MON AMOUR,

Mon amour,

il est temps pour moi de passer à l'étape supérieure. Je vais arrêter de travailler, oui tu as bien entendu, je vais arrêter de me perdre dans ce job minable qui me permet pourtant de manger à ma faim. Je prends ce risque car aujourd’hui je mesure à quel point il faut être lâche pour se soumettre sans conditions aux dictats d'une économie salope. Je vais vivre de mes mots, j'ai bien dit de mes mots ,de ma plume si tu préfère. Je suis en phase ascendante, c'est maintenant ou jamais et je me rends compte que mon rythme n'est pas celui que je me force à prendre dans la vie de tout les jours. Mon amour il faut me comprendre, si je n'écris pas, je meurs à petits feux. C'est idiot je le sais mais je ne peux pas continuer à me lever la nuit lorsque l’inspiration vient pour écrire une dizaine de pages en baillant démesurément, pages que je ne corrigerais que dix jours plus tard faute de temps. Il faut que je glande longtemps avant que l'étincelle se produise c'est ainsi.
Donc voila, je vais vendre tout ce que je possède excepté cet ordinateur sur lequel je t'écris aujourd’hui, je vais me retirer loin du monde pour ne plus en subir les tentations souvent morbides,. J'ai choisi un petit hôtel dans un village banal du Berry. Un village bien morne et même pas fleuri, mais c'est ainsi que je les aime, ces endroits de nulle part où rien ne pousse.  Je rentrerais en prière, quelque chose comme ça. Le matin j’irais acheter du pain et un litre de vin pour tenir le coup. Je laisserais pousser ma barbe et mes cheveux, je ne changerais plus de vêtements pour être toujours beau et séduisant, oserais je le dire: social. Tu vas me perdre sûrement, tu ne veux pas de cet homme là et je peux le comprendre mais j'ai pris ma décision. Vivre sans elle est une torture journalière. Il faut que j'invente des trucs, que je manipule des idées, que je tripote les mots et surtout, que du reste je fasse silence. Tu pourras m'écrire si tu veux mais ne me blâme pas si je ne t'appelle plus, je jetterais cet après-midi mon téléphone dans la vienne, sur un pont entre Poitiers et Châtellerault.
Mon Dieu donnez moi la force...

AMISDESMOTS

amisdesmots dans Littérature.
- 321 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.