Alhambra

Je me noie
Dans ta beauté Alhambra 
Un  soubresaut. et je me vois Roi
Orné de jades , d'émeraudes et de soie 

Loin de moi les doctrines et lois
Qui ne font qu' histoires et guerres de foi,
Ce soir je m'y emploi
À être l'Invité,  comme autrefois

De marque, je repose au pied du monde mes soucis
Dans ce temple d'où surgit les milles et un  récit
Mon âme fût eblouie
Par ces jardins , que belle fût cette nuit  ! 

Je me dis,
Que tant de secrets furent enfouis
Par les amoureux de ce paradis
 Pour que cette flore et faune nous ravie ! 

Et sûr_prise,
Mon âme fût conquise
Par la générosité que contredisent
Ses conteurs d'aventures soumises

Dans ce periple
Et loin d'etre disciple
Ou gente de voyage
Acostant d'autres rivages

Le destin se chargea
De guider mes pas
Vers l'inconnu que fut
Ces découvertes impromptues

Voyage du coeur
A la rencontre des âmes soeurs
Cordoba, Granada, Murcia, Cartagene ;, enfin Malaga aux lueurs
Fremissantes de bonheur
 
 Envahi par tant de sollicitudes
J'appris que la gratitude
N'est que mot absurde
Devant l'immensité du monde

Enfin, 
Pour toute experience
Son lot intense 
de connaissances et de romance
Malgré l'affre des distances .

Et pour. Conclure
J'aimerais dire 
Merci, Marie, Isabel et Lola
Qui ont fait naitre ces furtifs pas  ! 

Momo dans Poésie.
- 1318 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.