A Madame Aguado.

Cette poésie de G de Nerval, dédiée à Raymonde Padioleau.

Pourquoi, me direz-vous, pour vous remercier de vos belles poésies, pour vous redonner le sourire, la confiance en votre talent....

Colonne de saphir, d'arabesques brodée,
Reparais ! Les ramiers s'envolent de leur nid.
De ton bandeau d'azur à ton pied de granit
Se déroule à longs plis la pourpre de Judée.

Si tu vois Bénarès, sur son fleuve accoudée,
Détache avec ton arc ton corset d'or bruni,
Car je suis le vautour volant sur Patani,
Et de blancs papillons la mer est inondée.

Lanassa ! fais flotter ton voile sur les eaux.
Livre les fleurs de pourpre au courant des ruisseaux.
La neige de Cathay tombe sur l'Atlantique.

Cependant la prêtresse au visage vermeil
Est endormie encore sous l'arche du soleil,
Et rien n'a dérangé le sévère portique.   ( G de Nerval ).

Marc de St Point dans Poésie.
- 43 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.