au prisonnier

J’n’avais rien bu de la semaine
Ni même fumé, enfin, à peine.
La télé mentait au salon.
Le chat jouait sur le balcon.
Quand, d’un seul homme, ils sont entrés,...
Sans un sourire et m‘ont sonné.
Ils m’ont balancé sur le sol.
Do ré mi do ré mi fa sol.
Coincé dans ce pandémonium,
Entre barbelé et valium,
Je ronge mon frein et ma santé.
La vie, tu sais, n’est pas un conte,
Faut pas croire tout c’qu’on te raconte.
On ne fait rien que nous enfumer.
j’ai pris 10 piges comme qui rigole,
Ça m’apprendra à faire le mariol.
Braqueur de banques, c’est un métier.
Y’a des trucs, faut pas y toucher.
Sitôt sorti du pourrissoir
Où j’ai vaincu ma peur du noir,
Je m’suis payé une conduite,
À crédit et un peu recuite.
La vie, tu sais, n’est pas un conte,
Faut pas croire tout c’qu’on te raconte.
On ne fait rien que nous enfumer.
La gauche, la droite et tout l’toutim,
C’est tout pareil à un champ d’mines.
Attention où tu mets les pieds.
La gauche, la droite et tout l’toutim,
C’est tout pareil à un champ d’mines.
Faudrait voir à se réveiller !!
manu

manu dans Poésie.
- 55 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.