À LA LIMITE DU MONDE

Je finis par trouver l’endroit de ma joie,
Là où commence le départ du souffle
Là-bas, où la vibration elle-même prend son élan
Ici où le pourquoi flirtait avec le parce que.

À la limite du monde, dans l’absence de l’absence
Les cinq sens plus que jamais en transe
Trouvaient leur sens d’avec leur rapport avec leur quintessence.
La vue entendait l’ouïe jouir de la compréhension de sa vue
Le goût humait divinement l’odorat tâter la matière
Et le toucher rougissait du pressenti,
Ressenti bien avant le pur sentir.

Les souvenirs rêvaient les rêves des souvenirs,
Le rêve se souvenait du souvenir de l’avenir,
L’avenir visualisait son futur passé dans son avenir.
Contemplons la beauté du mouvement en ce vers haut
Qui s’étend dans le présent du hier du demain.

ARTISTE DE L'ART dans Poésie.
- 281 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.