Au milieu des lavandes en fleurs

Au milieu des lavandes en fleurs

Dans mes veines coule l'amour de la nature,
Quelque soit la saison, de jour comme de nuit,
Telle la sève qui sustente les succulents fruits,
Et je m'en réjouis d'aimer cette sublime créature.

L’horizon apparaît déjà dans la latente lueur
Et les oiseaux bruissent avant de s’envoler,
C'est dame nature qui se réveille avec lenteur
En dévoilant ses contours dans sa vierge nudité.

Très animé, venu en solitaire promeneur,
Par le chemin qui mène la haut, je suis monté,
Une ascension pleine de plaisir et de bonheur,
Illuminé par la claire blancheur de la matinée.

Le lieu est serein et l'air est sassé et purifié,
Embaumé dans la fraîcheur des légères senteurs
Épandues par la brise sur les touffes des allées
Plantées sur les plateaux de calcaire en hauteur.

Au milieu du champs de lavande en fleurs
Où les aigles tournoient sous la voûte azurée, 
Les laborieuses abeilles s'activent avec ardeur 
Tout autour de moi en butinant sans arrêt.

D'ici, l'imprenable vue balaye toute la vallée,
Je vois la rivière et ses grands arbres verts,
Traversée par le pont aux abords de la cité, 
Entourée d'infinies aires de terres agraires.

Et le petit étang qui miroite les rayons du matin,
Les bottes de paille des dernières moissons,
Plus loin, les étendus champs de vigne sans fin
Tant vénérés en jardin d’Éden par les vignerons.

Je m'en suis profondément réjouis aujourd'hui
Le plaisir et sans fin pour moi, mais le temps fuit,
Je reprends le chemin du retour avec regret,
Ô douce nature, je reviendrais, je te le promets.

J'ai cueillis un bouquet d'épis de la belle fleur
A la tige ligneuse en hampe florale gris-vert 
Sa couleur violette et son odeur pleine de fraîcheur
Égailleront sûrement le cœur de celle a qui il sera offert.

A la gracieuse dame de mon cœur qui m'attend
Depuis longtemps et qui me manque énormément, 
Je garderai ce tendre bouquet avec soins et amour
Pour le lui offrir à l'avènement du grand jour.

Et toi, gracieuse nature qui ignore la jalousie,
Ton amour et profondément enraciné en moi
Et ta beauté n'a point d'égal car, en pur aloi
Inaltérable et illuminée par par les divines lois.

02.07.2018-Obarry-

Barrybow23bis dans Poésie.
- 68 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.