Le destin de Martin Gray

Le destin de Martin Gray
  
Le 22 décembre 2014, les médias nous annonçaient le décès de l'excellent acteur anglais de théâtre et de cinéma, producteur également, Mickaël York, à l'âge de 72 ans. J'associe ce comédien au très beau rôle que lui a offert d'incarner le cinéma en 1983, dans une réalisation Robert Enrico, où il interprétait le personnage de Martin Gray et celui de son père, dans un film intitulé "Au nom de tous les miens".
 
Ce film a été adapté d'après le roman d'une partie de la vie de Martin Gray. Un livre émouvant qui est paru en 1971 et qui m'a bouleversée tant le destin s'est acharné sur cet homme. Martin Gray, né Mietek Grayewski, est un écrivain franco-américain, d'origine polonaise. Juif, né à Varsovie le 27 Avril 1922. Il est connu pour son livre 'Au nom de tous les miens" dans lequel il décrit notamment le drame d'avoir perdu à deux reprises toute sa famille, d'abord dans les camps d'extermination nazis, puis dans l'incendie de sa maison dans le sud-est de la France. 

Le 1er septembre 1939, les nazis envahissent la Pologne. Martin Gray a alors dix-sept ans. Transféré dans le ghetto de Varsovie où son père travaille au Judenrat, il trouve le moyen d'en sortir en soudoyant des soldats nazis et devient alors un contrebandier. Lors d'une rafle, son père est attrapé pour être déporté. Grâce à ses connaissances, Martin lui sauve la vie en l'aidant à s'échapper. Plus tard, sa mère, ses deux frères et lui-même sont déportés à Treblinka, où sa mère et ses frères sont exterminés immédiatement. Compte tenu de sa bonne constitution physique, Martin n'est pas tué et travaille dans divers kommandos dont les sonderkommandos qui sont chargés d'extraire les corps des chambres à gaz. Il réussit à s'échapper de ce secteur et à retravailler dans les secteurs de réception des déportés. Il travaille alors dans un kommando chargé de trier le linge et de le charger dans les wagons. Il peut ainsi s'enfuir de Treblinka en se camouflant dans un wagon. De nuit, il se jette hors du train et traverse divers villages où il informe la population de ce qui se passe à Treblinka mais personne ne veut le croire. 

A son retour à Varsovie, il retrouve son père qu'il croyait mort, mais qui sera abattu devant ses yeux quelques jours après, lors de l'insurrection du ghetto. Il rejoint ensuite l'Armée rouge où il finit la guerre, et marche sur Berlin le 30 Avril 1945. Après la guerre, il rejoint sa grand-mère maternelle à New York en 1947. 
Citoyen américain en 1952, il rencontre Dina en 1959 qui devient sa femme. Ils s'installent en France, dans le Tanneron, non loin de Mandelieu. Le 3 Octobre 1970, lors de l'incendie du Massif du Tanneron, il perd sa femme et ses quatre enfants. Au bord du suicide, il trouve encore une fois la force de survivre et l'écriture devient alors pour lui une thérapie. Depuis, Martin Gray s'est remarié deux fois et il est père de cinq enfants. 
En 2001, après quarante ans passés dans le Var, il s'installe à Uccle en Belgique. Puis, à partir de 2005, à Cannes. En 2012, il s'installe à Ciney dans le Condroz Belge où il est fait citoyen d'honneur en 2013. S'attachant à faire vivre le souvenir des siens, il crée la Fondation Dina Gray à vocation écologique, chargée de lutter contre les incendies de forêts et pour la protection de l'Homme à travers son cadre de vie. Malgré une douzaine d'ouvrages publiés, Martin Gray ne se considère pas comme un écrivain mais plutôt comme un témoin. "Je n'écris pas, je crie" affirme-t-il dans une interview en 2004. 
Sources Wikipédia.

Martin Gray est décédé le 25 avril 2016 

lilia02 
 

lilia02 dans Littérature.
- 117 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.