À VÉLO

J'écarterai volontiers des cuisses là, maintenant.
Enfouir mon bel engin sur une chaude piste
Afin de baisser mon enivrante fièvre.
Hum ! Je m'infiltrerai tel un serpent dans son antre,

Laisserai rouler mon cylindre dans son elle,
Je saisirai, sucerai sa pulpeuse clairière pleine de lumière.
Oh oui ! Comme je me sentirai bien entre ces guidons,
Sollicitant les mollets pour une pénétration contrôlée...

Dans ce paysage à la voie raide, étroite,
Et par-dessus tout glissante.
Heureusement que j’ai de la ressource
Je m’y connais, elle m’est soumise.

"Mais ! Mais, qu'est-ce t'as toi !
Tordu ! Ce n'est qu'une balade à vélo !"

Tchétché Moïse Daniel (ARTISTE DE L'ART) dans Littérature.
- 349 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.