Au clair de ses nuits, la vie

L'heure de l'arc-en-ciel s'est envolée ;
Elle boit son café noir, sur son balcon.
Les heures froissées du jour sont passées ;
Elle se prépare pour la nuit et ses sons.

Dans cette nuit sans lune, sonne l'heure brune ;
Elle pointe, sur ce drapé sombre, sa longue vue.
Astrofile, elle ne se prend pas pour une prune,
Elle remonte la dynamique de son monde perdu.

Accrochée aux étoiles de son paysage ;
Elle poursuit sans perdre haleine toutes leurs courses.
La nuit quotidienne alimente ses pages,
Elle chasse les images au creux de la source.

Les lumières électriques dansent autour d'elle ;
Elle s'offusque contre les pétarades des motos.
A tire - d'aile on lui apporte des nouvelles ;
Elle compose la Une de son bateau mots.

Sa présence lumineuse éclaire la nuit ;
Elle s'associe à la douce Alizé .
Une tête d'atmosphère isolée d'autrui ;
Elle se verse quelques gouttes de café.

Tourne, tourne , la ronde ses valeurs ;
Elle porte en elle la clé de ses pensées.
La pluie des larmes de la nuit l'éblouit ;
Elle capte les ondes de la pénombre sans crier.

La pomme vole en éclats sous ses dents blanches ;
Elle porte sa robe d'écailles bleue corail .
Un poisson dessine des ronds sur sa planche,
Elle masse ses doigts de pieds en éventails.

Nuit tropical, au moment opportun ;
Elle sent la mer et son goût miel salé ,
Monde idéal au parfum d'embruns,
Elle s'envole déjà, vers La Voix Lactée.

Sa nuit s'accroche à son été austral ;
Elle se chavire sur son Tropique du Capricorne.
Des perles de diamants noir pour minéral,
Elle accoste l'ile de ses soupirs sans borne.

L'Archipel des Mascareignes pour écrin,
Elle rêve de parcourir l'Océan Indien.
Sur son bateau mots voguent ses chagrins,
D'une ile à l'autre dans son idylle aérien.

Plein d'entrain,l'heure de l'arc-en-ciel a sonné ;
Elle jette sa bouteille sur le trottoir.
Les heures fraiches accueillent les perles de rosées ;
Elle se blottit dans la ouate de l'aube noire.

Florabateaumots

En hommage, à cette personne âgée qui s'ennuyait à mourir le jour.
Alors, elle fermait ses fenêtres le jour pour dormir.
A la nuit tombée, elle sortait sa bouteille de café à la main et elle observait tout se qui passait autour d'elle.
Il lui arrivait de pester contre les tapages nocturnes des jeunes.
Elle était au courant de tous les potins de la nuit.
Au levée du jour, elle se débarassait de sa bouteille de café d'une façon bien à elle.
Et, puis elle prenait des forces le jour pour être en pleine forme la nuit.
Elle m'intriguait, c'était exceptionnel à l'époque de voir une personne âgée vivre seule.
J'ai recueilli des informations sur elle à travers les informations des jeunes du quartier.
Il parait que la police a réussi à boucler certaines enquêtes grâce à sa perpicacité d'oservatrice avertie.

Florabateaumots-aventure dans Poésie.
- 894 lectures


Ce texte à inspiré les textes suivants

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.