Ma dépression et mon combat...

Depuis un bon moment, je regardais de manière hésitante, mon téléphone qui venait de se fracasser sur le beau marbre blanc du second salon...

Surprise, énervée,fatiguée et inquiète, je l'avais brusquement ramassé, comme si j'avais peur qu'une quelconque présence ne me le vole...

C'était juste un objet, mais c'était tout aussi la victime de mes propres tourments psychologiques qui se manifestaient de manière inconsciente à travers mes mains...

Mais ils étaient tout aussi marqués par des douleurs au ventre qui m'avertissaient si la journée serait rose ou non pour moi...

C'était en quelque sorte des douleurs prémonitoires que j'avais souvent, comme ce matin...

Je savais que la journée ne serait point heureuse pour moi...

Tout avait bien commencé, jusqu'à ce que la recrée arrive, et ne vienne ajouter un évènement qui rajouta une pincée d'amertume et de tristesse dans mon cœur...

Seule dans une classe où la porte avait été soigneusement fermée après mon arrivée, je laissais échapper ma peine qui était trop lourde pour être supporter une nouvelle fois...

A travers ce long et malheureux silence, malgré le bruit qui courait dehors, seuls des pleurs se faisaient entendre...

Les mains agrippées au tissu de ma jupe, et la tête baissée, je tentais en vain de me calmer...

Mais je n'arrivais pas...

De chaudes larmes salées continuaient à couler sur mes joues venant s'échouer sur mes lèvres, mes jambes et mes vêtements...

Le corps tremblant, j'avais la terrible sensation que j'allais tomber de ma chaise tellement la pression était forte...

Involontairement, j'avais serrer le bout de table où je m'étais cognée mainte fois en passant à côté...

Je savais pertinemment que si je me levais, j'allais m'écrouler par terre en ayant plus la force de me relever...

En moi, c'était limite la troisième guerre mondiale engendrée par les divers conflits qui s'étaient créés au fil du temps...

Mais je les supportais encore et encore...

J'étais loin très loin de sortir de ce maudit tunnel, et cela m'agaçait au plus haut point...

Le froid, l'obscurité, les chuchotements, les images, les bruits de pas et leurs parfums étaient mes seuls et tristes compagnons de voyage...

Détruite de toutes parts, je n'avais plus qu'un souffle irrégulier, les lèvres en sang, la fatigue apparente grâce aux cernes, et ce corps meurtri et tremblant...

La robe blanche que je portais et qui symbolisait l'espoir dans ce sombre endroit, avait été réduite en lambeaux laissant ainsi mon corps à découvert et ce qu'il avait enduré depuis le début...

Bien que je tremblais à l'idée d'endurer une nouvelle épreuve comme la dernière fois avant les vacances, je préférais largement me battre encore même si j'étais au bout du rouleau...

Je ne me considérais pas comme une personne forte loin de là, mais tout ce que je pourrais dire à la fin, c'est que j'ai survécu et que j'ai réussi à ne pas mettre fin à ma vie, même si l'envie est immense...

louve noire éternelle dans Littérature.
- 1474 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.