abs Y nthe

Ce texte est une réponse à Absinthes de Hubert-Tadéo Félizé.
abs Y nthe

Mon absinthe
Mon absente
Je suis maudit
Sur mes plaintes
Je me plante
Le long d’un cri

Le long d’un cri

J’ai trop bu
Ici-bas
Tout au bord
De ce bar

Toi ma liqueur au goût d’offrande
Et la chaleur qui me dérange
Quand j’ai le temps de faire la fête
Ta flamme s’étend sur ma planète
Tous mes désirs vers toi se tendent
Et je chavire avec les anges

Je suis nu
Je me noie
Je perds le nord
Moi l’anar

Mon absinthe
Mon absente
Je suis soumis
Je m’éreinte
Dans l’attente
D’une autre vie

D’une autre vie

Mon absinthe
Mon absente
Mais je m’enfuis
Ma contrainte
Violente
Dans mon abri

Dans mon abri

J’ai vécu
En fracas
Mon décor
Mes écarts

Mon élixir de jouissance
Et le sourire de mes nuits blanches
Quand j’ai du vent dedans ma tête
Ton or me prend dans ses paillettes
Mon pauvre cœur en transhumance
Je bois ma peur et puis je flanche

Dans l’affût
Sans la foi
Dans l’effort
Le cafard

Mon absinthe
Mon absente
Je suis maudit
Sur mes plaintes
Je me plante
Dans ma folie

Dans ma folie

Dans ma folie
Dans ma folie

Bernard PICHARDIE
texte déposé à la recherche d'une musique


fin août 2001, tout à coup je me mets à écrire en pensant à quelqu’un 
je l’imaginais interprétant ce texte 
quelques jours après, j’apprenais sa mort 

à la scène ouverte de la « rentrée » que j’organisais 
j’ai lu ce texte avec ces quelques mots d’introduction :

" il a posé son chapeau à côté de ses godasses mais pas ses pieds 
ses pieds sont restés dans le lit 
il a envoyé ses rides contre le mur de la chambre bien trop blanche 
il a mis les mains dans ses poches sous ses yeux fatigués 

puis 
il s’est cassé en mille éclats 
il est maintenant tout là-haut 
tout là-haut avec les autres 
adieu 
adieu Philippe Léotard " 




Bernard Pichardie dans Poésie.
- 830 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.