Une vie

Assurément, il avait un don, celui de noyer le poisson...
Il l'avait bien eue avec sa belle gueule d'ange, ses yeux bleus de merlan frit,
et son sosie à la Johnny !

Il l'avait repérée avec se taille de guêpe...
Appelons un chat un chat, il avait flairé son appât ;
C'était parfait pour lui !

Elle était bête comme une oie blanche,
elle n'y verrait que du feu.
Puisqu'elle était amoureuse comme une chatte,
Il serait facile de lui faire avaler des couleuvres,
de continuer à faire la roue comme un paon...
et de se faufiler comme une anguille...

Elle l'avait découvert chaud lapin, toujours des fourmis dans les jambes.
Rusé comme un renard,  il retombait toujours sur ses pattes...
Pour lui, pas de problème, le mariage ce n'était pas avoir un fil à la patte !
Dans sa vie il était comme un coq en pâte.
Et elle, myope comme une taupe
il pouvait la rouler à son gré dans la farine.

Quand elle exprimait son désaccord, il montait sur ses grands chevaux,
devenait méchant comme une teigne.
Elle lui disait qu'à force de ménager la chèvre et le chou,
la corde allait casser...
Elle avait tout essayé, le menacer de partir,
pleurer des larmes comme des rivières...
Ce drôle de zèbre lui faisait du chantage.
Il lui disait "chante beau merle".

Il avait bien fallu l'admettre, le ver était dans le fruit.
Elle n'en pouvait plus de ses manies de faire le singe pour épater la galerie...
Elle n'en pouvait plus d'être le dindon de la farce,
Pas d'autre issue... prendre le taureau par les cornes...
Un beau matin, elle jeta ses jambes à son cou et détala comme un lapin sa valise à la main.
Il était temps qu'elle reprenne sa vie en main.
27.11.2017
Lilia02

lilia02 dans Inclassable.
- 663 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.