RENCONTRES






les textes de base d'un spectacle, à la recherche de deux interprètes
la pièce peut être jouée sans les chansons 

RENCONTRES
(textes des dialogues de Bernard Pichardie déposés
les chansons sont déposées à la SACEM... les liens vers les maquettes des chansons se trouvent à la fin de l'article)
— — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — —
Prologue

Rencontres (coécrit avec Marie-Noëlle Pichardie, musique de Michel Veron)

Partir
Quitter l’enfance
La délivrance
Écrire

Écrire
L’écho pour lui plaire
La beauté d’un mystère
Offrir

Offrir
L’oiseau du bonheur
Le vent de notre cœur
Fleurir

Fleurir
Les jardins sous ses pas
La rosée entre ses bras
Rougir

Rougir
Sous les feux de l’amour
De ses contours
Choisir

Choisir
Sa peau dorée
Son corps satiné
Jouir

Jouir
Sous les caresses
De son ivresse
Partir

Partir
Vers le repos
D’un jour nouveau
L’avenir
— — — — — — — — — — — — — — — — — — — — —
Scène une

H « Vous venez pour la première fois ici ?
— De temps en temps, quand je le peux, et vous ?
— Moi aussi, pratiquement toutes les semaines, j’adore ce lieu paisible.
— C’est un endroit calme où l’on peut souffler. Regardez, les gens qui passent ont l’air serein. Même les enfants ne se chamaillent pas ou peu.
— Je n’avais jamais pensé à ça ! Maintenant que vous le dites, j’ai l’impression que même les pigeons volent doucement !
— Et la ville n’est pas loin ! Enfin, je veux dire que nous sommes presque dans le centre-ville, mais ici, la tranquillité règne. Il y a bien un peu de vent qui fait frissonner les feuilles des arbres, sans nous déranger.
— J’appelle cet endroit mon petit coin d’oasis. Je m’y sens à l’aise et je viens tous les samedi matin pour prendre du bon temps à ne rien faire ou si peu. J’observe, j’écoute, je respire pendant une petite heure et je repars avec, dans mes bagages, du tonus pour une semaine.
— Par manque de temps, je ne suis pas là souvent et je le regrette. Il faudrait que je m’organise mieux de façon à m’octroyer, comme vous, ce genre de pauses.
— J’aime m’assoir sur ce banc et pas un autre et si, quand j’arrive, il est pris, j’ai l’impression que ma halte va être gâchée.
— C’est une manie de vieux garçon !
— Ah bon ! Peut-être, mais je suis un demi-solitaire et pourtant je n’aime pas faire les choses à moitié !
— Au moins, vous avez de l’humour. Ça doit bien servir pour draguer.
— Mais, je ne drague pas ! J’ai une famille, femme et enfants et je suis fidèle.
— C’est une voie en disparition.
— Vous croyez ?
— J’en suis certaine. C’est rare d’entendre un homme dire qu’il a une famille, surtout quand il est seul sur un banc dans ce parc.
— Depuis que vous venez ici, vous réalisez des statistiques ? !
— Pas du tout, d’ailleurs, je ne parle à personne, c’est vous qui m’avez posé la première question. Au début, je me demandais si vous n’aviez pas une idée derrière la tête. Je me suis vite rendu compte que vous aviez envie de faire la causette.
— Exact ! Mais c’est uniquement parce que vous avez squatté mon banc préféré. Rassurez-vous, je ne vous en veux pas. Et vous, vous avez une famille ?
— Oui, un mari, un amant, un ami. Mais c’est un trio en une seule personne !
— Vous aussi, vous avez de l’humour. Et des enfants ?
— Non, je ne peux pas en avoir, mais j’ai une flopée de nièces et de neveux qui me rendent la vie pas trop fade… Pas fade du tout ! Heureusement, ils me permettent de combler mon vide en ce qui concerne ce manque qui me hante parfois.
— Je comprends, disons que j’essaie en pensant à mes « petits » (je dis petits mais ils sont bien grands) qui me remplissent de vrais bonheurs au quotidien. Et votre mari ne souffre pas de cette situation ?
— Non, quand nous nous sommes rencontrés, j’ai annoncé la couleur rapidement quand notre relation semblait bien partie. J’ai horreur de tricher ! Il fut de suite sur la même longueur d’onde avec moi. Je lui en serai toujours reconnaissante.
— Je vois que l’heure tourne, je dois partir sinon, ma femme va appeler Police secours !
— Je peux vous faire un mot d’excuse si vous le souhaitez !
— Merci, mais je n’ai ni papier ni stylo.
— Moi non plus !
— À bientôt j’espère.
— Oui à très bientôt. Euh, je ne connais pas votre prénom.
— Justine, et vous ?
— Sébastien. »
— — — — — — — — — — — — — — — — — — — — —
Scène deux

pour découvrir la totalité de la pièce :
http://chantsongs.centerblog.net/6300478-rencontres 

Bernard Pichardie dans Inclassable.
- 1106 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.