La chevauchée mécanique d'adolescents

Dis ! Te souviens-tu de nos ballades en mobylettes ? On partait d’Amiens en direction de Picquigny, puis on bifurquait pour prendre la direction de Gamaches, on longeait la Bresle et ces marécages sans âge. T’en souviens-tu ?

Dis ! Te souviens-tu quand on atteignait Le Tréport et ses sœurs jumelles d’Eu et de Mers-Les-Bains. Nous étions tour à tour en Normandie et en Picardie. Je me rappelle encore du tableau de Jules Achille Noël, l’arrivée d’une diligence au Tréport, pittoresque. T’en souviens-tu ?

Dis ! Te souviens-tu pour remonter vers Ault, on longeait le littoral Normand-Picard. Et là on roulait sur la route du vieux chêne Cise. C’était notre but ultime avant d’entamer un retour triomphal d’une équipée sauvage. On quittait nos montures métalliques et de feux, pour continuer à pieds vers la valleuse, avec en premier plan ses galets, puis à marée basse une sorte de plage de roches calcaires. T’en souviens-tu ?

Dis ! Te souviens-tu quand nous partions d’Ault et nous longions la côté Picarde jusqu’au hâble d’Ault avant d’atteindre finalement le sémaphore de Cayeux-Sur-Mer.  T’en souviens-tu ?

Dis ! Te souviens-tu on roulait cheveux au vent et chevaux sauvages, assis sur des assises de cuir, casqués comme au bol d’or ; On commençait à sentir le chenal de la Somme à la Pointe du Hourdel. Où nombres de pêcheurs au moulinet ramenaient leurs prises à marée basse. T’en souviens-tu ?

Dis ! Te souviens-tu, arrivés à Saint-Valéry-Sur-Somme, nous regardions comme des chiens de faïence la belle Le Crotoy.  On entendait soupirer la locomotive à vapeur avant son départ pour sa traversée de la baie de Somme. Le jour déclinait, on était harassé de fatigue, et il nous restait encore quatre-vingt kilomètres encore à parcourir avant de rejoindre nos demeures parentales. Où se morfondaient nos parents avant la criée dominicale, et de cette peur que tous bons parents avaient pour leur progéniture quand ils partaient à l’aventure. C’était un temps ancien où l’aventure se vivait avec passion.

Dis ! T’en souviens-tu ?

Hubert-Tadéo Félizé dans Littérature.
- 53 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.