Amertume…

                           Triste campagne…Plate et désolée… Qu’ont-ils fait de ton charme ?...
                                 Celui en qui tu croyais, est aujourd’hui ton « prédateur » …

                                          Un vieil homme se souvient et contemple…
                                          Des coteaux dépeuplés,
                                          Aux vallons désertés,
                                          Sa triste campagne…
                                          Vide...Et qui meurt doucement…
                                         
                                          Sous la lune, sa complice d’antan,
                                          Il parlait à sa terre…
                                          Maintenant il l’écoute ;
                                          Il l’entend gémir, parfois pleurer,
                                          Du fond de ses entrailles…
                                         
                                          Dans ses mains une canne,
                                          Elle remplace l’outil,
                                          Dont il garde la trace…
                                          Soucieux de l’homme nouveau
                                          Au cœur aride, les mains avides…

                                          Seuls les souvenirs demeurent…
                                          Il revoit les moissons,
                                          Hume encore l’odeur du blé mur ;
                                          Le repas des vendanges,
                                          Le soir le vigneron chantait :
                                          « Cette année, le vin est bon ! ... »

                                          Une immortelle charrue,
                                          Parmi les hautes herbes,
                                          Attend avec nostalgie,
                                          L’aurore du laboureur,
                                          Avec son puissant attelage…

                                          Au loin, d’un regard circulaire,
                                          Il distingue un clocher…
                                          Puis le cimetière, où la mémoire est figée,
                                          Seul endroit qu’il connaisse,
                                          Le plus vivant aujourd’hui…
                                         
                                          Venus d’un autre monde,
                                          Pour supplanter les hommes,
                                          Des monstres d’acier,
                                          Aux impitoyables rouleaux,
                                          Hache, écrase, sa terre meurtrie

                                          Témoin de son époque,
                                          La vieille gare…
                                          Le dernier voyageur,
                                          A pris depuis longtemps,
                                          Un aller sans retour…                                                           

                                           Il reste sur le quai,
                                           Le drapeau du chef de gare…
                                           Il semble revenir demain,
                                           La nuit on entend,
                                           Des restes de sanglots,
                                           Et le rire du vent….
   
                                           Comme un brouillard épais,
                                           Le rideau est tombé ;
                                           Trait d’union, entre ciel et terre,
                                           Qui cache l’affreux décor,
                                           D’une industrie nouvelle…
                                           
                                           Temps révolu, où l’homme aimait sa terre
                                           Sans vouloir récolter,
                                           Plus qu’elle ne peut donner,
                                           Peu soucieux de tout s’approprier,
                                           Et de savoir combien il possédait…

                                           Une larme sur sa joue,
                                           Glisse dans le sillon de sa tristesse !...
                                           S’imprègne dans sa mère nourricière,
                                           En avant-garde de sa propre poussière…
                                           Il sait ! ...Qu’un jour à son tour, il la nourrira…  

                                           Adieu ma terre d’espoir !...
                                           Au-delà du brouillard,
                                           Au-delà de la vie,
                                           Au-delà du ciel,
                                           Je te verrai encore,
                                           Toi ma terre !...
                                           Toi ma mère !...
                                           

Noel Turo dans Poésie.
- 116 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.