Regard sur … « Les Autres »

Quelques clichés, sont restés en moi, en regardant « les autres », surtout en prenant par exemple le métro à Paris …
Regard vide, pas plus heureux d'aller au travail le matin, que de rentrer à la maison le soir…
Chacun de nous représente « Les Autres », qui ont le regard sur « Nous » … Notre conscience.

                                                           De ma fenêtre close, je regarde les « Autres » …
                                                           Qui sont-ils ? … Se connaissent-ils ?
                                                           Dissociés, mais qui néanmoins se rassemblent...
                                                           Où vont-ils ? … Les uns et les autres, en tous sens,
                                                           Pourquoi courent-ils, sans se voir …
                                                           Guidés par leurs pensées,
                                                           Sur les rails de leurs réflexions,
                                                           Chacun dans leur monde, le même pour tous…
                                                           Apparemment, ils se ressemblent ;
                                                           Mais, chacun est unique, porte un numéro différent...
                                                           Que font-ils ? … Avec des fils branchés aux oreilles,
                                                           Ils parlent seuls dans la rue, sans voir les autres …
                                                           Répondent à eux-mêmes, peut-être à leur conscience,
                                                           Ou poussent des cris, envers leurs semblables ;
                                                           Ils paraissent tristes, éteints, le regard vide,
                                                           Face à certains qui rient … De qui ? De quoi ? …  
                                                           Ils marchent solitaires … Dans l'indifférence,
                                                           Pourtant, si nombreux, sûrement complémentaires…
                                                           Sur le trottoir, un chien se promène, remuant la queue,
                                                           Truffe dans le vent, heureux de sa liberté…

                                                           J'ai ouvert ma fenêtre, pour aller vers les autres,
                                                           Ensemble, chercher notre idéal,
                                                           Au-delà de la réalité, il y a l'espoir…
                                                           Certains sont assis sur des bancs, l'air heureux,
                                                           Ils partagent leurs idées, parfois souriants,
                                                           Ils vivent, nous vivons…
                                                           Tandis que certains déambulent,
                                                           D'autres montent, dans des machines,
                                                           Qui glissent sur le sol, bruyamment,
                                                           Crachant derrière eux, un brouillard nauséabond,
                                                           Ou s’engouffrent, dans un grand tunnel sous la terre,
                                                           Croisent, d'autres qui en sortent,
                                                           Ces derniers je pense, ne sont pas les mêmes...
                                                           Il doit être instauré des heures, pour s'alimenter,
                                                           Car quelques-uns, mangent en marchant vite,
                                                           Ou, on peut les voir, dans des grandes salles,
                                                           Assis autour de petites tables, d'un air convivial,
                                                           Détendus, ils semblent apprécier ce moment,
                                                           Sauf l'un d'entre eux, demeurant debout et sérieux,
                                                           Qui distribue, la nourriture …
                                                           Puis, ils se lèvent et abandonnent leurs sourires …
                                                           Ils jettent parfois un regard, sur d'autres,
                                                           Qui, avachis sur le sol, appuyés contre un mur,
                                                           Nourris de l'air du temps...
                                                           Restent figés, la main tendue et vide…
                                                           J’ai refermé ma fenêtre, comme « les autres » …
                                     

Noel Turo dans Inclassable.
- 94 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.