L'école Laïque - La Guérite

Ce texte est une réponse à L'école Laïque - Avant Propos de Emile Laval.
L’école mixte de Talbary est une pauvre masure accroupie au bord de la route nationale. Ni cour de récréation, ni préau, ni dépendances d’aucune sorte. Mais il y a une guérite, une guérite à cheval sur le fossé de la route, à deux mètres de la façade. La guérite a une porte, que dis-je ? deux portes. Sur l’une un grand G à la craie, sur l’autre une longue F au charbon. Filles. Garçons. On a oublié les deux initiales W.C. Mais les intéressés savent de quoi il retourne.

Quand est plein le carré de fossé recouvert par la guérite, on transporte le monument un mètre plus loin, et l’on saupoudre d’un
peu de poussière le coin de feuillée, dorénavant inutilisable. Le maire de Talbary est un ancien adjudant d’infanterie pour qui le service en campagne et la vie de la troupe en plein air n’ont pas de secrets. Il est également membre de la Ligue des Droits de l’Homme et du Citoyen. 

La préfecture compte avec lui : sa commune vote bien. La guérite mourra donc de sa belle mort, et le terrain avoisinant sera engraissé pour bien des ans. S’il y a une justice au crépuscule de notre troisième République, la boutonnière de M. le Maire de Talbary s’éclairera bientôt d’un ruban printanier de Mérite agricole.

Emile Laval dans Littérature.
- 395 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.