MITHRA ou les Mythes fondateurs du Christianisme.

La religion catholique est une refondation du mythe de Mythra, revue, corrigé et censurée par Paul de Tarse, né dans une famille de Mithraïstes, convertis ensuite au Judaïsme.

Il fabriquait des tentes pour les nomades et présentait certains problèmes psychique ( illuminations, délires, visions ...).

Son éducation Mithraïste à Tarse et les idées esséniennes prirent subitement vie en lui, et combina les deux systèmes, ce qui le conduisit, après une crise d'épilepsie au désir ardent de créer une nouvelle religion, le Christianisme.


Paul qui ne connu jamais Jésus ou Josué, se trouva avec ses idées en conflit avec Jacques, qui menait l'église de Jérusalem depuis la mort supposée de son frère Jésus. Comme lui il était un prêtre de la famille de l'étoile.

Paul cherchait une histoire crédible, compatible avec ses inclinaisons personnelles, afin de réécrire l'histoire de Jésus.
Cette nouvelle histoire, s'était déjà appliquée à Mithra, la divinité si populaire dans sa ville natale.

Selon les croyances des Mithraïstes, Mithra était né d'une vierge dans une étable, un 25 décembre, 600 ans plus tôt . Il était mort puis avait ressuscité à Pâques et pouvait agir comme médiateur entre l'humanité et Dieu au jour du jugement.

Paul répandra donc la parole d'un homme-dieu d'origine juive qui était mort puis ressuscité par lui-même et était ensuite retourné au ciel.

Cette histoire était clairement absurde pour les habitants de Judée, mais pas pour  les non-juifs du monde romain qui se reconnaissaient volontiers dans les thèmes que Paul développait pour eux, parce que ces histoires racontaient une histoire familière.

Il y eu dans la fondation du christianisme et son montage, 2 personnages centraux : Paul de Tarse et l'empereur Constantin 1°.

Constantin estima suite aux remous des nouveaux adeptes du christianisme, que celui-ci pouvait lui fournir la base d'une religion stable et universel qu'il pouvait gouverner depuis Rome.

Mais il savait que le  Christianisme demeurait un assemblage de cultes très différents au sein même d'un groupe qui croyait que l'homme nommé Jésus était un dieu.

Puis vint le concile de Nicée, car l'interprétation mithraïque de Paul à propos de l'histoire de Jésus s'était
partiellement harmonisée avec les croyances relatives à " sol invictus ".

La tâche principale de l'empereur Constantin était de déterminer quels documents formeraient le " livre saint " de la nouvelle religion romaine, que l'on pourrait nommer  la "bible" un mot grec pour désigner des livres.

Parmi tant de versions des évangiles disponibles, certains devaient être abandonnés, tandis qu'une partie du texte des autres évangiles nécessitait une correction et parfois censure.

Par exemple, l'évangile de Philippe, fut rejeté comme hérétique ( pourtant admis au sein des groupes gnostiques).

Le concil de Nicée, d'esprit Paulinien dut minorer le rôle de Jacques ( frère de Jésus).
Il faut vous dire qu'à cette époque, la vérité était très relative, car elle servait au mieux, les intérêts politiques. Ils occultèrent les indications sérieuses sur le fait que Jésus avait été marié et avait eu  des enfants, mais vous comprenez aisément que de tels faits auraient réduit à néant la succession de Pierre ( qui n'aimait pas Marie), de même que la descendance d'un messie aurait porté ombrage au pouvoir revendiqué par Rome.

Il faut également savoir, que par l'intermédiaire du culte de " sol invictus " ( soleil invaincu ), le mithraïsme incorporé au christianisme dans pratiquement tous ses aspects, idéal d'humilité, amour fraternel, le baptême, la communion, l'usage d'eau bénite et la croyance en l'immortalité de l'âme, le jugement dernier et la résurrection.

Le mithraïsme avait été initialement réservé aux soldats et aux serviteurs de l'état. L'accès aux temples était réservé aux hommes. Les temples de Mithra étaient modestes, souvent en sous-sol, ces temples rectangulaires, aux plafonds décorés d'étoiles d'or et des signes du Zodiaques.

On savait qu'il avait des grades, de l'initiation de Mithra, sept, un pour chacun des corps célestes connus à cette époque : le soleil, la lune, mercure, vénus, mars, jupiter et saturne. 
On évoque aussi le rituel de sacrifice d'un taureau blanc par Mithra.

Le mithraïsme avait une conception féminine avec le culte de Cybèle, la déesse phrygienne que ses disciples nommaient " Mère de Dieu ", on appelait " Pères" les prêtes de Mithra.

Après son baptême dans les mystères de Mithra, l'initié était marqué au front su signe de la croix formée par l'écliptique et l'équateur céleste. Les mithraïstes célébraient aussi une fête de l'amour avec des boules de pain sur lesqu'elles étaient dessinées des croix et du vin, le corps et le sang de Mithra.

Au fils du temps, la requalification par Constantin du mithraïsme au christianisme en vint à être oubliée.

Une bulle pontificale affirmait que l'histoire de Jésus était la première et vraie histoire et que le démon avait placé Mithra à une époque beaucoup plus ancienne que son époque, on sourit à tant de mauvaise foi... Et tout ceci afin de susciter le trouble et la confusion parmi les  chrétiens.

PS: L'histoire de Mithra, le " dieu-soleil" de Perse, précède le mythe chrétien d'au moins 600 ans. Mithra a les caractéristiques suivantes en commun avec le Christ : Mithra est né dans une grotte, d'une vierge un 25 décembre, il était considéré comme un grand sage et un maître qui voyageait beaucoup. Il était appelé " le bon berger " . Il était considéré comme " la voie, la vérité et la lumière".

Il était encore appelé : " le rédempteur ", " le sauveur ", " le messie".  Il était associé au taureau.
Son jour sacré était le dimanche, " le jour du seigneur ", des centaines d'années avant l'émergence du mythe du Christ. Il était célébré autour de la période de l'année qui deviendra les fêtes de Pâques.

Il avait 12 compagnons ou disciples. Il accomplissait des miracles. Il fut enterré dans un tombeau. Après 3 jours il se leva. Sa résurrection était célébrée chaque année.  Les paroles de la cène empruntées à celle des sectateurs de Mithra.

Fin de l'étude. 
 

Marc de St Point dans Littérature.
- 286 lectures - mention j'aime

Ils ont aimé MITHRA ou les Mythes fondateurs du Christianisme.

Twitter Facebook Google Plus email

Inscription à Librosophia

##user_image##
##user_name## ##content_content##
##content_date##
ROSE J'ai lu mais je n'ai pas de commentaire à faire
delta delta Nuances :"
Nuances :"...

Mithra ( perse ) culte de la lumière, naquit près d'une source sacrée, sous un arbre sacré, d'une pierre sacrée ( pietra generatrix )
Dolmen et men hir ?
Portait le bonnet phrygien, Une torche et un couteau.
Il coupa le fruit de l ' arbre sacré.
Il combat le taureau et le sacrifia dans une grotte.


Le Christ à été un personnage historique exceptionnel ( Jesuha ) né de Myriam et Joseph.
2000 ANS... Déjà et toujours si présent !
" Aimez vous les uns les autres... "
" Dieu fournit le vent, à l'homme de hisser la voile "
St Augustin
Marc de St Point Le fruit de l'arbre sacré, coïncidence ? Les paroles de Jésus, ne sont pas de lui, mais viennent de l'école d'Alexandrie, ( les thérapeutes )ce qui ne retire rien à la qualité du personnage, qui se voulait avant tout fils de l'homme.
En hébreux " monter au ciel ", veut simplement dire finir sa vie dans un monastère sur une haute montagne.



coralie Complexe. M'abstiens de commentaire.

Soyons ouvert sur la ...

Littérature  243    8  

La sixième vallée.

Littérature  84    4  

L'immense sagesse de la ...

Littérature  294    5  

Je donnerai ma voix

Poésie  328    9  

Traité de l'amour

Poésie  354    3  

Corpus hermeticum ( ...

Littérature  409    3  

Entre sable, mer et ciel, ...

Poésie  138    9  

L'éternelle sagesse.

Poésie  80    9  

Quand tout s'en va.

Poésie  465    11  

Belle comme une nuit d'été

Poésie  291    3  

La neige

Poésie  362    5  

Ma liberté.

Poésie  282    13  

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.