Chronique Analytique du beau

Ce texte est une réponse à Mes petites impressions sur mes lectures de darkviki.


Mon avis: Je n'ai pas la prétention d'avoir tout compris car ce livre de Kant m'a parut beaucoup plus compliqué que celui de Nietzsche que j'ai lu il n'y a pas longtemps, notamment au niveau du style qui était parfois un peu embrouillé. Par exemple il y avait des phrases qui étaient coupées par une apposition et qui reprenait 3, 4 lignes plus tard, ce qui demande beaucoup de concentration pour suivre le fil de la pensée. Disons-le franchement, je ne suis pas encore assez vielle ou assez mûr pour avoir tout comprit, certaines choses me sont passés au-dessus de la tête, mais je vais essayer de vous parler de ce j'ai comprit.
Kant parle ici des différents aspects du beau et du jugement d'une oeuvre. Pour lui, il y a deux sorte de beauté dans le jugement, le rationnel et le subjectif. Le rationnel regroupe tout ce qui est technique et supposition sans que l'opinion personnel intervienne, le subjectif est la notion d'esthétique se rapportant à notre imagination mais aussi à notre ressentit, à nos sentiments. Il associe également les notions de plaisir et de désir que peuvent provoquer une oeuvre de part sa beauté ou des sentiments qu'elle provoque. Pour lui, si nous aimons une oeuvre il y a un sentiment de satisfaction. C'est chercher un peu loin d'après moi, mais cette distinction est intéressante. Pour Kant, le cadre d'une peinture serait de l'ordre de l'ornement est une parure qui serait dommageable à la beauté de l'oeuvre. Il dit aussi que notre jugement serait conditionné. Plusieurs questions se posent alors. Peut-on avoir un jugement pur? Est-ce que la perfection existe en matière d'art? Est-ce que tout est nécessaire dans une oeuvre? Le jugement de goût pourrait-il être une exigence de la raison?
Voici les questions que je me suis posée durant cette lecture et qui n'ont pas toutes de réponses ou du moins une réponse suffisante à mes yeux.


En conclusion: c'était une lecture un petit peu difficile c'est sûr, mais que j'ai malgré tout bien apprécié. Ayant fait une filière art au lycée ce sujet m'intéressait et je trouve ses remarques parfois intéressantes. Cependant, certaines tombaient sous le coup du bon sens à mon avis et n'étaient pas forcément utiles.

16/20

Citation: "Car, quand la loi morale parle, alors il n'y a plus objectivement de choix libre portant sur ce que l'on doit faire; et montrer du goût dans son comportement (ou dans l'appréciation de celui des autres) est quelque chose de tout autre que de manifester qu'on pense de façon morale: penser de façon morale contient en effet un commandement et produit un besoin, alors qu'au contraire le goût éthique se borne à jouer avec les objets de la satisfaction, sans s'attacher à un seul."

darkviki dans Littérature.
- 1119 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.