Extrait Horrible prophétie

Ce texte est une réponse à Horrible prophétie au Salon du Livre Paris de darkviki.
Extrait Horrible prophétie.



Une lune rougeoyante comme une maison en flammes se leva lentement derrière les côtes lointaines, illuminant la mer. Le ciel extrêmement sombre, faisait ressortir la pleine lune sanglante, qui brillait d’une lueur éclatante. Une beauté stupéfiante, fascinante et terrible. Une force dévastatrice venant de l’autre monde qui répandra malheur et désolation. La puissance d’une menace lourde et écrasante qui embrume soudain le ciel embrasé. Un brouillard épais et glacial, opaque et tranchant sans équivoque, ne pouvant rien annoncer de bon. La quiétude d’un doux matin chamboulée par un phénomène étrange et mystérieux. Au loin, un bateau brillait d’une sorte de lumière blanche aveuglante qui se rapprochait du port inexorablement. Lentement mais sûrement, la chose arrivait comme un mauvais présage. Le phare rouge brique n’arrivait pas à percer la fumée dense et rosâtre qui n’avait rien de naturelle. A cette heure si matinale, le quartier du port était désert comme le reste de la cité qui dormait dans une tranquillité inquiétante. Les marchands arriveraient en milieu d’après-midi pour la foire d’automne. Un bruit strident et sinistre arracha toute sa beauté à l’aube, la rendant obscure et fun'este. La caravelle noire transparente comme les ténèbres, venait de heurter le quai sous un ciel gris, accompagnée de ses corbeaux en mouvement. Elle avait démarré, cette horrible prophétie.

Les magiciens se ruaient en pyjama dehors en toute hâte, dans une angoisse sans nom. L’agitation se transforma bien vite en étonnement. L’étonnement de voir un bateau délabré et imposant dans une petite ville. Ceux qui ne savaient pas ce que cela impliquerait sont rentrés honteux dans leurs maisons, les autres sont restés paralysés d’effroi et d’appréhension, immobiles comme de la glace. Oui, certains connaissaient la prophétie et savaient qu’elle était source de désespoir. Elle disait que : « Quand la lune rouge sera présente au lever du soleil et que le bateau fantôme arrivera, une série de morts sanglantes surviendra, et dont le responsable sera une créature de la nuit à l’apparence humaine ». C’est pour cette raison que, les plus savants étaient terrorisés et ne voulaient pas y croire. L’angoisse commença à envahir la petite agglomération, et bientôt se répandit la rumeur que ce bateau était maudit. Le roi et la reine vinrent constater eux aussi la terrible réalité et convoquèrent le conseil de la ville sur le champ. La réunion sembla durer des heures, pendant lesquelles tout le monde paraissait se convaincre que c’était juste une légende. Ils finirent par annuler la foire d’automne, empêcher toute personne d’entrer ou de sortir du bourg, et ériger sa protection avec une puissante barrière magique. Mais ces mesures impressionnantes, alors que tout le monde croyait à une simple légende, ne seraient pas suffisantes.

Quinze heures, l’échéance se rapprochait, les marchands participant à la foire d’automne, n’avaient pas pu amarrer leurs bateaux au port, et repartaient, bredouilles, vers des contrées lointaines et plus nordiques. Les habitants, déçus, insouciants, s’occupaient comme ils le pouvaient en ce jour sacré de Mérédith, magicienne fondatrice de la foire. Des
gens frivoles, ne sachant rien de ce qui pourrait se passer, cherchaient de la farine, accompagnées de leur cheval, vaquant paisiblement à leurs occupations, sans se douter un seul instant qu’un drame horrible se déroulerait dans leur précieuse cité. Drame, qui serait le début d’une longue descente aux enfers pour la localité. Ces quelques minutes futures où, le roi et la reine seraient impuissants face au cadavre d’un habitant. Horrible prophétie qui n’avait pas fini de faire des dégâts.

Le lendemain, à six heures, une magicienne sortit de chez elle, et monta son cheval. Elle voulait demander un sort ancien à la librairie principale et décida de s’y rendre. Une fois sur place, elle poussa un cri effroyable tel que personne n’en avait jamais entendu. Cela attira du monde, la vue du spectacle était insupportable, intolérable : un corps déchiqueté au milieu d’une mare de sang, un visage tuméfié devenu hideux celui d’une personne connue. Ce qui frappa les habitants n’était pas l’horreur en lui-même, mais le fait que la victime soit le cordonnier. Un de ces artisan bien connu par la population. Terrifiés, ils réalisèrent que ça aurait pu être eux, leurs enfants, et, quelque part, c’était plus terrifiant que la vision de ce pauvre commerçant. Cela en disait tellement long sur l’homme ... La jeune fille qui avait découvert ce macabre spectacle s’appelait Lénora, une innocente magicienne qui venait juste d’achever ses études à l’Académie de Magie. Ce qu’elle ne savait pas, c’était que son âme serait pervertie à
jamais par cette vue problématique. Des blessures qui ne cicatriseraient pas. Le roi et la reine n’avaient donc pas pu éviter cette tragédie, entraînant un climat catastrophique, dangereux pour leur règne et l’équilibre du royaume. Horrible prophétie, rien ne semblait pouvoir y mettre fin.

Le gouvernement avait juré vengeance en disant tout faire pour retrouver le monstre coupable de ce forfait, et qui n’avait d’ailleurs pas pu sortir de la ville, avait-il conclu. C’était de ces paroles purement politiques, qui n’aboutiraient jamais à rien, tandis que la crainte et la peur se répandaient comme une traînée de poudre. Dans l’incertitude la plus complète, n’importe qui pouvait être frappé, tel un jugement
divin. Que ce soit son voisin, commerçant, ses sœurs, frères, enfants ... Cette crainte, mêlé à de la méfiance,...

Sur commande dans toutes les librairies. Disponible sur: https://gribouillebookblog.wordpress.com/2015/10/20/horrible-prophetie/ pour le livre numérique et papier.
Répertorié aussi sur les sites de lecture en ligne comme Babelio, Livraddict, Booknode, SensCritique, Libfly...




darkviki dans Littérature.
- 2022 lectures - mention j'aime

Ils ont aimé Extrait Horrible prophétie

Twitter Facebook Google Plus email

Inscription à Librosophia

##user_image##
##user_name## ##content_content##
##content_date##
Raf Bonjour Martin,

Bienvenue sur Librosophia ;-)

Merci de cet extrait ! Veux-tu que je corrige ton problème pour l'image ?
N'hésites pas à mettre un lien vers ton diffuseur à la fin de ton texte, en espérant que nous pourrons augmenter tes ventes.
Raf PS : Pour la mise en page, je pense que tu as copier-coller, la solution est de coller ton texte dans un éditeur de texte simple comme le bloc note de WIndows avant de le copier ici.
Raf PS2 : Je viens de voir ta vidéo sur Google+, qui est très bien au passage, tu devrais aussi la mettre sur ton texte :-)
darkviki Merci beaucoup Alexandre Clain. J'avais un peu peur que cela face trop publicitaire. Je veux bien de l'aide pour l'image. J'ai pas encore trouvé la fonctionnalité pour envoyer des messages, donc je te réponds ici. Encore merci.
Raf Non tu as bien raison de la faire ! L'objectif du site est de promouvoir les lettres, tu es dans le thème :-)
La messagerie est dans le bloc en haut à droite ;-) Je viens de t'envoyer un message privé d'ailleurs.
Juju "Les ténèbres les plus sombres..."  Ah, parce qu'il y a des ténèbres claires XD ? Des ténèbres moyen-sombres ? Des ténèbres un peu sombres, mais pas trop ?  Il faut croire, puis qu’apparemment il y en a aussi des "transparentes"... (comme l'opacité j'imagine, ou le rose banane).

Les superlatifs ont un sens, un but, comme les mots. On ne peut pas s'amuser à les employer au hasard, parce que ça a l'air de bien sonner vu de loin, et croire que ça aura du sens. Et ce n'est pas parce qu'on couche par écrit une idée, qu'elle doit à tout prix s'alourdir d'adjectifs pompeux et de synonymes moins courants pris à tort et à travers.  Ou tout simplement mal employés ("insupportable" et "intolérable", ça veut dire la même chose... c'est comme dire que José est intolérant et n'a pas de tolérance ). 

Comme cela ne sert à rien de mettre des mots qu'on croit peu courants quand on emploie, juste à côté, un vocabulaire pauvre tiré d'un champ lexical administratif (la "localité") ou commun, ou des formules kitsch toutes faites ("angoisse sans nom" "morts atroces" et caetera). "Son âme serait pervertie à 
jamais par cette vue problématique"... c'est comme dire "Mon coeur se serra pour toujours en voyant ce petit caca embêtant le sol"

Sinon on se rend vite compte que l'écriture ne tient pas la route... et c'est particulièrement fâcheux pour un roman, où l'écriture est au cœur de la communication. 
Raf Merci juju de votre inscription et de vos passages sur le site, en espérant que votre commentaire - bien argumenté et honnête - ne décourage pas notre chère darkviki pour son premier volet
darkviki Juju, j'ai tout à fait conscience que ce type de fantasy peu conventionnelle ne plait pas à tout le monde. Après, c'est ton avis.

Achat

Littérature  843    2  

Chronique et point de ...

Littérature  900  

Chronique d'Iluvendan tome 1

Littérature  806  

Chronique De la Liberté

Littérature  827  

Les liens utiles Horrible ...

Littérature  811  

Chronique Par-delà bien ...

Littérature  969    2  

Ma PAL

Littérature  987  

Chronique Analytique du beau

Littérature  883    2  

Chronique La prof se ...

Littérature  908  

Chronique Un Vent de Cendres

Littérature  1267    10  

Horrible prophétie au ...

Littérature  1147    4  

Quand l'un entraîne...ch ...

Inclassable  1393  

Taroscope du matin pour ...

Poésie  706  

Jean de La Varende

Illustres ...  1105    2  

A Antonin ARTAUD

Littérature  1523    3  

Le Meilleur des Mondes - ...

Critiques  4347    10  

Extraits n°5 - À ...

Poésie  982    3  

"L'Art romantique" de ...

Poésie  1149  

Chroniques du Purin - ...

Critiques  1644    3  

Top 10 des écrivains les ...

Débats  2100    15  

Comment écrire un livre ?

Lieux ...  2366    5  

L'ascendance, chapitre 1

Littérature  2300    5  

Pensée vagabonde… (1)

Poésie  1349    5  

Richard Castle ou la ...

Critiques  1555  

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.