La Kabbale, les Sepiroth.

Puisqu'elle est une Gnose, la Kabbale mettra l'accent sur l'opposition apparente qui existe entre la transcendance de Dieu infini et son immanence dans le monde.

Transcendant, Dieu ne saurait ni être perçu, ni connu, ni décrit : immanent, sa présence au monde s'exprime par des Emanations successives. Dieu infini, l'Ancien des Anciens, le Vieux des jours est inconnaissable. Il ne peut être ni conçu, ni imaginé par l'homme et, à ce titre, il demeure l'Eternel
AIN-SOPH, cette sorte de néant primordial et dépersonnalisé.

Cependant à l'origine se produit un "retrait ", le ZIMZUM, sur lequel se fonde l'Emanation ultérieure.
Pour laisser placeà la création, Dieu se retire et laisse un espace découvert à partir duquel se manifeste le point lumineux, la concentration de lumière divine par quoi débute la manifestation. La contraction du ZIMZUM semble s'opposer en apparence à toute possibilité d'émanation.

Mais Dieu se retirant laisse un résidu de sa lumière et, dans cette espace resté découvert, la puissance divine revient sous forme d'expansion créatrice. A  partir de ce premier mouvement, l'infinitude de l'homme se manifestera par le moyen de l'Homme Céleste revêtu de 10 attributs divins ou les 10 sephiroth. Cet Homme Céleste qui est ADAM KADMON est analogue au logos des gnostiques.

" Ce que l'on appelle l'Homme Céleste ou la première manifestation divine n'est autre chose que la forme absolue de tout ce qui est ; la source de toutes les autres formes, ou plutôt de toutes les idées, en un mot, la pensée suprême, le Verbe " ( j. Marquès-Rivière, histoire des doctrines ésotériques, Paris )

Marc de St Point dans Littérature.
- 85 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.