HARRAG ( la vague du désepoir)

                  HARRAG (la vague du désespoir)

La sonnette retentie dans la cour du lycée annonçant la fin des cours. Le portail s’ouvrait, une meute déchainée prenait d’assaut la rue. Assis sur le perron d’une maison avec mon ami HOUSSA, cigarette à la main, je suivais indifféremment cette marrée humaine qui se dispersait dans un désordre chaotique. Mon cartable sous le bras, je suivais nonchalamment la vague. Cela fait 2 semaines qui je séchais les cours avec mon ami HOUSSA, mais on gardait nos habitudes d’élèves pour éviter l’ire de mon père. Mon père un pur produit de la compagne avec des manières grossières,  sa spontanéité et son franc parler. Il travaillait comme veilleur de nuit dans une usine à HAY MOHAMMADI. Nous habitions à DOUAR TKALIA, un bidonville en marge de la civilité, une plaie purulente au cœur de la ville. C’était aussi un ilot de non droit ou les frontières de la moralité s’estompent devant les vicissitudes de la vie. La force était la seule valeur reconnue. Les jeunes exhibaient leurs mutilations au couteau avec une extrême fierté. Une balafre faciale donnait plus de respectabilité qu’un diplôme universitaire. Les différents se réglaient souvent  à coup de couteaux. Une plainte à la police est qui vaut à une déchéance sociale. Le recours à la loi était l’argument des faibles.

Je suis né dans ce DOUAR, il y a 16 automnes. J’étais le benjamin, entre 3 sœurs et 2 frères. Ma mère, une dame effacée et sans charisme, elle était l’ombre de mon père. Son horizon était limité à la procréation et la marmite. Mes sœurs sont destinées inéluctablement au même dessein. Leur éducation est axée essentiellement sur l’art de la servilité au mâle.

Mon père revenait le matin de son travail, il passait la journée à dormir. Il se réveillait juste pour les prières. Il m’emmenait parfois avec lui à la mosquée. C’était un édifice semblable aux maisons insalubres du douar sans minaret, composé d’une grande salle réservée à la prière et d’une autre plus petite  destinée aux ablutions.  L’imam habitait dans une baraque adjacente. Il était jeune, constamment habillé en tenue afghane, le pas vif et énergique, se mélangeait rarement à la population. Sa barbe écarlate peu fournie, lui donnait l’air d’un personnage de légende. Il avait une forte personnalité, son éloquence et sa prolixité lui assuraient un charisme et un ascendant sur les habitants, particulièrement les jeunes. Il maniait le verbe avec aisance, porté par une voix mielleuse et  insidieuse. Il est devenu une icône pour les jeunes. Son discours incandescent avait beaucoup d’adeptes. Il prêchait la vertu et  la rectitude selon le dogme salafiste rigoureux. Il a rallié à sa cause un nombre important de jeunes. Mon père avait une vision moins rigoriste de la religion, il ne me pressait pas pour satisfaire aux obligations religieuses, sauf pour le vendredi ; Ce jour était mémorable, la mosquée était prises d’assaut par les riverains pour être aux premières loges. L’extérieur était aussi submergé par les croyants. Une présence policière discrète suivait avec intérêt la cérémonie de prière.

Je suivais mes études en 1 année du BAC. Le programme était ennuyeux, mes capacités intellectuelles étaient si limitées que l’assimilation des cours était quasiment impossible. Mon passage dans les différents niveaux était prémédité, l’objectif principal consistait à garder les élèves à l’école malgré l’absence d’acquis et la maitrise du savoir. Les professeurs ne pensaient qu’a leur survie dans ce milieu devant incubateur de violence. Chaque jour la  menace reste suspendue telle l’épée de Damoclès, devant l’impuissance d’une administration frileuse et prévaricatrice. Ils passaient le temps à éteindre les feux qui éclataient sporadiquement dans les salles de cours entre bandes rivales. J’étais du genre renfermé solitaire et lunatique. Mon ami HOUSSA, était mon ombre. Il était rachitique, une bosse proéminente déformait sa cage thoracique. Il a trouvé en moi un refuge alors que les autres l’évitaient comme la peste. On se complétait, l’effacé et l’infirme. Nous formions un tandem combinatoire qui partage le douloureux sentiment de frustration et d’ostracisme. Nous étions 2 fantômes, insignifiants infréquentables et rebutants. On avait pas la cote auprès de nos camarades du lycée, car rien ne nous prédisposaient à être brillants dans une activité pour attirer l’attention des autres. D’ailleurs on s’en foutait royalement de cette école qui veut nous apprendre la vie sur papier, alors que la vraie vie c’est dehors.

Nous manifestions un désintérêt total pour l’école HOUSSA et moi. Les matières enseignées n’avaient aucun attrait qui pouvait exciter notre curiosité. Seule la beauté exubérante de la prof de français était une raison crédible pour assister à son cours. Elle s’avait qu’elle était l’objet de nos phantasmes, nos yeux la dénudait, chaque mouvement, chaque regard était intercepté avec nos capteurs sensoriels. Elle a beau mettre une jellaba, abandonnée son maquillage, réduire sa présence physique au stricte minimum. La horde des élèves était toujours en rut. C’était notre défouloir libidinal. ALI, le Cerbere  de la classe était son protecteur. Il l’entourait d’une attention particulière. Personne n’osait dire du mal d’elle en sa présence. Il l’accompagnait jusqu'à sa voiture, faisait parfois ses courses dans le marché anarchique du quartier. La prof portait un nom à connotation aristocratique et prononçait le R fassi, sa présence au sein du lycée était anachronique, d’ailleurs ses absences pour raison de maladie fictive étaient récurrentes.

Je flânais en compagnie de mon ami HOUSSA, dans les méandres du quartier. Tous les recoins me sont devenus familiers. Notre lieu de prédilection était une salle de jeux. Une clientèle en bas âge se refugiait dans cette salle sinistre et brumeuse par la fumée compacte des cigarettes, du narghilé, l’air délétère à l’arome acide ronge nos poumons. Il y avait 2 minfoot, un billard et  en retrait, des tables sordides destinées aux jeux de cartes. La salle ne désemplie pas. J’avais une grande notoriété parmi les clients. J’étais imbattable au billard, plus personne ne me défiait. C’est là ou j’ai appris à rouler mon premier joint. C’était un voyage sidéral, un fleuve de diamants et d’étoiles m’emportait à travers l’insondable univers. Mon corps ploie sous le poids exorbitant de ma tête, multiplié par la forte dose de cannabis. Le gérant de la salle m’a foutu dehors pour éviter les ennuis en cas de complications. Le fidele HOUSSA, était resté aux aguets jusqu'à ma reprise de conscience. Cette délicieuse expérience était le prélude à une inéluctable descente aux enfers. Des crises d’hilarité indomptable et saugrenue me procuraient une gaieté éthérée et éphémère. Une ivresse vertigineuse et exaltante remplie la vacuité de mon âme avec des gerbes de lumières multicolores.

Ce jour là, un groupe de jeunes inconnus au quartier débarquait dans la salle de jeux. Leurs intentions étaient belliqueuses. Le plus hardi de la meute me défia au billard. Un climat électrifié est installé. Les mises étaient conséquentes, les parieurs retenaient leurs souffles. J’étais le meilleur, mais mon adversaire ne manquait pas d’adresse. Le jeu était surchauffé, la mise s’élevait à mille dirhams, somme considérable pour les parias que nous sommes. Les spectateurs irascibles agglutinés de part et d autre de la table de billard, suivaient avec un regard hypnotisé le ballet des boules qui s’entrechoquaient dans un univers galactique sur tapis vert. Mon adversaire sentait la chance se retournait contre lui, il manifestait une nervosité envahissante, il débitait un vocabulaire trivial prodrome d’une rixe violente. Le gérant, interposé entre les deux groupe, apaisait l’atmosphère pas des phrases lénifiantes. Se sentant perdant, mon adversaire dans un mouvement de colère renversa le billard, les boules se dispersaient au sol. Les spectateurs attendaient ce geste pour faire embraser la salle de jeux. Des coups de poing sont échangés, des cris de douleurs fusent de tous les cotés. Je tirais insidieusement mon coutelât et je le plantais sans dans sa cuisse. Le sang giclait, un filet a éclaboussé mon visage, ma tête ensanglantée a ravivée le potentiel de violence chez les belligérants. Une bestialité insoutenable se dégageait des yeux  exorbités. La pugnacité de mes camarades était concluante, les adversaires ont capitulés. Dehors la sirène stridente d’un fourgon de police, s’arrêta devant la salle de jeux dans un nuage de poussière. Des policiers s’introduisent dans la salle et forment un rempart devant la sortie. En file indienne, on nous embarquait dans l’estafette, assis à même le plancher le policier poussait les derniers avec violence afin de laisser l’espace nécessaire pour fermer la portière. Le véhicule qui a connu des jours de gloire, démarra en trombe, le moteur essoufflé râlait sous le poids de ses impedimenta. Le véhicule, s’arrêta devant le district de police, le comité d’accueil l’air implacable, les flics arborent un sourire perfide et insidieux. Nos yeux fixaient le sol, fuyant le regard incendiaire des enquêteurs. On nous enferma dans une cellule si étroite que nous restions debout sans possibilité de bouger. Chaque fois que l’un de nous est convoqué pour enquête, un espace se crée. L’air délétère et pestilentiel brulait nos poumons. Certains se tordaient de douleurs mictionnelles, et finissent par uriner dans leurs pantalons.

L’enquête était musclée et parfois arrosée par des gifles. Les flics, a bout de forces après une journée a sillonner les rues à la recherche de la vermine, s’acharnaient sur leur claviers pour boucler le PV et fuir cet univers qui représente le schisme entre la civilisation et la barbarie. Nous étions moins que rien, mais on inspirait la peur et l’ascendance sur le commun des mortels. Nous étions les déracinés, les délaissés, ceux qui n’ont rien à perdre. Nous sommes les pustules de la société, que la précarité, l'exclusion et l’iniquité sèment dans cette masse humaine. Entres ces murs ou les frontières s’estompent, les valeurs se diluent ;  la déchéance et l’abjecte prennent le dessous. Les flics se sont vraiment défoulés sur nous, ils savouraient un orgasme de puissance et d’invincibilité. Je voyais leurs yeux sourire d’un éclat de suprématie presque divine. Briser l’humain reste un sentiment d’une intensité inégalée, surtout lorsque la loi est de ton coté.

On nous présentait devant le procureur du Roi. C’était un quinquagénaire, les épaules pendantes, les cernes auréolent ses petits yeux noirs et malicieux, avait l’air valétudinaire et la mine patibulaire. Le greffier assit à sa droite somnolait impudiquement sur une chaise en bois couverte d’une peau de mouton. Il griffonnait sur un registre les paroles stéréotypées prononcées par le procureur. Nous allons être poursuivis en liberté provisoire. Mon père paya la caution qui s’élève à mille dirhams. Dans le couloir, il était là debout les traits tirés le visage impassible. Je le suivais tète baissée. Assis sur le siège arrière de sa moto, j évitais le contact de son corps pour lui faire oublier ma présence. Arrivés à la maison le comité d’accueil constitué de ma mère, mes sœurs et quelques voisines me réservaient un accueil triomphal. Les jeunes du quartier venaient me saluer avec admiration. Je suis devenu l’étoile montante dans l’univers de l’incurie et du défi.  Cet événement à permis l’éclosion d’un être autre que celui que j’étais. Mes objectifs ont changés avec la destruction du mur de la peur, cette peur qui a détruit mes attributs humains. Désormais je pouvais me permettre d’OSER. Oser prendre ce dont j ai besoin, sans le quémander. Le lycée est devenu une entrave à mon épanouissement, j’avais besoin de plus de liberté, pour chercher un ascenseur social autre que l’école. Un soir, au retour de la mosquée, mon père m’invita dans sa chambre. Jamais mon père ne s’est comporté avec moi de la sorte. Il me traitait comme un homme.

[ul]
[li]
Mon fils, tu n’es plus un enfant. Je pense que j’ai fais de mon mieux pour être un père digne et responsable. Tu es mon ainé, j’ai nourris l’espoir qu’un jour tu me succéderas pour prendre en charge notre famille. Mais je vois que tu as choisis ton chemin. A partir de cet instant tu es libre de choisir ton destin, et n’oublie pas que ta famille a besoin de toi. Tu peux partir mon fils j ai gagné une maison mais j ai perdu un fils.
[/li]
[/ul]
Je quittais la chambre sans émotion, le cœur soulagé. Dehors la nuit était calme, la colonie des chats en période des amours faisait un vacarme assourdissant sur les toits en tôle des baraques. HOUSSA, l’homme lige, venait se joindre à moi. Nous roulions un pétard imposant capable de dissiper toute la noirceur de mon cœur, au fond de la ruelle la mélodie triste de Chab HASSNI s’échappait délicatement de la baraque. 

L’été s’installa avec son lot de bestioles et de rongeurs qui prenaient d’assaut nos baraques. La puanteur devenait une identité pour les habitants, et une référence pour les autres. On avait honte d’appartenir à cet espace dantesque. Nos baraques sont devenues des rôtissoires. A l’intérieur la fournaise était insupportable, on suait à flot. Nos corps se desséchaient. La fontaine devenait avare. C’était une période aussi déplaisante que l’hiver. Les gens se réjouissaient de l’arrivée des saisons, alors que nous les redoutions.

MANSOUR, le fils des voisins est venu tard le soir. Le matin sa voiture flambant neuve était garée devant la baraque, ses plaques minéralogiques ornées au sigle de l’Union Européenne, focalisaient les intentions des bidonvillois. MANSOUR, était le symbole de la réussite. Il a immigré en Espagne il y a 4 ans. Son périple est devenu une légende au sein des familles et surtout des jeunes. A 17 ans, MANSOUR a disparu sans laisser de  traces. Les spéculations farfelues alimentaient les discussions. On prétendait qu’il a rejoint des jihadistes en orient, d’autres prétendent qu’il est en prison ; puis une amnésie collective à oblitérer son existence. Un jour son frère KACEM, arborait fièrement des espadrilles neuves d’une grande marque. Nous étions étonnés de voir des signes ostentatoires de richesses apparaitre chez la famille de MANSOUR. C’était des colis chargés de vêtements et d’ameublement envoyés par MANSOUR. On a su par la suite qu’il est en Espagne.

KACEM était une personne saugrenue, inepte sans grande envergure. Il réprimait en lui une énergie incandescente, masquée derrière un regard résigné mais perfide. Il a bravé les dangers, surmonter son appréhension et ses incertitudes. Il a défié le destin qui le prédisposait à une vie de loque, de paria. Il a enjambé la fosse aux requins, pour se retrouver dans la lumière.

L’idée de BRULER, est resté encrée dans ma tête. Les parfums épandaient par KACEM laissaient une trace indélébile de son passage dans les ruelles répugnantes, et l’idée germait et envahissait mon horizon de manière obsessionnelle. Un soir j’ai croisé KACEM qui rentrait chez ses parents dans un état d’ébriété avancé. Je lui demandais poliment s’il pouvait m’accorder un moment. Il m’a tendu un billet qui j ai refusé avec fierté.

[ul]
[li]
Merci KACEM, je ne veux pas de ton argent, je veux juste que tu m’indique comment faire pour BRULER vers l’Espagne.
[/li]
[li]
Tu as de quoi noter ?
[/li]
[/ul]
J’ai pris un bout de papier qui me servait à rouler mes joints, et je griffonnais un  numéro de téléphone.

[ul]
[li]
C’est le numéro d’un passeur de Tanger. Tu le contactes de ma part et il prendra soin de toi.
[/li]
[/ul]
J’ai plié méticuleusement le papier et je l’ai placé au fond de mon portefeuille. Je remerciai KACEM qui continuait son chemin les pieds flagellants, le pas incertain. Je détenais enfin le bout de ficelle. Le lendemain j’ai appelé le numéro. Une voix efféminée avec un accent ensorceleur du nord me répondait. J’ai décliné mon identité, mon désir et le nom de KACEM. J’entendais uniquement la respiration de l’autre coté. La communication est vite coupée. Une semaine après KACEM est venu me chercher.

[ul]
[li]
Le passeur de Tanger m’a contacté. Il ne veut pas de contact avec un numéro attribué. D’ailleurs il va prendre attache avec toi bientôt. Tu dois disposer des frais de passage qui s’élèvent à 50000 DHS, et si tu es prêt prépare toi pour partir à Tanger.
[/li]
[/ul]
  

 Le montant exorbitant demandé a mis fin a mon rêve. Mon ciel s’est obscurcit et mes espoirs tombaient en ruine. Au fond de mes yeux l’éclat de la vie s’est éteint. Mes facultés sensorielles et  cognitives se sont  effacées pour laisser place à l’amertume et au dégout. Ma préoccupation majeure était de réunir la somme de la délivrance. Mon indigence se dressait devant mon rêve. Je ne voyais aucune issue pour franchir cet obstacle. HOUSSA, partageait ma peine. Un soir a l’orée du bidonville, on roulait notre pétard lorsqu’il me regarda avec un air grave et glacial :

[ul]
[li]
Tu connais ALKHAMMAR, le vendeur de beignets ? eh bien je pense qu’il cache un important pactole chez lui. Si on pouvait le lui  voler comme ca tu peux payer ton passeur.
[/li]
[/ul]
L’effet délicieux du hachich s’évapora et ma lucidité reprenait sa place.

[ul]
[li]
Oui je connais le type, mais je ne pense pas qu’il est riche. Et toi comment tu le sais ?
[/li]
[li]
Une fois il m’a invité dans son arrière boutique, il voulait abuser de moi  je me suis défendu et pour garantir mon silence il m’a filé une somme d’argent qu’il a récupéré d’un coffre bien caché sous sa couche.
[/li]
[li]
Et comment on va faire ? tu as un plan ?
[/li]
[li]
Oui, je vais céder à ses caprices pervers, et une fois chez lui, tu vas t’introduire insidieusement chez lui et on va le dévaliser.  
[/li]
[/ul]
Nous avons passés la semaine à finaliser notre projet. Chaque geste, chaque mouvement à été étudié dans le détail. Le timing à été réajusté de manière à nous offrir le maximum de sécurité et de liberté d’action. HOUSSA me confirma qu’il a convenu avec le porc de ALKHAMMAR qu’il se rendrait chez lui le vendredi à l’heure de la prière ou tout le monde serait à la mosquée. Il vivait seul dans sa baraque depuis que sa femme l’avait abandonné. Il vivait en marge de la société, sa notoriété résidait dans le tapage qu’il causait lors de ses beuveries. Le vendredi, HOUSSA passait devant la boutique d’ALKHAMMAR, pour confirmer sa soumission. Il a eu un chapelet de beignets en prime. HOUSSA se faufilait discrètement dans l’arrière boutique. Je le suivais sans éveiller les soupçons du voisinage, je m’introduisis par une minuscule ouverture. Au fond d’une pièce mal éclairée je voyais ELKHAMMAR portant un caleçon ridicule, son ventre imposant et poilu supporté par deux jambes courtes mais musclées, il ressemblait à une créature hideuse de légende. HOUSSA, impavide jouait admirablement son rôle.  Le vilain pervers posait délicatement sa main sur sa croupe, et commençait a dégrafer sa ceinture, lorsque je me pointait derrière lui armé d’une barre de fer. Je lui assignais un coup sur le crane. Je m’attendais à ce que sa cervelle allait gicler dans une irruption de sang, mais le porc était tellement fort qu’il à absorbé le choc avec impétuosité, il m’agrippait par la jambe, je sentais ses ongles me perforaient la peau. HOUSSA, lui planta son canif dans les reins. Il me lâcha et se tordît de douleurs. Un filet dense de sang s’écoulait sur le tapis. Je cherchais le coffret sous sa couche. Il était la. Je jetais un dernier regard sur ALKHAMMAR qui agonisait sans pudeur. Nous filons discrètement.

La gare routière des OULAD ZIANE charriait une marée humaine cosmopolite. C’était un univers puisé d’une légende du moyen âge. Dans l’enceinte, se mêle une population d’infortunés. Hommes, femmes et enfants s’entrechoquaient et s’évitaient comme des voitures tamponneuses. Les courtiers aux mines repoussantes intimidaient les voyageurs sous l’œil complice des vigiles. La correspondance vers Tanger avait un aspect  enjoliveur. Les tickets à la main nous prenions place au fond du car. Les liasses de billets enfouies au fond de mon caleçon me gênaient atrocement. Le voyage se déroulait calmement. HOUSSA, se laissait emporter pas Morphée dans le monde des songes, un filet de salive s’écoulait sur son montant. Je le regardais avec pitié. Il est embarqué malgré lui dans cet imbroglio sans le vouloir. Il vivait en marge de l’histoire, sans ambition, résigné et acceptant avec intelligence son infirmité. Mais le destin fidele à sa malignité se jouait de nous. Je sombrais moi aussi dans un délicieux sommeil, bercé par une chanson d’Oum Kalthoum.  Réveillés par l’agitation des voyageurs qui trainaient leurs sacs dans l’étroit couloir du car, HOUSSA et moi nous glissions par la portière arrière et nous fondions dans la foule danse. Je m’introduisis dans une téléboutique et je composais le numéro du passeur. Il me donna rendez vous le soir devant la gare ferroviaire. Il portera un chapeau marron.  Accablés par la faim, nous nous précipitons sur un marchand ambulant trainant son charriot garnit mets. Je commandais deux Boccadios. J’entamais le mien avec voracité et sans délicatesse. J’ingurgitais avec un son bestial. Une fois rassasiés, nous nous dirigeâmes  vers le centre ville. Tanger, la ville mystique. Enfant illégitime du continent. Toute la finesse, la délicatesse n’avaient rien d’Africain. Cap Spartel, se détache tel un prépuce vers l’Europe qui se dérobe timidement derrière l’impénétrable brouillard. Soudain l’homme au chapeau marron surgit devant nous.

[ul]
[li]
Suivez-moi, sans éveiller de soupçons. Ici ca grouille d’indicateurs.
[/li]
[/ul]
Nous le suivions nonchalamment, on laissant une distance entre nous. Il nous conduisit dans un quartier à l’aspect louche. Les ruelles un vrai labyrinthe, s’entrecoupent furtivement et plongent aussitôt dans une autre dimension. Les échoppes exposaient leurs maigres produits, un mélange de musique envahit les ruelles submergées par un nombre impressionnant de badauds, notamment des subsahariens. Au fond d’une impasse, l’homme au chapeau s’arrêta devant une porte très basse. Nous nous engouffrons dans un couloir étroit et obscur. L’odeur infecte des urines empeste l’atmosphère. Nous pénétrons dans une minuscule chambre. Une ampoule pendue au plafond diffuse une lumière terne et sans éclat. Sur le sol deux nappes en plastique couvertes pas des couvertures crasseuses et des oreillers qui ont perdus leurs couleurs.

[ul]
[li]
Vous allez loger ici le temps de préparer le voyage. Vous devez vous soumettre au règlement du gite. Vos repas vous serons servit ici, ne quittez jamais votre chambre vous risquez d’avoir de sérieux problème avec PITCHOU le gérant. Les toilettes se trouvent au bout du couloir et je vous interdis de rentrer en contact avec les autres pensionnaires  qui occupent les autres pièces. Maintenant passons aux choses sérieuses, montrez moi votre fric.
[/li]
[/ul]
Je lui remis la liasse de billets bien ficelée dans un sachet en plastique.

[ul]
[li]
Il y’a 70000 DHS comme convenus.
[/li]
[li]
C’est le prix du passage, mais vs devez me payer le gite et le couvert. La journée c’est 200 DHS pour vous deux.
[/li]
[li]
On n’a pas assez d’argent pour ca,
[/li]
[li]
C’est la règle à prendre ou à laisser.
[/li]
[/ul]
J’étais abasourdi. Je regardais HOUSSA dans les yeux et voyais l’espoir s’évaporer.

[ul]
[li]
Nous allons embarquez quand ? Juste pour savoir si nous pouvions vous payer ?
[/li]
[li]
Ici le temps ne compte pas. Plusieurs facteurs déterminent le jour du voyage. Ca pourrait être demain ou dans une année.
[/li]
[li]
Que pouvons-nous faire pour vous pour payer notre séjour ?
[/li]
[li]
Je vais voir avec le patron et je vous tiendrai au courant.
[/li]
[/ul]
Il a pris l’argent et quitta la chambre. Nous sommes restés comme hypnotisés. Le bruit incessant des pas dans le couloir nous ramenait à la réalité. Le cri des enfants, les discussions dans une langue étrangère n’avaient rien de rassurant. Le ballet des va et vient ne s’arrêtait jamais. La demeure était une ruche de frelons. Un mélange de moisissure, de sueurs et du tabac empestait. L’odeur putride des toilettes rendait l’air irrespirable.  Nous restions emprisonnés dans ce taudis durant deux semaines. La nourriture à base de féculents  était indigeste. Un jour l’Homme au chapeau est venu nous voir.

[ul]
[li]
J’ai étudié votre cas avec le patron. Il vous propose d’acheminer un colis vers Casablanca. Cette opération couvrira les frais de votre séjour.
[/li]
[li]
Est-ce qu’on peut avoir plus de détails ?
[/li]
[li]
Moins vous en savais mieux est.
[/li]
[li]
HOUSSA ferai l’affaire, avec son infirmité il n’éveillera pas de soupçons. Et vous pouvaient faire un peu d’argent.
[/li]
[li]
Que dois je faire ? demanda HOUSSA
[/li]
[li]
Eh bien tu vas transporter un sac vers Casablanca, une fois là-bas quelqu’un viendra récupérer le colis. C’est simple et sans risque.
[/li]
[/ul]
HOUSSA accepta la mission. Le voyage s’est déroulé normalement et sans encombre. HOUSSA a remis le sac a un homme qui l’attendait avec le mot d’identification. Ensuite il s’est rendu à notre Bidonville sans réellement y mettre son pied. Il croisa une connaissance qui lui a appris qu’ALKHAMMAR n’était pas mort, mais il est devenu infirme suite à une agression par des inconnus. Soulagé HOUSSA rebroussa son chemin. Tard dans le soir HOUSSA était de retour. Il déposa un panier garnis de fruits et de boites de conserve. Il tira de sa poche une plaquette de hachich.

PITCHOU, était le cerbère du pensionnat. Il faisait régner l’ordre par la terreur. Armé de sa dague il intimidait tout le monde. On l’évitait comme la peste surtout quand il est sous l’effet des comprimés psychotropes. Un soir j’ai croisé dans le couloir CLARA, une africaine sans charme. Elle portait un nourrisson sur le dos. Elle me demanda une cigarette et me gratifia avec un sourire abimé. L’enfant était crasseux et famélique, je lui ai remis un billet pour le bébé. Elle venait me rejoindre dans la chambre pour m’offrir ses services.

Un mois s’est écoulé. L’Homme au chapeau marron est venu nous demander de nous tenir prêt pour le départ. Une effervescence inhabituelle est déclenchée parmi les pensionnaires. Ils se débarrassaient de leurs impédimentas, ne gardant que l’essentiel, soit des bidons d’eau, des févettes et du pois chiche bouillis. On confectionnait des anoraks de fortune pour éviter la mouillure.

Enfin, le jour du départ est fixé pour demain soir. PITCHOU, nous annonçait qu’une voiture viendrait nous embarquez dans l’après midi. J’étais excité à l’idée de prendre le large. Noue empruntons une fourgonnette abimée, la caisse n’avait pas de sièges, nous étions assit à même le plancher. Le conducteur un jeune, les yeux semi ouverts sous l’effet du hachich, démarra dans un nuage de poussières. Le soleil amorçait déjà sa descente vers l’océan. Apres une heure de route, le véhicule s’arrêta au bord de la route. Le conducteur nous somma de descendre vite et d’aller se cacher dans les bois. Nous étions une quinzaine en majorité des subsahariens. Il commençait à faire nuit. L’Homme au chapeau marron était là a nous faire des signes. Une autre voiture est venue débarquer un autre groupe de misérables. On entendait les vagues se briser sur le rivage. L’odeur inimitable de la mer tonifiait nos muscles. Les enfants commençaient à pleurer de faim. Un jeune homme s’approcha de nous, une serpe à la main vociférant ses diatribes, menaçait avec un air péremptoire les mamans et demandait de faire taire les gosses. Un climat de terreur  c’est installé parmi nous. On avait à faire à des fauves qui n’avaient rien d’humain. Nous étions pour eux simple marchandise à livrer à l’autre rive. Sur le rivage 3 hommes peinaient à gonfler le zodiac imposant et fixaient un moteur puissant. A quelques encablures de la baraque des gardes frontières diffusait une lumière fade.

[ul]
[li]
Regroupez-vous devant moi, disait l’homme au chapeau marron. Vous allez suivre à la lettre ces consignes sinon vous serez jetés à la mer. Ici on ne rigole pas. Vous allez embarquez en silence et surtout ne regardez jamais le visage du timonier.
[/li]
[/ul]
En colonne nous nous dirigeons vers le zodiac qui s’agitait avec frénésie au gré des vagues. Nous embarquons péniblement. Nous étions une trentaine, nombre qui excède les capacités d’emport du zodiac. C’était à coup de pied qui l’installation se faisait. Les coups pleuvaient sans distinction entre homme et femme. La parité était appliquée. Les visages livides, les yeux exorbitants, qui brillaient comme des lucioles, scrutaient l’horizon embué. HOUSSA se collait à moi, je sentais son haleine qui puait le poisson pourrit, ses jambes qui tremblaient, je n’étais pas en meilleurs posture que lui. Je fouillais dans ma mémoire à la recherche d’un verset du Saint Coran, mais rien ne remontait à la surface. Un vent froid venait fouetter nos visage sculptés dans du granit.  La voute céleste illuminée de milliers de paillettes et l’immensité de l’océan m’ont fait redécouvrir mon insignifiance, j’étais réduit à l’état granuleux. Le timonier sans préliminaire appuyait sur la manette, le zodiac pointe levée vers l’avant fondait dans le noir sur la surface insidieuse de la mer. Une décharge électrique traversait ma colonne. On s’agrippait avec l’énergie du désespoir aux cordages, le buste replié pour offrir moins de surface aux rafales de vents chargées d’eau. Les mamans ont arrimées leurs bébés solidement à leurs poitrines jusqu'à l’étouffement. Une peur sourde planait sur nous, j’ai pris deux comprimés psychotropes, j’ai avalé un et remis l’autre à HOUSSA. L’effet était immédiat. Les démons de la peur ont vite quittés nos esprits. Les vomissures giclaient avec atrocité, accompagnées de son roc d’égorgés. Du coin de l’œil je regardais le timonier pointer sa boussole pour s’orienter dans ce désert aquatique. Le vent devenait virulent, les vagues prenaient de l’ascendant et notre zodiac jouit aux montagnes russes. Impavide, le timonier fonçait vers ces remparts d’eau qui se dressaient avec impétuosité en gardiens de l’Europe. C’était une lutte suicidaire. Le zodiac prenait l’eau, avec des mouvements désordonnés ou évacuait le liquide létal. L’écume se collait à l’embarcation et lui donnait l’aspect lugubre d’un linceul.

Les images nettes de ma misérable vie défilaient dans ma tête. Je voulais m’accrocher à un événement délicieux captivant, mais c’était uniquement un cumul de malheurs et de frustration. Je voulais simplement me réconcilier avec DIEU avant de rejoindre les limbes. Un vague majestueuse renversa notre embarcation. Mes mains sont soudées à la corde. HOUSSA me tenait par l’épaule, quelques têtes apparaissaient autour de l’épave. HOUSSA, me regardait dans les yeux et là j’ai vu la défaite le renoncement et la décrépitude de la volonté. J’ai essayé de le maintenir hors de l’eau, il lâcha la corde qui lui entaillait la chair et je le voyais  s’enfoncer dans les eaux sombres. Des fusées éclairantes sont tirées probablement par le timonier. Notre calvaire durait pendant une éternité, nos espoirs se réduisaient au fil du temps. A ma droite un colosse noir soutenait une jeune femme qui serrait un bébé. Le bébé était mort, il ne bougeait plus, mais la pauvre maman ne voulait pas se rendre à l’évidence. Même mort le bébé donnait du courage à cette mère pour vaincre la mort. Des lumières puissantes paraissaient devant nous, c’était les secours. Ils jetaient une corde que le colosse nouait au zodiac. Une échelle de corde est déroulée sur le flanc de la vedette.  La manœuvre était périlleuse. Nous avons encore perdu deux autres malheureux. Sur le pont, on nous servait une boisson chaude, des infirmiers nous donnaient les premiers soins. On nous faisait descendre dans la cale. Nous étions enfermés dans deux cabines peu spacieuses, extenués nous sombrions dans un sommeil délicieux jamais égalé. HOUSSA me parlait du fond de la mer, des merveilles exubérantes, de la paix, la sérénité qui font des abysses un espace sublime. Il ne regrette pas de quitter ce monde inique pour celui de l’infini bonheur.

REPOSE EN PAIX MON AMI, MON CALVAIRE NE FAIT QUE COMMENCER.

FAIT A CASA LE 26/2/2017

haroun8 dans Littérature.
- 1887 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.