Alinéa

Alinéa


Kaléidoscope au fond de mon verre vide
J'observe ce visage maquillé de torts.
Du creux de mon lit ma tête tourne encore
Oubliant le passé comme une eau insipide.

Cette nuit j'ai rêvé que demain, intrépide
Je partais. En tapant de plus soif à l'aurore
Mon cerveau avait moins hésité, indolore
Jouant de tous maux à la femme plus lucide.

Quand le soir revint, en menaçant ma conscience
De baisers passionnés, de câlins, d'innocence
Mon regard se chargea d'humide liberté.

J'emportais toutes mes plus belles dentelles
Les offrant aux délices des yeux égarés
Aimée des manières les plus infidèles.

CrayonGris dans Poésie.
- 846 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.