Amance

AMANCE
-en août-

Ménage-moi pas, met-moi en nage, en âge
De comprendre les cruautés et les ravages,
D'apprendre comme on est creux dans nos cages
Et fondre de rage quand on est trop sage
T'es pas comme ça, t'es pas à moi, à moins
Que j'aille plus loin, que tous mes soins
Soient mieux que rien, un fin chagrin,
Des nids-de-poule sur le chemin
Les nuits de bière, mes yeux figés
Je vois ce monde fou s'amuser
Et les sommaires, les hommes pressés,
Ils dansent et boivent à s'oublier
Et t'étais là, sous la nuit claire, je serre,
Tu étais l'indécise sincère
La crue sauvage d'un torrent entier
Qui m'a lavé de mes misères
Pour c'est dommage m'y replonger


AMANCE 2
-en décembre-

J'usurpe le matin, j'usurpe le soleil, je retarde les hommes
A l'orée de ton royaume, dans l'aube
Pour ces temples de merveilles où se recueillent mes désirs
Je tuerais
Le temps à coup de dents
L'ennui à coup d'envies
Dans l'ecueil de la nuit qui s'évapore quand toi tu dors
Je me voue dans l'indit de la petite heure, dans le solennel instant
Où tu m'attires à toi malgré les brumes
Et nos amours qui ne s'assument

olivedzep dans Poésie.
- 209 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.