Au pigeon voyageur

Il arrive parfois que la semaine traîne
Pour garder le moral ce n’est pas évident
Un petit restaurant où bien casser la graine
Est pour nous, je le dis, le meilleur remontant 

J’en avais choisi un : Au pigeon voyageur
La femme du patron régnait seule en cuisine
Tandis que son mari œuvrait comme serveur
On le disait aussi roi de la chevrotine

Un pâté de chevreuil fut choisi en entrée
Rehaussant avec goût ce chef d’œuvre fameux
Le patron déboucha, perle millésimée    
Un ROMANEE BOUCHARD année quatre vingt deux

Il nous fut présenté, en cocotte, un pigeon    
Un oignon cuit à brun, déglacé au madère
Laissait un goût divin, que cela sentait bon!
-C’était un jeune oiseau vous ne mâcherez guère

Mais le pigeon pourtant ne se laissait pas faire
Nous avions beau mâcher la chair ne cédait pas
Cet oiseau de malheur résistait mais que faire
Je sentis sur ma dent un goût de papier gras

Discrètement j’ôtai de ma bouche la chose
Grande fut ma surprise en regardant ma main
Quelqu’un avait écrit dans une courte prose
On a repris VERDUN C‘était signé Pétain

chavigner dans Poésie.
- 879 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.