lily. Le Seigneur des Ténèbres est en route pour votre manoir. Je viens te faire mes adieux.
_ C'est impossible, avec le sort du Gardien du Secret on est très bien protégé. Tu n'as rien put dire vu que tu as fait un Serment Inviolable.
_ Ce n'est pas moi, c'est Peter.
_ Peter, il ne serait pas capable de faire du mal à qui que ce soit.
_ Tu te trompes Lily. Peter se sentait frustré et dévalorisé, il a trouvé de la reconnaissance ailleurs.
_ Peter, non, s'affola-t-elle en y croyant enfin.
_ J'ai essayé de vous prévenir, mais James disait que c'était une tentative de vous monter les uns contre les autres.
_ Alors c'est vrai, il arrive.
_ Oui, Lily.
_ Et toi tu ne fais rien?
_ A quoi tu t'attendais? Je suis un mangemort. Je te préviens quelques minutes avant, c'est déjà une haute trahison, crois-moi.
_ Regulus, qu'est-ce que je dois faire?
_ Tu n'as pas le temps de prendre Harry et de fuir. Prends tes dispositions. Sers-toi de la magie noire pour le protéger et vu que tu as combattu le Seigneur des Ténèbres trois fois, il est décent de croire que tu peux le battre une nouvelle fois.
_ Regulus s'il te plait, reste. Nous sommes amis.
_ Je ne peux pas Lily, débita-t-il d'un ton froid en la serrant dans ses bras. Je ne suis pas ton ami. Tu as fait une erreur en le croyant, comme avec Peter, fit-il remarquer avant de transplaner.


Le souvenir s'estompa et Harry retrouva sa chambre poussiéreuse.

_ C'est la dernière fois que j'ai vu Regulus avant de me faire tuer par Voldemort. Je croyais que c'était mon ami. Harry, avec les temps qui courent je te conseil d'être méfiant.
_ Oui, je comprends. Pourquoi, même Sirius m'a dit que Regulus avait été mort des années auparavant?
_ Sirius ne s'est jamais réellement entendu avec son frère. Ils s'aimaient beaucoup, mais avaient des relations conflictuelles qui pouvaient aller très loin. Je pense que pour lui, son frère était mort à ce moment-là, c'est pour cette raison qu'il t'a dit ça.
_ Sauf que personne ne m'a dit la vérité.
_ Personne ne savait, même pas Dumbledore. Il n'y avait que James, Sirius, Lupin et moi. Et Peter aussi. Ils faisaient des messes basses, j'aurais dut me douter que ça avait un rapport, murmura-t-elle pensive.
_ Lupin, lui aussi il ne m'a rien dit.
_ C'était un sujet délicat et secret, il ne pouvait juste pas l'annoncer au déjeuner.
_ Il est toujours vivant, informa Harry.
_ Tant mieux.
_ Maman.
_ Oui, mon ange.
_ Je me suis toujours demandé pourquoi papa n'avait pas mis sa cape d'invisibilité, quand Voldemort est arrivé.
_ Dumbledore ne te l'a pas dit, n'est-ce pas?
_ Dit quoi?
_ Ton père n'avait pas sa cape d'invisibilité le jour de l'attaque, pour la simple et bonne raison que Dumbledore l'avait. Il l'examinait parce qu'il la soupçonnait d'être un objet magique rare.
_ C'est-à-dire?
_ Il semblerait que cette cape rende un peu trop invisible. C'est un héritage des Peverell, elle est dans la famille de ton père depuis des générations.
_ Il me l'a restitué, mais il ne m'a jamais rien dit.
_ Ça ne m'étonne pas de Dumbledore. Je suis contente que tu la possède. C'est ce que ton père aurait voulu. C'est un objet magique unique et extrêmement précieux. Fais attention à qui tu la prête.
_ C'est juste une cape d'invisibilité, dit Harry sans comprendre.
_ C'est une cape spéciale. Harry, promets-moi que tu vas faire attention à ne pas perdre cette cape.
_ Je ferais attention, c'est la cape de papa. C'est tout ce qui me reste de lui. Donc, vous êtes mort à cause de Dumbledore.
_ En quelque sorte. Mais même si ton père aurait pu se sauver, ce n'était pas mon cas. Et James n'aurait pas voulu me laisser ici avec toi. Harry.
_ Oui.
_ Méfis-toi de Dumbledore.
_ Pourquoi?
_ J'ai toujours pensé qu'il cachait quelque chose. C'est un grand sorcier, il n'y a pas de doutes là-dessus, mais ces méthodes sont parfois douteuses. Il fait ça et ça pour gagner contre Voldemort et faire le bien, mais au final il se sert des gens sans se soucier des conséquences.
_ Je sais, se contenta de susurrer Harry d'un air morose.
_ Il a essayé de t'utiliser contre Voldemort, n'est-ce pas?
_ Oui, avoua Harry.
_ Et maintenant tu n'as plus le choix parce qu'il est après toi.
_ Oui.
_ Ne le fais pas parce que Dumbledore te le demande, fais-le pour toi. Ce n'est pas lui qui dirige ta vie.
_ Dumbledore est mort.
_ Quoi, il est mort. A part toi il n'y a plus personne digne de s'opposer à Voldemort, n'est-ce pas?
_ Oui. Je suis visiblement le seul capable de le battre.
_ Harry, je suis désolé qu'un tel poids repose sur tes épaules à ton âge. Il va falloir que tu t'entraînes, que tu apprennes de nouveaux sorts.
_ C'est du suicide, désespéra Harry.
_ Harry, tu es mon fils et celui de James, tu vas y arriver.

Il soupira. Sa mère était pleine d'illusions. Si seulement c'était vrai. Tout d'un coup, Lily devint plus translucide.

_ Maman, qu'est-ce qui se passe? S'affola-t-il.
_ C'est le sortilège qui est en train de s'estomper. Mon ange, il faut que je te montre ce qui s'est réellement passé ce soir-là, juste avant et juste après ma mort. Dumbledore n'a pas dut te donner la version longue, mais en gros ton père a été tué en bas et moi en haut.

Avec sa main, elle fit apparaître une nouvelle bulle. Harry plongea dans ce brouillard comme précédemment.
[hr]
Voilà, c'était la première partie de ce chapitre. Pour avoir la suite: http://librosophia.com/inclassable/quand-lun-entraine-lautrechap-1-part-2.htm
J'espère que ça vous a plut!

darkviki dans Inclassable.
- 2682 lectures


Ce texte à inspiré les textes suivants

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.