Requiem pour un platane

Je ne savais pas que nos chers élus étaient à ce point cinéphiles. Ils sont accros à la pellicule ,la vraie bien sûr, pas celle qui tombe des cheveux généreusement gélifiés au gras de sébum, bio naturellement .
Leur penchant est tel, que depuis des mois ils installent au bord de nos belles routes de France, une multitude d’appareils à flash, aussi crépitant  que ceux des paparazzis lors de la montée des marches à Cannes.
Depuis, les consultations ophtalmologiques pour éblouissement ont fortement augmenté chez les  renards, sangliers et autres lapins.
En plus de cette brillante idée de vouloir établir un press-book, non exhaustif, de tous les automobilistes de l’hexagone, ils veulent nous jouer un remake de « Massacre à la tronçonneuse ».
Nos technocrates préférés, ont eu la fantaisie de nous envoyer une nuée de bucherons pour tronçonner, au raz du bitume, tous les platanes de France.
Cet arbre emblématique, qui transforme nos départementales en cathédrales ombragées, havres de fraicheur en plein mois d’aout ; est parait-il responsable de tous les maux.
Quatre cent morts par an au bas mot, selon les dires des autorités et les interrogatoires serrés des végétaux mis en garde à vue.
Pourtant les dernières recherches du Centre d’étude et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement, démontrent que l’arbre montre la voie, maintient l’attention et incite à lever le pied.
Une campagne de plantation  en Angleterre, a permis de diminuer de vingt pour cent  le nombre d’accidents sur les routes de campagnes.
Mais ce qui est bénéfique chez notre meilleur ennemi ne peut  évidement pas l’être chez nous.  Il est vrai  qu’en cas d’accident, abattre un arbre, c’est une mesure visible, médiatisable, qui, en prime, évite les frais liés à leur entretien.
Réduire la vitesse autorisée, baisser l’alcoolémie tolérée, lutter contre la délinquance routière, augmenter les voitures banalisées, renforcer l’arsenal pénal ;  des mesurettes que tout cela.
Les responsables  ce ne sont pas ces criminels qui doublent en aveugle, ni ces abrutis  Chivatisés jusqu’aux yeux, ni ces intoxiqués du smartphone textotant  avec frénésie. Non les fautifs se sont les arbres !!!
Idéfix aura beau pleurer toutes les larmes de son corps et Obelix leur distribuer des baffes à tour de bras, nos politiques n’en démordent pas. Abattez-les, abattez-les.
 
 
« Quand un troupeau de moutons est à la merci d’un âne au volant de cent dix bourrins, la route devient une roulette russe »

Diderot de Poche dans Inclassable.
- 163 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.