Le Puits

La descente dans le puits est l'image de notre propre descente à l'intérieur de nous-même . En Hébreu, le puits se dit Beer. Au sens figuré, il signifie explication, élucidation, interprétation. Le puits est le symbole de la vérité qu'il renferme, ne dit-on pas la vérité est cachée au fond du puits ? Dans toutes les traditions, le puits revêt un caractère sacré. Il réalise comme une synthèse des trois ordres cosmiques : ciel, terre , et enfer; des trois éléments : eau, terre et air, il est une voie vitale de communication.

Dans nombre de contes ésotériques, revient l'image du puits de la Connaissance ou de la Vérité. Les Bambaras et d'autres tribus africaines font du puits le symbole de la Connaissance, dont le bord est le secret et la profondeur, le silence. Il s'agit là d'un silence élevé, d'une méditation contemplative, stade supérieur de l'évolution spirituelle où la parole n'a plus raison d'être.

Celui qui tient le secret, même s'il ne le connaît pas encore entièrement, se tient donc au bord du puits, ensuite viendra le silence, car le Grand Secret, celui de la vie et de la mort peut-il se transmettre, se donner ? Nous devons chacun à notre tour faire le chemin, monter et descendre, descendre et monter, jusqu'au moment où le Haut et le Bas n'ont plus d'importance, l'essentiel est d'être, d'où le silence, car le fait d'être ne peut se transmettre, il doit se vivre tout simplement.

Nous faut-ll descendre au fond de notre propre puits pour mieux revenir de nos peurs, de nos angoisses, de nos croyances, faut-il descendre en enfer, dans notre enfer, pour mieux revenir à notre lumière, au principe fondamental qui est au fond de nous, mais également à la lumière éternelle, à ce qui est de toujours, à ce qui est infini et qui n'est pas de notre monde. Comment pourrions-nous envisager l'Eternel, l'infini, nous qui par nature allons mourir et nous fondre à nouveau dans l'Energie Première de la Création, comment pourrions-nous penser à ce qui n'a ni  commencement ni fin, comment pourrions-nous la matérialiser, seulement par un ressenti, par une intuition légère, fulgurante, persistante, que nous sommes en recherche de l'Ailleurs, de ce qui nous fait vivre enfin et que, pourtant, nous ne trouverons jamais. Toute la sagesse initiatique repose là.

Nous revînmes dans le monde des apparences, mais nous savions que nous nous étions approchés de la vérité....

Je suis à la fois le point et le cercle, je suis le point fixé quelque part dans l'univers, et un cercle, car mon esprit s'ouvre et court le monde, en essayant de le comprendre au mieux.

Pensée de Silésius, qui nous dit :
" On ne sait ce qu'on est. Je ne sais pas ce que je suis, je ne suis pas ce que je sais: une chose sans être une chose; un point et un cercle. "

Marc de St Point dans Littérature.
- 46 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.