TOUS DIFFERENTS, TOUS FRERES (suite et fin)

Enfin, le jour tant attendu arriva. Après avoir déposé leurs chaussures au pied du sapin, les quatre enfants se couchèrent, paisibles, mais une question en suspens. Que serait demain ?

Et le lendemain, nos quatre petits bonhommes eurent le plus beau Noël de leur vie...

En effet, Tchang en se réveillant, sentit une présence près de lui, penchée sur lui. Il ouvrit les yeux, se les frotta, persuadé qu'il rêvait encore.

- Alors, Tchang, tu n'es pas content de me revoir ?

Tchang, au son de cette voix, sauta en dehors du lit et s'accrocha au cou de son grand-père.

Mais que s'était-il passé ?

Tout simplement, l'institutrice de l'école avait mobilisé tous les parents d'élèves, avec la complicité de la maman de Tchang, afin d'organiser le voyage du grand-père.


-Dimitri, Dimitri, viens vite, lève toi, je crois que papa est là.

- Laisse moi dormir ; c'est impossible.

- Allez, viens, j'ai entendu parler dans la chambre de notre maman.

- Tu as rêvé, laisse-moi dormir.

Tout doucement, ils ouvrirent la porte de la chambre des parents et en deux secondes, ils furent sur le lit.
Dimitri ne cessait d'embrasser son papa.

- Oh ! papa, comment est-ce possible ?

- Mon petit Dimitri, tu n'as jamais entendu parler de la solidarité entre routiers qui relie les hommes les uns aux autres avec leurs cibies ?
Allez, courez vite voir sous le sapin, je crois que vous ne serez pas déçus.


En ce jour de Noël, la sonnette tinta chez Farid, tous se regardèrent surpris.

Qui pouvait bien venir les déranger aujourd'hui ? Farid lui-même alla ouvrir, et quelle ne fut pas sa surprise de se retrouver devant le "Monsieur Directeur".

- Papa, papa, viens vite, je crois que c'est pour toi, ne put s'empêcher de crier le petit garçon.

- Bonjour monsieur : la ténacité de votre fils m'a ému. Cet enfant vous aime tant. Si vous le voulez, je vous propose une place. Vous pouvez commencer le 2 janvier. Passez me voir cette semaine afin de signer votre contrat.

Farid, en entendant cela se précipita dans les bras du "Monsieur Directeur".

N'était il pas le père Noël ?...


Le cadeau de Jérémy était le plus difficile à réaliser, car sa maman attente d'une grave maladie, n quittait plus son lit d'hôpital depuis bien longtemps. Comment faire pour exhausser le vœu du petit garçon ?

Comme ses trois copains, il se coucha tôt la veille de Noël, sans grand espoir. Mille rêves plus beaux les uns que les autres vinrent égayer sa nuit.

Il se leva tard, car Noël sans sa maman était un jour comme les autres.

Il alla dire bonjour à son papa et à sa petite sœur, puis se dirigea tristement, tête baissée dans la salle de séjour.

A côté du sapin illuminé, quelle ne fut pas sa stupeur de voir un lit dans lequel, pâle mais souriante, sa maman lui tendait les bras.

Jérémy écarquilla les yeux, croyant dormir encore.

- ais non, Jérémy, tu ne rêves pas. C'est bien moi, ta maman.

-Oh ! maman, que je suis heureux, dit le petit garçon en s'approchant du lit.

- Viens, viens, mon petit, viens embrasser ta maman. Tu sais, le Directeur de l'¨hôpital, touché par ta demande, a voulu exhausser ton souhait. Il m'a permis d'être parmi vous en ce beau jour.


Qu'ils en auront des choses à se raconter nos quatre petits garnements, lorsqu'ils se reverront, après les vacances.


NOEL, n'est ce pas la journée la plus merveilleuse de l'année ?

douce rose dans Littérature.
- 521 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.