A mon Chou suite de Monde

Ce texte est une réponse à A mon Chou de monde.
Suite du chou de Monde

Jai vu le jardinier découper mon cousin

Rire et le déplacer, le geste baladin.

Pourtant… pendant des jours fusèrent les compliments,

Il y’avait de l’amour dans leurs embrassements.

L’homme voulait le chou gros, ferme et sans défaut,

Tel un énorme cerveau venant d’un jouvenceau.

Il le tâtait très tôt, le pesait du regard,

Le voyait en héros, lui jouait d’la guitare.

C’était un événement de croire à leur histoire.

Avec acharnement, l’homme criait à la gloire,

Mon cousin le cœur chaud grandissait ses bras verts,

Quel merveilleux terreau que les mots solidaires,

Quel fertile chapiteau que la tendresse d’un frère.

Quand le chou s’étala, tel un énorme ballon,

Le jardinier hurla sa belle satisfaction.

J’ai vu mon cousin mort, porté comme un trésor,

Par ce grand omnivore aux mensonges plein le corps.

 

Un chou c’est peu de chose, si nos dents le dévorent.

Mais l`homme ose croquer, les  amis qu’il décore…

 

 

ange dans Poésie.
- 550 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.