Au bord de la rivière

Une rivière dessine des formes qui coulent
Une femme songeuse, silencieuse, écoute
Un fil d'eau naturel, sinueux en découle
Elle me fixe du regard pour prendre sa route

Une cascade de bruits fait fuir les oiseaux
Elle plonge, ondule son corps tendre
Remonte pour s'évanouir dans les roseaux
Cachée, elle m'épie pour me surprendre

Un silence surgit, puis des nuages s'amoncelles
Elle me tend sa main mais mes doigts tremblent
L'orage gronde et des gouttes ruisellent
Courageux, je l'enveloppe, nos espoirs s'assemblent

Des petits poissons s'amusent et sautent de joie
La nuit tombe le torrent file à toute vitesse
Je cherche ses lèvres, lisses comme un tissu de soie
Ses yeux scintillent qui révèle toute sa tendresse

beulag46 dans Poésie.
- 871 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.