GREFFES SECRETES



GREFFES SECRÈTES

Un problème bien posé est un problème à moitié résolu et mon problème est le suivant :
Détenu modèle au sein d'une fabrique de fil de fer barbelé, je déroule chaque jour des frontières tranchantes à l'usage de silhouettes mouvantes en recherche d'opportunités.
L'incisif métal de notre production carcérale finira sûrement par leur ôter toute envie d'espérer de la compassion.
Employé modèle au sein d'une fabrique carcérale, je contribue de l'intérieur au cloisonnement d'un extérieur en voie d'étouffement.
Esclave servile d'un système d'exploitation, j'hésite pourtant à couper l'alimentation, j'hésite  à me trancher les veines sur le fruit acéré de notre production.
Heureusement grâce à mes états de services, l'on me déplaça et de la fabrique carcérale de fil de fer barbelé, je passai aux laboratoires des greffons.

Nouveaux services, nouvelles fonctions; je suis maintenant en charge de la vérification des organes propres aux transplantations. Je suis assisté du scanner cybernétique Alpha afin de ne commettre aucune erreur dans le cadre du processus d'optimisation préimplantatoire.
J'éprouve cependant une appréhension certaine à devoir me confronter à ma nouvelle image projetée en 3D dans la lumière diaphane des laboratoires des greffons et l'impact de mes doutes sur le paradigme de mes interrogations engendre en mon esprit la petite musique de la répétition qui mène à l'élimination.
Les utopies anecdotiques des temps anciens ont fait place au cauchemar du moment.
En veillant sur mon temps, je perds ma vie en collaborant à la sixième extinction.

Et si je me décidais vraiment à me trancher les veines sur les âmes des greffons dans la lumière diaphane des laboratoires dissimulés de la super organisation ?

Gaspard Collal dans Littérature.
- 192 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.