Vite, alerte, s'invite une découverte !

Pour signaler à la librosophiaque et très honorable cantonnade L'émergence d'une île, de Lucie Doublet, éditions Les cahiers de l'Egaré, collection "La collection privée du Capitaine".

Pas de "critique littéraire" ici, en la matière votre serviteur est incompétent, mais une vive exhortation à lire ces 82 pages qui font ressortir toute la précarité de la découverte d'une île, pour des marins, une vigie, un Capitaine. Car la découverte d'une île, réalise-t-on à l'aide cet ingénieux opuscule, requiert quelques préalables et certitudes : qu'est-ce qu'une île, d'abord ? Est-on bien sûr de sa matérialité, sa découverte est-elle si impérative que celà, et autres questions qui, faute de réponses, nous abandonnent au doute le plus sérieux. Que faire ? aurait dit Lénine. A la lecture de l'opus travaillé, construit et amusé autant qu'amusant, on est tenté de répondre : abstenons-nous; la vie sur un bateau a déjà bien assez de contraintes pour qu'on accorde quelque crédit à une vague et espiègle suggestion de forme, au-dessus de la mer et en elle, qui rechigne à décliner son identité et qu'il faudrait, en plus, aller coloniser !
Question que d'aucun, quelques siècles auparavant, florentin au service de la cour portugaise, a négligé de se poser. Il n'est excusable que de n'avoir pas lu le livre de Lucie Doublet, encore virtuel au XVème siècle. Pour le reste...

L'essentiel : on l'aura compris, ce livre ne porte pas l'estampille Galli-chose ou Robert ni Michel Plafond. C'est de la petite et ingénieuse édition, le lieu d'une transmission entre un vieil éditeur (en fait certainement moins "vieux" qu'âgé) et un jeune tenté de reprendre le flambeau, et auquel il faut commander le livre directement. Eh oui, Les Cahiers de l'Egaré sont diffusés et distribués par les moyens du bord : il s'agit de Baptiste Moussette, dont l'adresse de courriel est [email=baptiste.moussette@gmail.com]baptiste.moussette@gmail.com[/email].

Un autre titre est au catalogue, pas encore lu, l'éditeur en annonce d'autres - dont un qui, déjà, retient l'attention.
A suivre.

Et, par ailleurs, j'aime le Portugal. Pas vous ? Moi, j'aime le Portugal.

eleanor-rigby dans Littérature.
- 841 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.