A MA SECONDE MAMAN

Marie, vous, ma seconde Maman
En votre compagnie, point de tourment.
Combien j'aurais voulu être votre fille
Et vivre près de vous heureuse et tranquille.

Vote calme et votre gentillesse
Témoignent de votre grande sagesse.
En vous se dégage une telle sérénité
Que je ne peux que vous admirer.

Une auréole de bonté
Nimbe vos tempes argentées.
Et c'est le cœur reconnaissant
Que je vous remercie belle Maman.

ROSE dans Poésie.
- 1102 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.