A ma bien-aimée

Ô ma forêt de soie et ma houle profonde !
Je me grise de vents constellés de grandeur,
Mille fois magicien d'un élan qui m'inonde
Et secouant un rêve à la folle splendeur.

Ô musique ! Ô foyer où rit chaque seconde !
Ô gloire d'où s'élève un archange vainqueur !
Belle âme, tu m'es plus que la vie et le monde,
Car j'ai vu, grâce à toi, l'infini dans mon cœur.

Et j'ai goûté, j'ai bu tout un hymne farouche,
Le fleuve étincelant de tes pas en éveil,
Les rives de tes yeux et l'émoi qui se couche
À la place où ta lèvre est comme un fruit vermeil.

Et là, devant les mots éblouis sur ta bouche,
J'ai cru, soudain j'ai cru toucher en plein soleil
Ce nectar frémissant qu'aucun jamais ne touche,
Ô collier d'astres purs ! Ô jardin sans pareil !

Thierry Cabot (La Blessure des Mots)
http://www.accents-poetiques-editions.com/produit/la-blessure-des-mots/

Thierry CABOT dans Poésie.
- 50 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.